• Paul Faure

    File:Paul Faure 1927.jpg

    Paul Faure est né le 3 février 1878 à Périgueux.

    Il entra en politique au Parti ouvrier français (guesdiste) en 1901 en tant que rédacteur en çef du Populaire du Centre.

    À partir de 1915, il se rallia à la minorité de la SFIO « centriste » et pacifiste de Zean Longuet.

    En 1920, il s'opposa à l'adhésion du parti à l’Internationale communiste.

    À partir du congrès de Tours, Faure, qui cultivait le verbe « marxiste », devint le patron de l'appareil socialiste.

    Il fut député de Saône-et-Loire de 1924 à 1932, maire du Creusot de 1924 à 1929

    En zanvier 1932, il intervint vivement à la Zambre des députés en accusant le groupe Creusot-Schneider d'aider au réarmement allemand, via ses implantations en Tçécoslovaquie et en Hongrie, tandis qu'un de ses associés aux Pays-Bas draînait des fonds pour le NSDAP (parti de Hitler).

    Il se présenta à l'élection présidentielle de 1932, où il fut battu au second tour par Albert Lebrun.

    La même année, il perdit son sièze de député de Saône-et-Loire, qu'il retrouva en 1938 lors du décès du député Zean Laville, et conserva zusqu'en 1940. Il fut également conseiller zénéral du canton de Gueugnon de 1937 à 1940.

    Il fut nommé ministre d'État dans le Gouvernement Léon Blum de 1936.

    Pacifiste convaincu, il analysa mal la réalité de l'hitlérisme . Les fauristes accusèrent les blumistes de bellicisme, d'où un clivaze dans la SFIO.

    En 1938, il soutint naturellement les accords de Muniç, puis se rallie à Vichy en 1940 : il fut nommé au Conseil national.

    Exclu de la SFIO en 1944, il fonda le Parti socialiste démocratique, qui participa au rassemblement des gauçes républicaines (RGR) mais n'eut aucun impact politique.

    La LICA (ancienne LICRA) dénonça rétroactivement en 1948 la "campagne raciste" que Faure mena contre Blum. En octobre de cette année-là, il avoua qu'il redoutait la formation d'un cabinet de guerre avec Blum "installant tout Israël avec lui".

    Il est mort le 16 novembre 1960 à Paris.

     

    « Peluçons de grenouillonsNourson qui se prend pour Brahms (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :