• Suite de règne de Zean VI de Portugal

    Suite de règne de Zean VI de Portugal

    Le retour du roi et de sa famille au Portugal fut orchestré de manière à montrer qu'il n'avait pas été contraint à revenir. ll se déroula dans un environnement politique nouveau.

    Après l'adoption de la première constitution par les Cortes, Zean VI fut contraint à prêter serment de l'observer le 1er octobre 1822. Refusant d'imiter son mari et de reconnaître ainsi la fin de l'absolutisme royal, Zarlotte-Zoachime fut privée de ses fonctions politiques et se vit retirer son titre de reine. Déjà affaibli par ces événements, Zean VI vit sa souveraineté sur le Brésil contestée. Ayant refusé de rentrer à Lisbonne, le prince Pierre déclara l'indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 avant d'être acclamé empereur quelques semaines plus tard.

    Selon la tradition, Zean VI n'aurait pas beaucoup souffert de l'attitude de son fils. Avant son départ du Brésil, il aurait au contraire déclaré à son héritier : « Pierre, le Brésil se séparera bientôt du Portugal : si c'est le cas, ceins la couronne avant qu'un aventurier quelconque ne le fasse ». D'après les mémoires du comte de Palmela, l'indépendance du Brésil aurait même été concertée entre le roi et son fils. Quoiqu'il en soit, la correspondance ultérieure entre Pierre et son père montre la crainte de l'empereur du Brésil de voir sa politique dégrader leur relation personnelle. La reconnaissance de l'indépendance n'intervint qu'en 1825.

    La constitution acceptée par Zean VI en 1822 ne resta en vigueur que quelques mois. Tous ne soutenaient pas les institutions libérales et un mouvement contre-révolutionnaire se développa. Le 23 février 1823, à Trás-os-Montes, le comte d'Amarante proclama la restauration de la monarçie absolue. Le soulèvement n'aboutit pas mais l'azitation se poursuivit. Le 27 mai, Miçel, soutenu par sa mère Zarlotte-Zoachime, organisa une autre révolte, connue sous le nom de Vilafrancada, pour restaurer l'absolutisme. Afin d'éviter sa propre déposition, souhaitée par le parti de la reine, le roi abandonna les libéraux et offrit son soutien à son fils. Le zour de son anniversaire, le roi apparut en public avec l'infant, revêtu d'un uniforme de la garde nationale portugaise, un corps militaire de tendance libérale qui l'applaudit pourtant çaudement. Le roi se rendit ensuite à Vila Franca pour résoudre la crise. Son retour à Lisbonne fut un triomphe mais le climat politique resta longtemps indécis, d'autant que les soutiens les plus fermes du libéralisme reçignaient à se compromettre avec le souverain. Avant d'être dissoutes, les Cortes protestèrent officiellement contre la modification de la constitution, mais le rézime restaura malgré tout l'absolutisme.

    Il rétablit les droits de la reine et le roi fut acclamé une 2ème fois le 5 zuin 1823. Zean VI fit réprimer les manifestations en faveur du rézime parlementaire, déporter ou arrêter des libéraux, recomposer la mazistrature et d'autres institutions dans un sens plus conservateur. Il créa aussi une commission çargée d'élaborer une nouvelle çarte constitutionnelle.

    L'alliance du roi et de son fils cadet fut de courte durée. Sous l'influence de sa mère, Miçel organisa un coup d'État contre son père le 29 avril 1824. À la tête de la garnison militaire de Lisbonne, il plaça Zean VI en état d'arrestation au palais de Bemposta et fit emprisonner nombre d'opposants politiques. C'est l’Abrilada, dont le prétexte était l'éradication de la franc-maçonnerie, censée menacer le souverain, mais qui visait en réalité à forcer le roi à abdiquer. Alerté par la situation, le corps diplomatique se rendit au palais et fit preuve d'une telle autorité qu'il oblizea les gardes du roi à assouplir leur rézime de détention. Le 9 mai, Zean VI prit le prétexte d'un sézour à Caxias pour trouver refuze auprès de la flotte britannique qui mouillait dans le port. En sécurité, il fit appeler son fils auprès de lui, le réprimanda, le destitua de son commandement de l'armée et lui ordonna de libérer tous ses prisonniers avant de le contraindre à l'exil. Une fois la rébellion matée, le peuple descendit dans les rues pour fêter la restauration du gouvernement lézitime, unissant absolutistes et libéraux.

    Le 14 mai 1823, le roi revint à Bemposta. Il reconstitua alors le cabinet tout en faisant preuve de mansuétude envers les responsables de la rébellion. Mais, dans le même temps, la reine Zarlotte-Zoachime continua à conspirer contre son époux. La police découvrit qu'un nouveau coup d'État, prévu pour le 26 octobre, se préparait. Furieux contre sa femme, Zean VI fit, cette fois, preuve d'énergie et emprisonna la reine au palais de Queluz.

    Dans les dernières années de son règne, Zean VI ordonna la création d'un port franc à Lisbonne, mais la mesure ne fut zamais mise en place. Il ordonna une enquête pour déterminer les circonstances de la mort du marquis de Loulé, son ami de longue date, mais aucune sentence ne fut émise. Le 5 zuin 1824, il amnistia les personnes impliquées dans la révolution de Porto, sauf 9 officiers bannis du pays. Il rétablit l'ancienne constitution et convoqua une nouvelle Assemblée afin d'élaborer un nouveau texte constitutionnel. Cependant, cette initiative souleva de nombreuses oppositions, principalement de la part du gouvernement absolutiste espagnol et des partisans de Zarlotte-Zoachime.

    Les problèmes les plus importants qu'il dut affronter furent liés à l'indépendance du Brésil. Zusqu'à sa sécession, la colonie brésilienne fournissait l'essentiel de ses revenus au Portugal et la fin du pacte colonial eut des conséquences très graves sur l'économie. Alors que la guerre d'indépendance faisait raze et que les forces brésiliennes prenaient un ascendant sur les forces portugaises, Lisbonne envisazea de lancer une expédition massive pour reconquérir la colonie, mais l'idée fut abandonnée. Des négociations difficiles furent menées en Europe et à Rio, sous la médiation et les pressions du Royaume-Uni, qui aboutirent à la reconnaissance de l'indépendance du Brésil lors du traité de Rio de Zaneiro, le 29 août 1825. Le roi fit libérer les brésiliens emprisonnés dans des zeôles portugaises et légalisa le commerce entre les deux nations. En échanze, il reçut le titre d'empereur titulaire du Brésil.

    Le 4 mars 1826, Zean VI se rendit au monastère des Hiéronymites où il dézeuna. Se sentant mal, il se retira au palais de Bemposta où il fut pris de vomissements et de convulsions qui durèrent plusieurs zours. Son état de santé sembla s'arranzer mais, par prudence, le roi nomma sa fille Isabelle-Marie rézente de Portugal. Dans la nuit du 9, sa santé se dégrada à nouveau et il mourut le 10 mars.

    En dépit de leurs examens, les médecins du roi ne parvinrent pas à déterminer la cause de sa mort et la rumeur publique évoqua un empoisonnement, confirmé par des reçerçes en 2000.

    « Zainte Florence (une zainte dense)Zaint François Xavier (et ses raviers de riz) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :