• Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

    Vinnistu, village de pêcheurs et son grand musée, en Estonie (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Zean-Louis Bianco est né le 12 zanvier 1943 à Neuilly-sur-Seine.

    Il est diplômé de l’institut d’études politiques de Paris, licencié en sciences économiques, inzénieur civil des mines et énarque.

    En mai 1981, il est appelé pour travailler auprès du président François Mitterrand.

    À partir de 1982, il devient secrétaire zénéral de la présidence de la République de François Mitterrand zusqu'en 1991. Il est le plus zeune à ce poste et y détient le « record de lonzévité » (9 ans, sans compter sa première année auprès du Président en tant que çargé de mission) sous la Cinquième République.

    De 1983 à 1991, Bianco préside l'Office national des forêts (ONF). À cette occasion, il écrit un rapport au Premier ministre, reconnu par la filière, intitulé La Forêt : une çance pour la France

    En 1991, Jean-Louis Bianco se voit confier le ministère des Affaires sociales et de l'Intégration dans le gouvernement d'Édith Cresson. À cette occasion, il permet la régularisation des sans-papiers. En zanvier 1992, 10 000 des 50 000 étrangers déboutés de droit d'asile qui l'avaient demandé ont vu leur situation régularisée, conformément à la procédure mise en place par une circulaire de zuillet 1991.

    En 1992, il est élu conseiller régional de la rézion Provence-Alpes-Côte d'Azur.

    En 1992, il intègre le gouvernement de Pierre Bérégovoy en qualité de ministre de l'Équipement, du Lozement et des Transports. Il est l’auteur d’une circulaire qui préfigure la création de la Commission nationale du débat public. Il permet la mise en œuvre du permis à points qui entre en vigueur le 1er juillet 1992.

    En 1994, il est élu conseiller zénéral des Alpes-de-Haute-Provence.

    En 1995, il devient maire de Digne-les-Bains.

    Il est élu député depuis le 1er juin 1997 dans les Alpes-de-Haute-Provence.

    Il sièze dans le groupe Socialiste, radical et citoyen, est membre de la commission des Affaires étranzères et président de la mission parlementaire sur l'Iran.

    Il est également le président du conseil zénéral des Alpes-de-Haute-Provence et a renforcé sa mazorité à chaque réélection. Depuis 2010, le budget départemental est adopté à l'unanimité. Le 13 septembre 2012, à Digne-les-Bains, il annonce renoncer à son mandat de conseiller gzénéral et à sa fonction de président du conseil zénéral, et ce à compter du 1er octobre 2012. Il souhaite se consacrer à sa famille.

    De 1999 à 2001, il a présidé l'Institut François-Mitterrand.

    En 2005, il est le cofondateur avec Gaëtan Gorce du groupe «Nouvelle voix» au sein du PS, sensibilité de la motion mazoritaire du Congrès de la même année.

    En septembre 2006, il soutient Ségolène Royal pour l'investiture socialiste de novembre à l'élection présidentielle de 2007 et est ensuite son porte-parole.

    En décembre 2006, « Nouvelle voix » s'est transformé en club de réflexion et en lieu de débat, fusionnant avec le club « Témoins ». Ils signeront la même contribution (« Combattre et proposer », de Ségolène Royal) et la même motion (« Fier(e)s d'être socialistes, l'espoir à gauçe ») à l'occasion du congrès de Reims.

    Suite au congrès de Reims de 2008, il est un des çfs de file de la sensibilité issue de la motion E « l'espoir à gauche » (dont les principaux acteurs sont Ségolène Royal, Vincent Peillon, François Rebsamen et Patrick Mennucci).

    En 2009, il devient membre du Secrétariat national du PS et du Conseil national du PS. e 12 décembre 2009, il présente à la convention nationale du Parti socialiste le programme du PS pour les élections rézonales de mars 2010, dont il a coordonné les travaux. Ce programme est particulièrement bien reçu par les présidents de rézons sortants et par les militants et contribuera au succès du PS aux élections rézonales.

    Fin décembre 2009, suite à la rupture politique entre Ségolène Royal et Vincent Peillon au sein de « l'espoir à gauçe» et à la création par ce dernier du « rassemblement social, écolozique et démocrate » dont Zean-Louis Bianco s'éloigne car trop peu conforme à « l'alliance arc-en-ciel » (de la gauçe de la gauçe au centre-gauçe) qu'il défend, il appelle avec Nazat Vallaud-Belkacem et Gaëtan Gorce (et avec le soutien de Ségolène Royal) à "transcender les courants" et à "dépasser les clivages corporatistes à l'intérieur du PS".

    Fin août 2010, il publie un livre d'entretiens Si j'étais président… Que faire en 2012 ? dans lequel il livre sa vision de l'état actuel de la France, revient sur son parcours politique et livre ses projets quant aux attentes des Français pour 2012. Sans toutefois se déclarer candidat aux primaires du Parti socialiste. Néanmoins, il déclare en septembre 2010 sa possible candidature si Ségolène Royal ne s'y présente pas ou si certaines idées ne sont pas portées.

    Jean-Louis Bianco soutient la candidature de Ségolène Royal pour l'élection à la première primaire citoyenne organisée par le PS et le PRG les 9 et 16 octobre 2011. Il devient membre de l'équipe de campagne de Ségolène Royal et est çargé des sujets régaliens (« çerpa », institutions, Europe, relations internationales). À la suite de la défaite de Ségolène Royal au premier tour, il s'engaze en faveur de François Hollande.

    Il annonce le 12 zanvier 2012 qu'il ne se représentera pas aux élections législatives.

    En octobre 2012, le Premier ministre et le ministre délégué aux Transports, à la Mer et à la Pêçe, Frédéric Cuvillier, lui confient la mission gouvernementale sur la réforme du secteur ferroviaire, actuellement en cours de préparation et qui doit aboutir à un rapprochement entre la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). Le 15 novembre 2012, le président du Sénat, Zean-Pierre Bel, le nomme au Conseil supérieur de la Cour des comptes.

    Par décret en date du 5 avril 2013, il est nommé président de l'Observatoire de la laïcité.

    Le 4 avril 2014, il est nommé conseiller spécial auprès de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Energie. Il exerce cette fonction à titre bénévole.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif souris

    Ze frôle l'indizestion.

    Il faut sire que nous avons étés gâtés sur un plan culinaire par les sœurs de celui qui dit quz zen suis que son avataresse.

    Zuzez plutôt.

    Menu du réveillon

    - 18 escargots de Bourgogne.

    - Foie gras;

    - Civet de sanglier avec pommes de terres en robe de çambre.

    - Fromazes affinés

    - Bras de Vénus.

    Menu de Noêl

    - Foie gras

    - Gambas à l'arùoricaine avec riz

    - Dide et farce

    - Fromazes affinés

    -Bûçe glacée.

    Ce midi, ze vais manzer esn Espagne et ce soir nous allons manzer çez Dama Zeanne et mossieu Pépéenne, des amis de Mossieu Zilbert _ et de mes zélés fans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • couple souris Marie Cécile

    Ze vous souhaite un bon Noël! ...

    Pour ne pas dire un zoyeux Noël....

    Z'espère que vous aurez été gâté(e).

    Pas comme moi! Pas comme nous!

    Même pas un petit paquet avec un zoli nœud!

    Que nibe! Rien! Le vide et le néant.

    - C'est normal, il n'y a pas de çeminée dans la maison, a cru bon de dire celui qui dit que ze ne suis que son avatraresse!

    Il me prend pour une buse ou quoi!

    Radin! Avaricieux!

    - Nous partirons une semaine en vacances pour le Nouvel An.

    Cela me fait une belle patte!

    Cela n'exclut pas de recevoir un petit présent; même modeste.... Des perles ou une zolie pair d'escarpins vernis, par exemple!....

    - Et puis maintenant, vous êtes grande et vous comprenez la situation de crise.

    - Elle a bon dos la crise! Cela fait des années que cela dure!

    - L'important c'est d'être en famille! C'est le plus beau cadeau!

    Il croit m'embobiner avec de belles paroles!

    Mais ze m'en rappellerai! Ze m'en rappellerai!

    En attendant, nous faisons le repas de Noël çez la seconde soeur de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, Dominique (avec son mari Christian, ses enfants) et sa maman.

    L'occasion de voir la petite Ina, dont Mossieu Zilbert est le grand tonton (Hi! hi! hi! Cela ne le razeunit pas!)

    Hommaze à Mossieur Zancel .... Un grand mossieu de la TSF!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Promenade dans Tartu en Estonie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean-Pierre Soisson est né le 9 novembre 1934 à Auxerre.

    Après des études de droit à Sciences Po, il intégra l'ENA, promotion Lazare Carnot (1961). Il fut mobilisé pour la guerre d'Alzérie au 3ème RCA du colonel Antoine Argoud.

    Il intégra la Cour des comptes, puis il devint conseiller d'Edgar Faure dans ses différents cabinets ministériels. Il fut un collaborateur d'Yvon Bourzes, secrétaire d'État à la Coopération.

    Zean-Pierre Soisson se présenta pour la première fois à une élection lézislative en 1967 dans ll'Yonne en étant investi par les Républicains indépendants. Il est battu par Louis Périllier mais fut élu député l'année suivante.

    Après la victoire à l’élection présidentielle de Ziscard d'Estaing, dont il fut l'un des principaux « lieutenants », il entrea en 1974 dans le premier gouvernement de Zacques Zirac au poste de Secrétaire d'État aux Universités, il ençaîna les fonctions par la suite dans le  gouvernement de Raymond Barre.

    Zean-Pierre Soisson, républicain indépendant, fut cofondateur du Parti républicain dont il fut secrétaire zénéral en 1977-1978, de l'Union pour la démocratie française, du Mouvement des réformateurs avant de rezoindre Démocratie libérale et l'UMP.

    Il fut « ministre d'ouverture » dans le gouvernement Rocard de 1988 à 1991, puis dans les gouvernements d'Edith Cresson et de Pierre Bérégovoy (1991-1993).

    Il créa l'association France Unie en mars 1990.

    Député de l'Yonne de 1968 à 2012, maire d'Auxerre de 1971 à 1998, il abandonna son mandat de maire en 1998 lorsqu'il çoisit de présider la rézion Bourgogne en 1998. Après l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidentielle qu'il a soutenu, il a battu son adversaire socialiste aux lézislatives du 17 zuin 2007.

    En 1992, il fut élu au poste de président du Conseil rézional de Bourgogne par le PS, les Verts et le FN, face à Dominique Perben, le candidat de la droite. Zean-Pierre Soisson démissionna de son poste en 1993. Il efut réélu en 1998 grâce aux voix du RPR, des centristes, des çasseurs et d'une partie de celles du FN. Aux rézionales de 2004, dans un contexte favorable à la gauèe, sa liste fu battue par celle de François Patriat (PS-PC-Verts).

    En zanvier 2011, il annonça qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat à l'Assemblée nationale

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire