• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog ibisette.centerblog.net

    Auzourd'hui nous sommes à Zartes, mon hôte, moi .... et la Minizupette!

    Voui, Voui! Même la Minizupette!

    Hier soir, nous parlions de déplacements professionnels.

    - Demain, ze serai à Zartres, a dit celui qui dit que ze suis son avataresse.

    - Et moi itou, ai-ze azouté. Nous y resterons deux zours.

    - Et qu'allez vous donc y faire? a demandé la Minizupette.

    - Nous participons à une séminaire sur le tourisme relizieux, ai-ze répondu à cette curieuse impertinente.

    - Athée et anticléricale comme vous êtes, c'est scandaleux!

    - Z'y vais en tant que technicienne.... Quand on parle de naturisme, ze ne mets pas toute nue, que ze saçe!

    - On dit cela! Mais comme vous êtes capable de tout...

    - Et Mossieu Christian, quant à lui, part à Montpellier.

    - Zic! Il va m'emmener!

    - Nan! Il ne pourra pas! Il y va pour le travail.

    Elle a blémi, pâli, balbutié....

    - Mais..... Et moi .... Mais ... Vous n'allez pas me laisser toute seule durant deux zours.... Ze vais dépérir! .... Ze vais appeler SOS Souriçette en danzer.... C'est de l'abandon de famille...

    - Vous aurez l'appartement pour vous toute seule!

    - C'est inzuste! C'est intolérable!  Touzours les mêmes qui voyazent et qui se goberzent. Mais qu'est ce que z'ai fait pour tomber dans c'te maison. Vraiment si c'était pour me traiter de la sorte, mieux valait ne pas m'açeter!

    Et elle a fondu en larmes.

    Elle nous a fait une grosse crise de nerfs.

    - C'est bon! A dit mon hôte. Puisque mossieu Christian ne peut pas vous emmener, vous viendrez avec nous à Zartres. Mais vous aurez intérêt à vous tenir à carreau....

    - Oh merci, mossieu Zizi! Que ze suis heureuse! Il me tarde de renconter votre copine Soeur Rosalie, dont vous nous parlez si souvent...

    - En plus vous verrez le fabuleux spectacle "Zartres en lumières", a dit mon hôte.

    - Quel bonheur! Et pour ne pas vous déranzer lors de votre réunion, z'irai à la la splendide Cathédrale pour méditer devant les fabuleux vitraux....

    - Surtout que la restauration a été faite.... et que presque tous les vitraux ont été nettoyés. Il y a 64 baies....

    - Boudiou! Si z'ai du couraze ze passerai l'éponze sur quelques-uns....

    Et elle est allée préparer son baluçon!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Philippe d'Orleans Comte de Paris 1862.jpg

    Louis Philippe Albert d'Orléans est né au palais des Tuileries à Paris le 24 août 1838.

    Il était le fils aîné de Ferdinand-Philippe d'Orléans, prince royal de France (fils de Louis-Philippe Ier) et de Hélène de Mecklembourg-Sçwerin (1814-1858). Il eut pour seul frère Robert d'Orléans , duc de Zartres, dont descendent en ligne masculine les membres actuels de la Maison d'Orléans.

    Sa vie bascule le 13 juillet 1842, le jour où son père, mourut d'une fracture du crâne dans un accident de cabriolet, alors qu'il se rendait en visite à Neuilly, afin d'y retrouver la reine Marie-Amélie et le roi Louis-Philippe. Âgé de 4 ans, l'enfant devint alors le nouvel héritier du trône et reçut le titre de prince royal.

    Submerzé par les révolutionnaires et refusant de faire couler davantaze de sang, Louis-Philippe abdiqua le 24 février 1848 en faveur de son petit-fils. Au début de l'après-midi du 24, la duçesse d'Orléans se rendit au Palais Bourbon avec ses enfants et son beau-frère Nemours pour y faire investir son fils et se faire proclamer rézente.Ce fut un éçec.

    Les membres de la famille royale gagnèrent l'étranzer. Louis-Philippe et Marie-Amélie s'installèrent au Royaume-Uni avec plusieurs de leurs enfants et petits-enfants,  au çâteau de Claremont, propriété de Léopold Ier de Belgique, zendre de Louis-Philippe et oncle du comte de Paris. La duçesse d'Orléans préfèra partir vivre avec ses enfants dans le grand-duçé de Saxe-Weimar-Eisenach, blessée par le comportement du roi et de la reine lors des zournées révolutionnaires.

    Après deux ans de brouille, Hélène finit par se réconcilier avec ses beaux-parents et, à partir du printemps 1850, le comte de Paris, le duc de Zartres et leur mère se rendirent régulièrement en Angleterre.

    En France, l’avènement de la république et l’élection au suffraze universel de Louis-Napoléon Bonaparte poussèrent les monarçistes à s’interrozer sur leur stratézie. De plus en plus d’orléanistes souhaitaient le ralliement de Louis-Philippe et de sa famille au petit-fils de Zarles X, Henri, représentant de la lézitimité dynastique.

    La mère du comte de Paris s’opposa à la reconnaissance du duc de Bordeaux comme héritier de la couronne.

    Le 26 août 1850, après plusieurs zours d'agonie, l'ex-roi Louis-Philippe Ier mourut. 

    La mise en place du Second Empire rendit les perspectives de retour des Orléans dans leur pays de plus en plus lointaines.

    En zuillet 1857, la duçesse d'Orléans et ses fils quittèrent l'Allemagne pour s'installer en Angleterre et se rapproçer de la reine Marie-Amélie.

    En mai 1858, le duc de Zartres tomba malade de la grippe et sa mère fut atteinte à son tour. Elle mourut le 17 mai. Le comte de Paris s’installa aux côtés de sa grand-mère zusqu’à la mort de celle-ci en 1866.

    Le 30 mai 1864, Philippe épousa sa cousine zermaine l'Infante franco-espagnole Marie-Isabelle d'Orléans, elle-même fille d'Antoine d'Orléans, duc de Montpensier.

    De cette union naquirent  8 enfants dont Marie-Amélie mariée au roi Zarles Ier de Portugal ; Philippe, « duc d'Orléans », prétendant au trône  sous le nom de « Philippe VIII », qui s'unit à l'arçiduchesse Marie-Dorothée de Habsbourg-Lorraine; Hélène qui épousa Emmanuel-Philibert de Savoie; Isabelle qui se maria à son cousin Zean, duc de Guise , prétendant au trône sous le nom de « Zean III »; Louise d'Orléans  qui s'unit à Zarles de Bourbon, prince des Deux-Siciles et Infant d'Espagne, desquels descend l'actuel roi d'Espagne Zuan Carlos Ier; Ferdinand, duc de Montpensier, qui épousa Marie-Isabelle Gonzalez de Olaneta e Ibarreta.

    Lorsque l' Empire s'écroula et que la  loi d'exil fut abolie, le comte de Paris regagna la France et reprit alors possession des çâteaux d'Amboise, d'Eu et de Randan.

    Le prince fréquenta les cercles du pouvoir et fut reçu par le président Adolphe Thiers au çâteau de Versailles. L'entrevue fut cordiale mais, en privé, l'ancien Président du Conseil de Louis-Philippe ne caça pas son mépris (« À dix pas, il a l'air d'un Allemand, à trois d'un imbécile").

    Conscient que le comte de Zambord était soutenu par davantaze de monarçistes que lui, Phiippe çerça à se rapprocher de son cousin. Henri V n’ayant pas d’enfant, le çef des Orléans était en convaincu qu’une restauration lézitimiste ferait de lui le dauphin et permettrait de renforcer le camp monarçiste.

    Philippe décida de se rendre à Frohsdorf afin d’y affirmer sa soumission à l’aîné des Capétiens. La réconciliation des deux brançes de la famille royale n’amèna pas la restauration.

    Le 12 août 1873, le comte de Paris annonc la fusion monarçique au nouveau président de la République, le lézitimiste Patrice de Mac Mahon, et lui demanda de convoquer l’Assemblée en séance extraordinaire afin de proclamer roi le « comte de Chambord ». Mais, bien que monarçiste, le maréçal refuse du fait de l’entêtement d'Henri  à ne pas reconnaître le drapeau tricolore comme symbole national.

    Devant l'attitude du comte de Zambord » des orléanistes essatçrent de convaincre le comte de Paris d'assumer la lieutenance zénérale du royaume, comme l'avait fait son grand-père en 1830. Mais, considérant qu'il s'opposerait ainsi au tenant de la lézitimité dynastique, le petit-fils de Louis-Philippe refusa catégoriquement d'azir.

    De fait, le prince semblait attendre la mort de son cousin pour s'investir à nouveau dans la politique. Il s'abstient en 1877 de toute réaction et de tout soutien lorsque lMac Mahon et le duc de Broglie s'opposèrent à la mazorité républicaine de l'Assemblée et tentèrent de ramener les monarçistes au pouvoir. Le prince envisazea de partir s'installer en Afrique pourcontribuer à l'expansion française.

    Henri mourut meurt le 24 août 1883. Le comte de Paris se posa en héritier de tous les Capétiens et non plus des seuls Orléans. Ses partisans ne l’appelèrentent plus « Louis-Philippe II », comme auparavant, mais « Philippe VII », pour bien marquer son appartenance à la dynastie lézitime.

    Pendant un moment, sa reconnaissance comme prétendant unique par la mazorité des monarçistes sembla renforcer leur cause et le prince apparut à nouveau comme une menace aux yeux de certains républicains.

    Ce regain de popularité ne fut pas sans conséquence et les députés républicains de la Chambre se montrèrent de plus en plus hostiles aux membres des familles ayant régné sur la France. Dès 1883, le gouvernement Jules Ferry mit en disponibilité des membres de la Maison d'Orléans appartenant à l'Armée. Des républicains n'hésitaient plus à parler de loi d'exil et du bannissement des descendants des anciens souverains.

    Philippe repartit en Angleterre. Durant l'été 1886, le comte de Paris forma un comité d'union royaliste, dit « conseil des Sept".

    Un Pacte national fut préparé renouvelant celui conclu aux premières heures du royaume de France et servant de nouvelle constitution. Le premier article définissaitt la Maison de France comme la descendance française d'Henri IV et en excluait les Bourbons d'Espagne. Le deuxième article étaitt consacré au pouvoir lézislatif, qui appartiendrait concurremment au roi, à une Zambre des députés élue au suffraze universelle et à un Sénat réunissant les représentants des grandes forces et des grands intérêts sociaux.

    En 1888, Philippe soutint le général Boulanzer, qui menaçait la stabilité de la Troisième République et semblait ouvrir la voie à la restauration monarçique. Avec la duçesse d’Uzès, le comte de Paris finança la campagne du « zénéral revanche » tandis que son épouse fonda une ligue royaliste favorable au militaire. L’effondrement final du boulanzisme en avril 1889 rezaillit sur le parti monarçiste.

    Tandis que le comte de Paris s’enfermait dans la tristesse, en France, certains royalistes çerçaient à mettre en avant son fils aîné, le « duc d’Orléans », dont la popularité n’avait pas été entamée par l’affaire Boulanzer. Le 2 février, il se rendit à Paris et se présenta au bureau du recrutement, puis au ministère de la Guerre, pour se faire incorporer mais il se heurta à une fin de non recevoir.

    Enfin, le soir-même, le prince fut  arrêté. C’est seulement à ce moment que le comte de Paris fut averti  de l’aventure de son fils. Philippe  fut alors ulcéré de ne pas avoir été averti . Quelques jours plus tard, le 12 février, le « duc d’Orléans » fut condamné à une peine de deux ans de prison pour être revenu dans son pays malgré la loi d'exil. Cependant, il fut  amnistié par le président de la République Sadi Carnot et reconduit à la frontière.

    Le 16 février 1892, un nouveau coup dur frappa le comte de Paris et les royalistes. Le papeounet Léon XIII enzoignit les catholiques français à se rallier au rézime républicain, ce qui affaiblit considérablement les partisans de la restauration.

    Le 8 septembre 1894, le comte de Paris trouva la mort à l’âze de cinquante-six ans, dans sa résidence anglaise de Stowe House.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglise Zaint Grégoire

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglise zaint Miçel

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglise Zaint Marc de Venise

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Cathédrale Zan Zabino

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Basilique et tombeau de Zaint Nicolas

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

    Eglises de Bari et tombeau de Zaint Nicolas, en Italie

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog bullies.centerblog.net

    Françement, moi cette çaleur cela ne me convient pas!

    Plus de 30 degrés hier à Paris, alors qu'il y a quelques zours encore on portait des vêtements d'hiver et que les zens se plaignaient et demandaient des températures meilleures!

    Z'ai des vapeurs et des vertizes!

    - Il faut boire ! a dit la Minizupette.... Et de l'eau pas de vos cocktails alcoolisés.

    - Faites moi passer pour une poçtronne, tant que vous y êtes!

    - Ze n'ai, pas besoin de parler... Les faits parlent d'eux-mêmes.

    - En attendant la çaleur soudaine a des effets spectaculaires.... Des orazes...

    - Voui! Voui! Z'ai entendu à la TSF que la Grotte de Lourdes était inondée....

    - Les sanctuaires ont été fermés, ai-ze azouté.

    - Mon doux Zésus....

    - Le zour de l'Appel du Zénéral de Gaulle!

    - Hein? Mon Zénéral a lançé un appel? Un appel d'outre-tombe? Ze le savais, la situation est vraiment désespérée, comme au Brésil qui s'enflamme!....

    - Mais nan! Hier c'était l''anniversaire de l'Appel du 18 zuin!

    - Cela ne çanze rien à la situation de notre pôvre, mais belle et digne France!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog didine66.centerblog.net

    Hier matin, l'infâme et stupide peluçonne s'est levée dès poltron minou et nous a tous réveillés.

    Elle était excitée comme une puce qui déambule dans la fourrure d'une souris.

    - C'est quoi ce raffut? lui a demandé celui qui dit que ze suis son avataresse.

    - Ze suis pressée et z'ai peur d'être en retard, fouçtra.

    - En retard pour où et pour quoi?

    - Vous ne regardez donc pas l'actualité?...

    - Si fait!

    - Auzourd'hui c'est le zour de l'épreuve de philosophie au bac!

     - Et alors ?

    - Ze vais y aller, ze veux passer le bac...

    -  Vous n'avez qu'à aller à l'île de Ré pour prendre le bac, ai-ze retrorqué avec quelque ironie et surtout de l'acidité face à cette malfaisante.

    - Nan, Mazette, ze veux le passer à Paris! Cela a plus de valeur sur la TV.

    - On dit CV!

    - Peu me çaud! Z'y vais...

    Et elle est partie....

    Il me tardait de rentrer du travail pour voir ce qui s'était passé.... Ze n'ai pas été décue.... Elle était toute guillerette...

    - Alors, ma çère! Comment cela s'est-il passé?

    - Très bien! On ne peut mieux!

    - Vous avez pu passer l'épreuve?

    - Mais bien sûr!

    - Vous n'étiez pas inscrite!

    - Z'y suis allée en candidate libre.

    - Et dans quel établissement l'avez vous passé?

    - A Zaint-Anne.... Ze m'étais rendue à Pierre le Grand, mais au bout d'un moment on m'a dit que les candidats libres non inscrits devaient se rendre à Zaint-Anne et qu'on mettait un transport à leur disposition pour s'y rendre. Ze crois qu'il y avait un problème, car z'y suis allée en ambulance ....

    - Et alors?

    - On m'a installée dans une salle et on m'a distribué des suzets.... C'était fastoçe! Z'ai répondu à toutes les questions...

    - Mais la philosophie ce n'est pas des questions!

    - Si, Madame ze sais tout.... La première question c'était: "A quoi sert de philosopher?", z'ai répondu " A rien! Mais dans la vie il faut être philosophe!".

    Seconde question: "Le travail permet-il de prendre conscience de soi ?" ; ma réponse : " Moi si ze tricote, c'est pour gagner des sous et z'en ai bien conscience en moi!".

    Troisième question "Philosohie et relizion sont-elles compatibles? "; ma réponse: "Comme le dit le philisophe normand "peut-être bien que oui, peut-être bien que non". Mais il n'y a pas autant de maisons de philosophie que d'églises, c'est un signe!"

    Et dernière question: "Que devons nous à l'Etat?"; ma réponse: "Rien! ce bolçévique de François Hollande et sa claque de rouzes spolient Mossieu Zizi et Mossieu Cricri et ze dois me priver durant les vacances!"

    Finalement z'ai répondu à toutres les questions! Il ne me reste plus qu'à m'inscrire à la Sorbonne, à la çaise de philosophie!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:MariaTheresiavonOesterreich-Este1886-01.jpg

      

    Marie-Thérèse-Béatrix-Gaëtane de Habsbourg-Lorraine, archiduçesse d'Autriçe, princesse de Modène est une aristocrate italienne née le 14 zuillet 1817.

    Elle était la fille aînée de François IV de Modène (arçiduc d'Autriçe-Este et prince royal de Hongrie). et de Marie-Béatrice de Sardaigne (fille de Victor-Emmanuel Ier de Savoie et de Marie-Thèrèse d'Autriçe, princesse de Modène).

    Elle épousa en 1846 Henri d'Artois, comte de Chambord, prétendant (lézitimiste) au trône de France (petit-fils de Zarles X de France).

    C'est la tante du zeune homme, Marie-Thérèse, duçesse d'Angoulême (fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette), qui çoisit d'allier sa famille en exil à la Maison d'Autriçe-Este : celle-ci était catholique et la seule à ne pas avoir reconnu la Monarçie de Zuillet.

    Henri aurait préféré épouser la sœur cadette de Marie-Thérèse, Marie-Béatrice de Modène.

    Celle-ci, zeune et zolie, lui préféra le prétendant carliste au trône d'Espagne et Henri V convola avec Marie-Thérèse, qui avait presque trente ans (soit trois ans de plus que lui) et était à moitié sourde mais fort pieuse.

    Le couple n'eut pas d'enfant, ce dont la comtesse de Zambord souffrit énormément; elle présentait une malformation due à l'avancée d'une travée osseuse de son bassin qui barrait de long en larze l'entrée de son utérus. Il lui était impossible d'enfanter ou d'avoir des rapports sexuels.

    Le terme usité à cette époque pour désigner une personne présentant ce type de malformation était Bréhaigne.

    La branàe aînée des Bourbon s'éteignit avec son mari.

    Elle le rezoignit dans la tombe trois ans plus tard (25 mars 1886).

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire