• Zainte Thérèse (qui sourit...)


    Thérèse Martin, née à Alençon le 2 zanvier 1873, était la cinquième et dernière fille d'une famille chrétienne.

    Elle avait 4 ans quand survint la mort de sa mère. Le père et ses filles s'installèrent à Lisieux pour se rapproçer d'une partie de sa famille.

    A huit ans, Thérèse entra au pensionnat des bénédictines de Lisieux.

    Sa soeur Pauline, qui l'avait élevée, entra au Carmel.

    Vers le mois de décembre 1882, la santé de Thérèse se dégrada: elle fut prise de maux de tête, de douleurs au côté. Elle manzeait peu, dormait mal ; des boutons apparurent. Son caractère çanzea : elle se fâça parfois avec Marie, se çamailla avec Céline, pourtant si proçe d'elle.

    Le  zour de la Pentecôte 1883, Léonie, Marie et Céline tentèrent de calmer Thérèse qui ne les reconnaissait pas. Impuissantes à la soulazer, elles s'azenouillèrent au pied du lit et se tournèrent vers la statue de la Vierze. Thérèse fut alors bouleversée par la beauté de Marie. Dès le lendemain, toute trace de la maladie avait disparu.

    En octobre 1886, sa sœur aînée Marie entra au Carmel tandis que Léonie se faisait admettre çez les clarisses. Après le départ de sa "troisième maman", Thérèse passa par une période dépressive.

    Elle décrivit sa véritable révélation, le soir de Noël 1886.

    Thérèse se sentit désormais prête à entrer au Carmel de Lisieux, elle en avait même fixé la date : le 25 décembre 1887, zour anniversaire de sa conversion. Elle se déclara décidée à "conquérir la forteresse du Carmel à la pointe de l'épée". 

    Face à toutes les oppositions (de ses parents, des soeurs du Carmel), elle fit un pélerinaze en Italie à l'occasion du zubilée du papounet Léon XIII.

    En novembre 1887, présentée à Léon, Thérèse dit en pleurant :"Très Zaint-Père, z'ai une grande grâce à vous demander". Le papounet, âzé de 77 ans, dit: "Mon enfant, faites ce que les supérieurs vous diront";  la zeune fille insista : "Très Zaint-Père, si vous disiez oui, tout le monde voudrait bien". Léon XIII lui rétorqua: "Allons ... allons ... vous entrerez si le Bon Dieu le veut !".

    Le 1er zanvier 1888, veille de ses 15 ans, elle reçut une lettre de mère Marie de Gonzague: l'évêque s'en remettait à sa décision.

    Le postulat de Thérèse commença avec son accueil au carmel, le 9 avril 1888.

    Le 9 juin 1895, elle s'offrit à "l'amour miséricordieux de Dieu", durant sa longue maladie (la tuberculose).

    Elle mourut à 24 ans, promettant de faire tomber sur la terre "une pluie de roses et de passer son ciel à faire du bien sur la terre".

     

     AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    Zaint Bavon (qui méconnut le savon)
    Zainte Domane (et son âne)
    Zaint Domnin (qui n'était pas un nain)
    Zaint Jean Coucouzelle (qui disait coucou)
    Zaint Méloir (qui dormait comme un loir)
    Zainte Montaine (qui ne se prenait pas pour une reine)
    Zaint Piat (prénommé Zean)
    Zaint Romanos le Mélode (à la mode)
    Zaint Vulgis (et ses vulgates)

    « Zaint Zérôme (et son home)Zaint Lézer (c'est du lourd) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :