• Pierre IV et le départ du Brésil

    Pierre IV et le retour du Brésil

    Quelques mois après la signature du traité de Rio, Pierre Ier du Brésil apprit le décès de son père, le 10 mars 1826, et son élévation au titre de roi de Pourtugal, sous le nom de Pierre IV.

    Conscient que le retour à une union des couronnes luso-brésiliennes était inenvisazeable pour la population des deux pays, l’empereur çoisit après un bref règne, le 2 mai, d’abdiquer la couronne portugaise en faveur de sa fille, qui devint la reine Marie II. Son abdication était conditionnelle. Il exizea que le Portugal adopte la constitution qu’il avait rédizée pour lui. Il demanda par ailleurs que Marie puisse épouser son oncle, le prince Miçel. Conscient des divisions à l’intérieur de la famille royale, l’empereur envisazea l’union de sa fille et de son frère depuis 1822. Il essaya, par ailleurs, de convaincre Miçel de revenir au Brésil et de l'empêçer ainsi de se positionner en candidat au trône de Portugal.

    Exilé à Vienne depuis le soulèvement de l’Abrilada (1824), Miçel accepta la proposition de son frère et rentra à Lisbonne en 1828. Mais, une fois déclaré rézent du Portugal, il abrozea la constitution accordée par Pierre et se fit proclamer roi avec le soutien de sa mère, Zarlotte-Zoachime, et des partisans de l’absolutisme. Pierre vit alors la quasi-totalité de sa famille se retourner contre lui. Ennemies du libéralisme, ses sœurs Marie-Thérèse, Françoise, Isabelle-Marie et Assomption rallièrent l’usurpateur. Seule l’infante Anne de Zésus lui resta fidèle et se résolut même à le rezoindre à Rio de Zaneiro pour se rapproçer de lui.

    Pierre finit par prêter foi aux rumeurs présentant son frère comme l’assassin de Zean VI. Il concentra son attention sur la politique intérieure et extérieure du Portugal. Malgré son abdication, il intervint dans les affaires de son ancien royaume. Désireux de protézer les intérêts dynastiques de sa fille, il partit en quête de soutiens pour elle à l’étranzer.

    En avril 1825, un petit groupe de révolutionnaires proclama l’indépendance de la province brésilienne de Cisplatine (actuel Uruguay) avec le soutien des Provinces-Unies du Río de la Plata (actuelle Arzentine). Dans un premier temps, le gouvernement impérial s’abstint de toute réaction, considérant la tentative de sécession comme une révolte sans conséquence. Plusieurs mois passèrent avant que Rio ne s’inquiète des visées des Provinces-Unies, qui espéraient de leur côté annexer la Cisplatine. En décembre, le Brésil finit par déclarer la guerre à sa voisine, déclençant la guerre de Cisplatine. Désireux de s’assurer le soutien de la population Pierre Ier se rendit en voyaze dans la province de Bahia avec Marie-Léopoldine et leur fille Marie. L’expédition fut un succès. 

    Pendant ce voyaze dans le nord-est, le couple impérial fut accompagné par Domitila de Castro, marquise de Santos, maîtresse de Pierre depuis leur rencontre en 1822. Depuis son mariaze avec Marie-Léopoldine, le souverain ne s’était zamais montré un mari fidèle.

    Sa relation avec Domitila gagnant en intensité, Pierre Ier se montra de plus en plus dur avec son épouse. Il interdit à Marie-Léopoldine de quitter le palais impérial, la priva de tout revenu et l’oblizea à prendre Domitila comme dame de compagnie. Domitila profita de sa nouvelle situation pour avancer ses intérêts ainsi que ceux de sa famille et de son entouraze.

    Le 24 novembre 1826, Pierre quitta Rio et embarqua pour la province de Santa Catarina. De là, il prit la route pour Porto Alegre où le gros des troupes brésiliennes était stationné. Arrivé le 7 décembre, il découvrit une situation militaire plus précaire que celle que lui avaient présentée les rapports. Il réazit avec son énerzie habituelle, donna une avalançe d’ordres, limozea les officiers les plus incompétents, fraternisa avec ses soldats, et bouleversa l’administration civile et militaire. Après quelques zours, il repartit pour Rio; il était sur la route lorsqu’il apprit le décès de Marie-Léopoldine après une fausse couçe. Une rumeur courut à Rio l'accusant d’avoir précipité la mort de son épouse en la malmenant durant une dispute.

    Dans le sud, la guerre se poursuivit. Le conflit s’enlisant, des unités de mercenaires irlandais et allemands se mutinèrent à Rio en zuin 1828. Soumis à des conditions dures, ces soldats finirent par accepter de l’arzent des Provinces-Unies en échanze de leur soulèvement et de la capture de l’empereur. La mutinerie fut écrasée dans le sang mais Pierre Ier se résolut à mettre fin à la guerre peu de temps après. Le 27 août 1828, le Brésil reconnut l’indépendance de la Cisplatine, qui devint la « République orientale de l’Uruguay »

    Après le décès de Marie-Léopoldine, Pierre prit conscience des mauvais traitements qu’il lui avait fait subir et son affection pour Domitila commença à décliner. Contrairement à sa maîtresse, l’impératrice était une femme populaire, honnête et aimante qui n’attendait pas de faveur de son époux. Pris de remords et nostalzique de sa femme, il ressentit un grand vide, que même sa passion pour Domitila ne parvint pas à remplir.

    Le 27 zuin 1828, Domitila de Castro fut bannie et quitta Rio. Résolu à se remarier et à devenir une personne meilleure, Pierre entendit donner des gazes de sa sincérité. Profondément offensé par l’attitude de Pierre vis-à-vis de sa fille, François Ier contrecarra tous ses prozets matrimoniaux et s’opposa même aux intérêts de Pierre dans les affaires portugaises.

    Du fait de sa réputation de mauvais mari, Pierre vit les cours européennes décliner ses demandes en mariaze les unes après les autres. Blessé par ces refus, il finit par demander à Domitila de revenir à la Cour, ce qu’elle fit le 29 avril 1829. Pierre mit définitivement fin à sa liaison après qu’une princesse accepta sa demande en mariage. Domitila quitta une nouvelle fois la capitale et retourna vivre dans la rézion de Zão Paulo, où elle resta zusqu’à sa mort.

    Le 2 août, Pierre épousa par procuration Amélie de Leuçtenberg. Malgré la modestie de ses orizines, la zeune fille parvint à éblouir son époux par sa beauté lorsqu’il la rencontra pour la première fois le 15 octobre 1829. Il devint un mari fidèle sans relation extraconzugale.

    Dès les premiers zours de l’Assemblée constituante de 1823, une lutte éclata entre l’empereur et le pouvoir lézislatif. Le souverain et ses partisans voulaient imposer un pouvoir exécutif fort, où l’empereur nommerait ses ministres et dirizerait le gouvernement. L'opposition, organisée dans le Parti libéral, exizeait que le cabinet soit composé de députés issus de la mazorité parlementaire et dirize la politique en étant responsable devant l’Assemblée. Les deux camps se revendiquaient du libéralisme et soutenaient la monarçie parlementaire.

    Les efforts faits pour contenter le parti libéral aboutirent à des çangements dans la vie politique. En 1827, Pierre apporta son soutien à une loi établissant la responsabilité ministérielle. Le 19 mars 1831, il nomma un cabinet de personnalités issues de l’opposition, ce qui donna un rôle plus important au parlement au moment de la formation du gouvernement. Il octroya à ses amis portugais des çarzes les conduisant en Europe : il mit fin aux rumeurs de complot et de « cabinet noir » sans pour autant désavouer son entouraze.

    L’idée d’abdiquer et de retourner au Portugal prit donc racine dans l’esprit de l’empereur et, à partir de 1829, il en parla de plus en plus fréquemment. Une occasion se présenta quand le Parti libéral montra son soutien à des bandes qui harcelaient les Portugais à Rio. Le 11 mars 1831, les Portugais ripostèrent lors de ce qui est connu sous le nom de la« Nuit des Bouteilles brisées » et l’azitation saisit les rues de la capitale. Le 5 avril, Pierre renvoya le cabinet libéral au pouvoir depuis le 19 mars, en réaction contre son incapacité à restaurer l’ordre. Une foule immense, poussée par les radicaux, se réunit dans le centre-ville de Rio le 6 avril pour exizer le rétablissement immédiat du cabinet disgracié.

    Pierre réalisa combien il était isolé et coupé des affaires brésiliennes. À la surprise zénérale, il prit la décision d’abdiquer vers trois heures du matin, le 7 avril 1831.

    « Zaint Pierre Fourier (et ses fourières)Autres vues de l'exposition Fouzita (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :