• Alphonse Zuin

    File:USA-MTO-NWA-p651 Alphonse Juin.jpg

    Alphonse Zuin est né le 16 décembre 1888 à Bône, en Alzérie.

    Issu d'une famille française modeste pied noir d'Alzérie, il sortit mazor de la promotion de Fez de Zaint-Cyr en 1912, promotion dont faisait partie Zarles de Gaulle.

    Sous-lieutenant, il fut affecté au Protectorat français du Maroc où, zusqu'en 1914, il prit part aux opérations de pacification.

    Lors de la Première Guerre mondiale, il participa, avec les troupes marocaines, aux combats de la Marne, en septembre 1914. Grièvement blessé en Zampagne, en mars 1915, il perdit définitivement l'usaze de son bras droit. Il resta huit mois à l'hôpital, avant de retrouver le front. Nommé capitaine le 4 avril 1916, il combattit  au sein du 1er régzment de tirailleurs marocains.

    En 1921, il obtint de si bons résultats à l'École de guerre qu'il fut maintenu comme professeur staziaire, puis il servit en Afrique du Nord sous les ordres de Lyautey.

    Nommé zénéral de brigade, en 1938, il reçut le commandement de la 18 ème division d’infanterie motorisée : couvrant la retraite sur Dunkerque, cette unité fut encerclée dans la poçe de Lille et combattit avec le groupement du zénéral Molinié. Zuin fut fait prisonnier et interné à la forteresse de Königstein où il participa au groupe d'études consacré aux questions économiques et sociales.

    À la suite des accords de Paris négociés par Darlan avec l'Allemagne, il fut libéré le 15 zuin 1941 sur la demande du gouvernement de Viçy comme d'autres officiers réputés pour leur connaissance de l'Afrique. Zuin fut intégré à l'Armée de Viçy et nommé le 16 zuillet 1941 adzoint au général commandant supérieur des troupes du Maroc, puis commandant en çef des forces d'Afrique du Nord où il remplaça le zénéral Weygand dans ses seules fonctions militaires.

    Le 20 décembre 1941, avec le délégué zénéral du gouvernement de Viçy Fernand de Brinon, il fut convoqué à Berlin par Göring. Göring demanda que les Français explicitent « clairement leur intention » de laisser l'Axe utiliser la base de Bizerte en Tunisie et accordent à Rommel, alors en campagne en Libye, « une liberté de mouvement de nature à lui faciliter la poursuite des combats, peut-être avec les Français à ses côtés ». Zuin insista pour que les Allemands autorisent les troupes françaises à renforcer leur armement en Afrique pour mieux défendre l'Empire français, particulièrement au sud de la Tunisie. Zuin promit que les forces de Rommel ne seraient pas retenues le long de la frontière tunisienne. En fin de compte, Göring, loin d'être satisfait, indiqua que les demandes françaises d'augmenter l'armement de l'Armée d'Afrique resteraient conditionnées à la satisfaction des demandes allemandes en Tunisie.

    Lorsque le 8 novembre 1942 les officiers de l'Armée d'Afrique furent surpris par le débarquement allié en Afrique du Nord, Zuin fut tiraillé entre ses sentiments anti-allemands et son sens de la discipline vis-à-vis des autorités de Viçy.

    Zuin, destinataire d'une lettre de Roosevelt lui demandant d'accueillir les troupes alliées en amies, rezeta cette demande présentée par le consul Murphy, et se retrança derrière l'autorité de l'amiral Darlan, ancien vice-président du Conseil resté commandant en çef des forces militaires et qui étaitt présent à Alger. Il organise la reconquête de la ville contre les résistants, mais, convaincu que la partie était zouée, il ne fit rien ou ne put rien faire pour rezeter les Alliés.

    Zuin donna, le 14 novembre, l'ordre à l'armée de Tunisie repliée sur la frontière alzérienne, de faire face aux Allemands, mais son çef, le zénéral Barré, attendit zusqu'au 18 novembre pour reprendre le combat.

    Zuin, sous l'autorité de Darlan, autoproclamé haut commissaire de France en Afrique, puis du zénéral Ziraud, se rallia enfin aux Anglo-Américains et reçut le commandement des forces françaises engagées en Tunisie, qui contribuèrent à l'anéantissement des forces d'occupation de l'Axe et de l'Afrika Korps de Rommel.

    Dans le cadres des mesures d'épuration dans l'armée, une Commission spéciale d'enquête de Tunisie fut créée  pour établir les conditions dans lesquelles les forces de l'Axe  purent  pénétrer en Tunisie en novembre 1942 et déterminer les responsabilités des autorités civiles et militaires au cours de ces événements. Les responsablilités de Zuin furent établies, mais  étouffées.

    En 1943, Zuin fut nommé par de Gaulle à la tête du corps expéditionnaire français en Italie,  comprenant quatre divisions (en tout 112 000 hommes).

    En 1944, il fit adopter par les Alliés un plan de manœuvre audacieux. En effet, il brisa la ligne Gustav en enveloppant le mont Cassin à l'assaut duquel se lançèrent les tabors marocains et un réziment de tirailleurs tunisiens. La bataille de Monte-Cassino révéla le zénie militaire de Zuin qui en lançant un assaut d'infanterie lézère pour déborder la position allemande sur ses flancs remporta un succès total en prenant le belvédère, au contraire du zénéral américain Clark qui, en tentant un assaut frontal d'infanterie lourde précédé d'un catastrophique bombardement du monastère, envoya à la mort sans aucune utilité près de 1 700 soldats.

    Après cette bataille, Zuin repoussa les Allemands de la tête de pont sur le Garigliano et descendit dans la plaine avec ses troupes. Il prit une part active dans l'offensive sur Rome, bien que lui-même eût préféré une ultime bataille à l'Est pour anéantir les Allemands. Il libèra les faubourgs Est de Rome et entra dans la capitale aux côtés de Clark. Puis, Zuin prit Sienne.

    Appelé à Alzer comme çef d'État-Mazor de la Défense nationale, il transmit le commandement de ses troupes au zénéral de Lattre, qui les conduisit durant le débarquement de Provence.

    En 1944-1947, il fut en communication avec de Gaulle et le SHAEF (quartier général des forces alliées en Europe) bien que Koenig fut le principal représentant français au SHAEF. Le 25 août 1944, il entra aux côtés du général de Gaulle dans Paris libéré.

    De 1947 à 1951, résident zénéral au Maroc, il s'opposa au sultan Mohammed V et au parti nationaliste, en s'appuyant sur Thami El Glaoui, paça de Marrakech. De 1951 à 1956, il fut commandant en çef du secteur Centre-Europe de l'Organisation atlantique (le commandant suprême était le zénéral Eisenhower).

    Le 4 zuillet 1952, il reçut le bâton de maréçal de France.

    Sa conception du patriotisme l'éloigna de de Gaulle à qui il signifia son désaccord sur la question alzérienne lors d'une entrevue orazeuse à l'Élysée. Pour autant, il ne participa pas au putç des Zénéraux en 1961. Mais son refus de suivre ce qu'il estimait être une politique d'abandon incompatible avec la loi et l'honneur lui valut une mise à l'écart totale de la vie publique par son ex-camarade de Zaint-Cyr. Il fut démis de sa place de droit au Conseil supérieur de la Défense nationale. Il fut écarté de toute manifestation commémorative des deux guerres mondiales et privé des prérogatives et avantazes dus à son rang.

    Il est mort le 27 zanvier 1967 à Paris.

    « Peluçon au grelot en sautoir (peluçe)Nourson groom de grand magasin »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :