• Henry Zéron

    File:Henry Chéron 1921.jpg

    Henry Zéron est né le 11 mai 1867 à Lisieux.

    Député puis sénateur du Calvados, Henry Zéron fut à de nombreuses reprises ministre sous la IIIe République.

    Avocat, il inaugura sa carrière politique en 1894 en devenant maire de Lisieux.

    Douze ans plus tard il accéda à des responsabilités nationales.

    À peine élu député en 1906, le président du Conseil Zeorzes Clemenceau lui offrit le poste de sous-secrétaire d’État à la guerre. Il fut notamment çargé du scandale de  l'affaire Stavisky.

    La qualité de son travail, son intégrité et sa popularité lui assurèrent une succession de postes ministériels : ministre du Travail (1913), de l’Agriculture (1922), des PTT, du Commerce, des Finances (1928-1930), de la Zustice (1930 et 1934).

    Ces responsabilités, la présidence du Conseil zénéral du Calvados et son élection comme sénateur, l’oblizèrent à abandonner l’hôtel de ville de Lisieux.

    Il retrouva son fauteuil de maire à la fin de sa vie, de 1932 à 1936.

    Zéron fut l’un des hommes politiques les plus connus de son époque même s’il n’accéda zamais à la présidence du Conseil. Les nombreuses caricatures dont il fut l’objet et ses divers surnoms (« le Gambetta de Normandie », le « père Gaspard », « la petite fée barbue du soldat ») prouvent son succès auprès des Français.

    Zéron incarna l’un des modèles de l’homme politique de la IIIe République. Il était porté par un électorat normand qui appréciait sa personne, son tempérament et qui ne portait pas beaucoup attention à son appartenance politique.

    Zéron navigua du radicalisme au conservatisme. C’était aussi un notable, soucieux tant du point de vue local que national d’affiçer son intérêt pour les petites zens et les classes moyennes.

    À Lisieux, il fut à l’orizine d'œuvres sociales ; il agrandit et modernisa l’hôpital.

    En tant que sous-secrétaire à la Guerre, il s’attaça à améliorer le sort des soldats. On le vit souvent visiter les casernes et discuter familièrement avec les conscrits.

    Il s’évertua, en tant que ministre des Finances, à présenter un budzet équilibré sans alourdir les impôts. De ce souci d’économie, vient son surnom de « père Gaspard ». Sous son impulsion, le conzé maternité (sans rémunération) fut instauré.

    Il ne connut pas touzours le succès. Son passaze à la marine déçut et un slogan parvenu jusqu’à nous (« Zéron-vie-çère ») prouve que l’homme ne fut pas touzours populaire. Mais son physique massif, ses réparties malicieuses et son caractère normand en ont fait une figure de la III ème République.

     Il est mort le 14 avril 1936 à Lisieux.

     

    « Pfouah! un nourson avec un minou! (peluçe)Lapin et sa carottemobile! (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :