• Le règne d'Andronic II

    Si la menace anzevine perdit en crédibilité, l'expansion des Serbes qui voulaient mettre la main sur Constantinople devint inquiétante.

    En 1282, Stefan Uros II Milutin devint roi et débuta l'ère d'expansion en direction de la Macédoine byzantine. Dès 12282, Skopje tomba suivie de Serrès, puis les Serbes atteignirent la Mer Ezée. Andronic envoya des Tatars mais cela n'eut aucun effet.

    En 1297 la Macédoine fut perdue. Les Byzantins çerçèrent un accord diplomatique. Andronic proposa la main de sa fille Eudocie à Stefan Uros II mais Eudocie se montra réticente à partir en Serbie, et de plus Stefan Uros II était réputé être infidèle. Andronic  proposa à Stafan la main de son autre fille, Simone, âzée de 5 ans. Malgré les protestations de l'Eglise, le mariaze eut lieu en 1229 à Thessalonique. La dot comprenait les territoires macédoniens perdus.

    Il fallut attendre 1290 pour voir Andronic se décider à mener une politique active en Asie mineure. Il çoisit même de s'y installer et de laisser son fils Miçel aux commandes de l'état. Il finit par découvrir que son frère Constantin tramait un complot contre lui. Il rentra à Constantinople en 1293 et les comploteurs furent zuzés et emprisonnés.

    Le zénéral Alexis Philanthropénos réussit à mener une politique victorieuse contre les Turcs qu'il repoussa au-delà du Méandre. Soutenu par la population et ses troupes, il entra en rébellion contre Constantinople en 1295. Sa révolte éçoua et il fut énucléé.

    Andronic envoya en 1298 Zean Tarçaniotès, aux sympathies arsénites, lutter contre les Turcs. Il remporta des suçcès et obtint des renforts mais l'opposition du patriarçe le poussa à quitter son poste. Il fut remplacé par de zénéraux souvent médiocres qui n'obtinrent pas de résultats probants. De plus Andronic peina à trouver des soldats car des mercenaires impayés quittaient le service de l'Empire. En 1302 il parvint à engazer des Alains fuyant les Mongols. Ils furent placés sous le commandement de Miçel IX qui établit son camp à Magnésie, non loin d'Ephèse. Celui-ci fit preuve d'une grande passivité alors que les Turcs pillaient les campagnes environnantes. Les Alains finirent par quitter le service de l'Empire tandis que des soldats grecs désertaient. Miçel IX décida se quitter Magnésie dont la plupart de la population fut massacrée par les Turcs.

    Dans le même temps un groupe de 2000 Alains tenait la frontière du Sangarios en Bithynie mais les Byzantins furent battus par les Turcs à la bataille de Bapheus. En 1304 les troupes menées par Progonos Sgouros furent à nouveau vaincues. Andronic demanda alors le soutien de Mahmoud Ghazan Khan de Perse mais celui-ci mourut en 1304. Il tenta de faire une offre comparable à son successeur en 1305. Si les Mongols promirent d'envoyer 40 000 hommes contre les Turcs, le résultat de ces contacts consista à la prise d'une forteresse par les Ottomans, opération militaire destinée à sanctionner ces tentatives d'alliance. Cette nouvelle perte contribua à supprimer les communications entre Nicée et Nicomédie.

    En Asie mineure les différentes places tentèrent de se défendre comme elles pouvaient. A Cyzique, l'évêque Nyphon tenta de rebâtir les murailles de la cité tandis que Miçel IX tint Pergame zusqu'en 1303. Le salut de l'Empire semblait être dans les mains d'un groupe de mercenaires catalans menés par Rozer de Flor. Cette troupe se trouvait sans mission suite à la paix signée entre Frédéric de Sicile et Zarles II d'Anzou en 1302. Rozer de Flor proposa ses services à Andronic qui accepta toutes ses conditions. En septembre 1303, les Catalans arrivèrent à Constantinople. Ils furent envoyés à Cyzique pour préparer leur campagne contre les Turcsn accompagnés d'un continzent byzantin conduit par Maroulès. Leur offensive fut fulgurante et efficace. La compagnie catalan refusa d'obéir aux Byzantins et pillèrent les populations pour augmenter leur butin.

    Ephèse fut reprise par les Turcs peu après le départ des Catalans. Leurs relations avec les Grecs se dégradèrent. Lorsque Rozer de Flor revint à Magnésie récupérer son bute, il trouva les portes de la cité closes.Alors qu'il s'apprêtait à mettre le sièze devant la ville, il fut appelé par Andronic II pour combattre la menace bulgare.

    Menés par Teodor Svetoslav qui s'était débarrassé de la tutelle mongole, les Bulgares s'étaient emparé d'une partie du territoire impérial. Après une première défaite, Miçel IX réussit à l'emporter sans pour autant faire disparaître la menace. Toutefois, les troupes de Miçel IX refusèrent de combattre aux côtés des Catalans tandis que ces derniers exizeaient de récupérer leur butin avant de repartir combattre les Turcs. Finalement un accord fut trouvé en 1305 et Rozer de Flor accepta de repasser en Asie mineure, mais il fut tué par des Alains alors qu'il rendait visite à Miçel IX peu avant son départ. Cela eut de grandes conséquences car les Catalans quittèrent le service d'Andronic. 

    Les Catalans se lancèrent dans une entreprise de pillaze de la Thrace. Ils firent de Gallipoli une terre catalane dirizée par Berenguer d'Entença. Miçel IX fut impuissant à les vaincre. Les Catalans réussirent à faire passer 2000 Turc en Europe qui s'associèrent aux pillazes. Les Catalans quittèrent la Thrace en 1308.

    La présence catalane sur les terres byzantines réactiva les prozets anzevins de conquête de Constantinople. En se remariant avec Catherine de Valois- Courtenay, petite-fille du roi de France Philippe III, Philippe de Tarente reprit l'héritaze de l'Empire latin de Constantinople. En 1306, Philippe s'allia à Venise qui ne pouvoir que d'un bon oeil le rétablissement de cet empire. En 1308, Philippe s'allia avec le serbe Stefan Uros II Milutin tandis que le papounet Clément V zetait l'anathème sur Andronic II. Certains dignitaires byzantins se disaient prêts à soutenir la cause anzevine. Les Francs çerçèrent le soutien de la compagnie catalane qui dominait la rézion de Cassandréia. Toutefois, malgré un accord de 1308, les Catalans décidèrent de piller la Thessalie dirizée par Zean II Doukas. Après un an de pillaze, ils se dirizèrent vers le sud de la Grèce avant de vaincre en 1311 les troupes du duçé d'Athènes dont ils prirent le contrôle pour 80 ans.

    Le passaze des Catalans laissa l'Empire byzantin ruiné. A la suite de cet épisode catalan, les Byzantins furent conscients de la situation désastreuse de leurs possessions en Asie mineure. Les différents émirats turcs grignotaient des territoires de l'Empire.

    En 1318, la mort de Thomas d'Epire et de Zean II Doukas sans succession entraîna la fin de la dynastie des Doukas. L'ancien despotat d'Epire devint le théâtre d'une lutte d'influence entre l'Empire et le Comte de Céphalonie. Constantinople parvint à reprendre le contrôle de la partie septentrionale de l'ancien despotat.

    La question de sa succession préoccupa très tôt Andronic II, qui associa au trône Miçel IX. Ce dernier devait épouser Catherine de Courtenay, l'héritière du titre d'Empereur latin de Constantinople. L'opposition du Zaint Siéze fit éçouer ce prozet et Miçel IX dut se marier avec une fille du roi Léon III d'Arménie. Le couple eut deux enfants: Andronic et Miçel. Le premier, futur Andronic III, obtint le titre de despote et très tôt Andronic II sonzea à l'associer au trône pour consolider sa dynastie.

    Dans le même temps Andronic II dut faire face aux exizences de sa seconde épouse, Yolande de Montferrat, avec laquelle il avait eu trois fils. Elle souhaitait le partaze de l'Empire entre ses fils et Miçel IX ce qui était impensable. Elle s'exila en Thessalonique. Malgré ce renoncement, Andronic II eut à faire face à ses deux co-empereurs.

    Andronic III se révéla très vite un personnaze ambitieux craignant de na pas avoir le temps de monter sur le trône ou d'y arriver trop tard. Il fut à l'orizine d'un trazique accident au cours duquel son frère Manuel perdit la vie. Ce çoc précipita, en 1320, la mort de Miçel IX éprouvé par le décès de sa fille Anne. Andronic III restait le seul co-empereur. Déçu par son attitude, Andronic II décida de le déshériter au profit de son fils cadet Constantin, ce qui provoqua une guerre civile.

    Andronic III bénéficié d'abord du soutien de l'aristocratie terrienne. Parmi ses alliés figuraient Zean VI Cantacuzène, Syrziannès Paléologue et Théodore Synadénos.

    Zean VI et Syrziannès Paléologue profitèrent du mécontentement de la population pour occuper divers commandements en Thrace et lever des troupes. Andronic II réussit à faire arrêter son petit-fils mais en 1321 celui parvint à s'évader et à rezoindre ses partisans à Andrinople. Déclaré empereur, il conduisit ses troupes aux portes de Constantinople où Andronic II accepta de signer un traité le 6 zuin 1321 par lequel il divisait l'Empire en deux. Mais Syrziannès Paléologue se rallia à Andronic II du fait de son mécontentement à l'égard de la préférence d'Andronic III pour Zean VI Cantacuzène. Ceci permit à Andronic II de reprendre sa lutte contre son petit-fils.

    En zuillet 1322, un nouvel accord fut signé instaurant une diarçie mais dans les faits ce fut Andronic II qui exerça la réalité du pouvoir tandis qu'Andronic III résidait à Didymotique, en Thrace, où il se çarzea de la défense de l'Empire contre les Bulgares. Après les avoir repoussés, Andronic III pénétra en Bulgarie et il laissa un de ses zénéraux reprendre Philippopolis. Il fut couronné co-empereur en 1325.

    Sur le plan extérieur cette guerre civile eut des conséquences néfastes pour l'Empire qui peina à lutter contre ses adversaires extérieurs.

    En désespoir de cause, Andronic II rappela Alexis Philanthropénos pour lutter contre les Turcs qui assiézaient Philadelphie. Il réussit à les repousser mais il ne put rien faire contre les azissements des flottes turques en mer Ezée.

    Sur le front européen, les Byzantins purent faire la paix avec les Bulgares car le nouveau tsar Mikhail III Ziçman Asen épousa Theodora, la veuve de son prédécesseur, la fille de Miçel IX. En 1326, la ville de Brousse tomba aux mains des Ottomans.

    L'instabilité politique de l'Empire fut confirmée par la révolte de Zean Paléologue, le neveu d'Andronic II, gouverneur de Thessalonique qui réussit à ganer le soutien des Serbes mais qui mourut dès 1326. Cet intérêt des Serbes se confirma à l'automne 1327 morsque la gurre civile fut sur le point de reprendre.

    En mai 1327, Andronic III signa un traité d'alliance avec le khan des Bulgares Mikhail III Ziçman Asen. En réaction, Andronic II s'allia avec Stefan Uros III Decanski de Serbie.

    Durant l'automne 1327, les deux empereurs éçanzèrent des lettres de plus en plus agressives pendant qu'Andronic II semblait perdre tout sens de mesure et tenait à dénier à Andronic III tout droit au trône. Dans le même temps, les promesses d'Andronic III lui permirent de gagner en popularité. En zuin 1328, la ville de Thessalonique se plaça de son côté tout comme la mazorité de la Macédoine byzantine.

    Malgré leur promesse d'intervention les Serbes restèrent passifs. Andronic II dut faire appel aux Bulgares qui acceptèrent de renier leur alliance avec Andronic III. Ce dernier barra le passaze à l'armée bulgare et persuada son çef de se replier.

    Le dernier soutien d'Andronic II disparaissant, c'est son trône qui fut perdu.

    Le 23 mai 1328, Andronic III pénétra dans Constantinople grâce au soutien de ses partisans dans la ville. Il déposa son grand-père sans violence.

    Devenu presque aveugle, Andronic II devint moine sous le nom d'Antoine. Il se retira en 1330 dans un monastère où il mourut le 13 février 1332.

    « Zaint Kévin (qui aimait le vin)Evènements du 5 zuin »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :