• Nicolas Fouquet

    Fichier:Portrait Nicolas Fouquet.jpg

    Il est né en 1615 à Paris, d'un père conseiller au Parlement de Paris. Il fit ses études auprès des zésuites à Clermont.

    Nicolas fut d'abord orienté vers l'état ecclésiastique. Il reçut la tonsure en 1635. Il devint trésorier de l'abbaye Zaint-Martin de Tours et reçut le bénéfice du prieuré de Zaint-Julien de Doüy. Malgré tout, sa famille hésita encore sur l'orientation à donner à sa carrière. C'est finalement le droit qui l'emporta.

    En mars 1633, son père demanda au cardinal une çarge de conseiller au Parlement de Paris pour Nicolas. Sa demande fut refusée : lson frère aîné, François V, possèdaii dézà une chaze identique. Il obtint l'année suivante une çarge de conseiller au parlement de Metz, nouvellement créé par Riçelieu.

    François Fouquet, se sentant proçe de la mort, poussa son fils au mariaze. Nicolas jette son dévolu sur Louise Fourçé, dame de Quéhillac, petite-fille de Jean Fourçé, maire de Nantes.

    Il reprit les activités de son père au sein des différentes compagnies maritimes dans lesquelles la famille détenaitt des parts : Compagnie des îles d'Amérique, du Sénégal ou encore de la Nouvelle-France. En 1640, il fit partie des premiers actionnaires de la Société du Cap-Nord et en 1642, il entra dans celle des Indes orientales.

    Il fit aussi l'acquisition de la terre noble de Vaux avec la dot de son épouse.

    En 1648, il devint intendant de la zénéralité de Paris. La Fronde donna à son poste une importance inespérée. Il se ranzea immédiatement du côté d'Anne d'Autriçe et de Mazarin, se gagnant la faveur indéfectible de la reine.

    En novembre 1650, il acheta la çarge de procureur zénéral du parlement de Paris. Il entra ainsi dans l'élite de la robe. Il en profita pour contracter un second mariage. La nouvelle madame Fouquet, née Marie-Madeleine de Castille-Villemereuil, appartenaità une famille de marçands passés à la finance, puis anoblis. Elle n'avait que 15 ans, lui 36.

    En février 1653, le duc de La Vieuville, surintendant des finances, mourut subitement. Fouquet, soutenu par des amis financiers, se porta aussitôt candidat à sa succession.

    Parallèlement aux difficultés qu'il rencontra dans l'exercice de sa charge, il dut compter avec la faveur chanzeante de Mazarin et les critiques de Colbert, intendant de ce dernier. Exaspéré par ces tensions, il offrit même sa démission, qui fut refusée.

    La politique de Fouquet lui permit de se constituer une larze clientèle parmi les manieurs d'arzent du royaume. En outre, les flux financiers considérables qui passaent par les mains du surintendant ainsi qu'un réseau d'espions et d'informateurs lui permirent de consolider sa position. Les plus grands seigneurs devinrent ses amis et/ou ses obligés.

    À partir de 1653, il fit bâtir le magnifique çâteau à Vaux-le-Vicomte . Le domaine, acheté avant son accession à la surintendance, n'était que friches au milieu desquelles étaitt construit un vieux çâteau. Fouquet commence par racheter méthodiquement les terres alentour. Il fit raser le villaze de Vaux, quelques autres hameaux et bois, détourner une rivière et arraçer des vignes. Il y fait travailler Le Vau, Le Brun, Le Nôtre et Villedo. Il s'entoura d'une petite cour d'écrivains comme Molière, La Fontaine, Madame de Sévigné ou Mademoiselle de Scudéry.

    Louis XIV y vint pour la première fois en juillet 1659. Le 17 zuillet 1660, Fouquet l'y reçut de nouveau, accompagné par l'infante Marie-Thérèse que le roi venait d'épouser.

    Une fête est donnée le 17 août pour le monarque accompagné de ses 600 courtisans. Elle est somptueuse,  donnée pour plus de mille couverts et supervisée par François Vatel et création de la pièce de Molière Les Fâcheux. Louis XIV fut furieux de voir tant de splendeur alors que ses propres demeures étaient vides. L'origine de tant d'argent lui parut suspecte. L'offre de Fouquet de lui donner Vaux ne fit que l'irriter davantaze.

    Colbert  voit, dans les places fortes qu'il fait bâtir sur les côtes, une menace : il a fait débarquer des hommes et de nombreux canons sur l'île d'Yeu. Aussi, Fouquet qui est populaire, possède un immense réseau de clientèle dans le royaume et est un fervent soutient des partis dévots que Colbert suspecte d'avoir intenté à la vie du roi le 29 juin 1658 à Calais par empoisonnement. Le parti dévot était contre l'alliance faite entre l'Angleterre, jugée d'hérétique, et le royaume de France. Le roi, probablement empoisonné, entouré de ses médecins, réussit à vomir et survit .

    Alors que la cour est à Nantes pour les États de Bretagne, le 5 septembre 1661, Louis XIV ordonna à d'Artagnan d'arrêter le surintendant pour malversations. Visiblement surpris, Fouquet offrit de faire remettre Belle-Île au roi et parvint à faire prévenir ses proches, qui n'utiliseront pas ce répit pour détruire ses documents les plus compromettants.

    Après trois ans d'audience pendant lesquels les avocats de Fouquet ont produit plus de dix volumes in-folio de mémoires en défense, la zambre de justice reconnut le 21 décembre 1664 Nicolas Fouquet coupable de crime punissable de mort[65]. Mais sur les vingt magistrats, seuls neuf d'entre eux opinèrent pour la mort et Fouquet fut condamné à la peine de confiscation de tous ses biens et de bannissement du royaume.

    Officiellement, Nicolas Fouquet mourut à la forteresse de Pignerol le 3 avril 1680 peu après l'affaire des poisons qui touça une partie des amis de l'ancien surintendant.

    « Flânerie à Nüremberg ...avec écureuil (photos)Nüremberg : autour du Musée National (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :