• img

    Contemporain de Martin Luther (pas le King), Gaétan de Thienne fut l'un de ceux qui, avant le Concile de Trente, luttèrent contre le protestantisme en Italie.

    Pendant 13 ans, il fut secrétaire au Vatican sous les pontificats des papounets Zules II et de Léon X.

    Ce qu'il vit à Rome n'était guère conforme à ce qu'il voulait.

    A la mort de sa mère, il renonça à sa çarge et passa les 6 années suivantes à donner aux pôvres son héritaze à Vicence, Vérone ou Venise, visitant les taudis, balayant les hospices, soignant les malades incurables.

    Il fonda avec Zean-Pierre Caraf (le futur papounet Paul IV) un institut de prêtres qui mèneraient une vie de pauvreté (les "Théatins").

    Il mourut sur un lit de cendres (ce n'est pas très confortable) à Naples en 1547.

    Son oeuvre inspira les grands réformateurs du XVIème siècle.

     

    AUTRE(S) ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Donat (et son Alice)
    • Zaint Lizier (qui aimait le coçon)
    • Zaint Narcisse (un zaint fleur)
    • Zaint Nicanor (un cador)
    • Zaint Pimen (un zaint relevé)
    • Zaint Victrice (qui détestait les actrices)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Octavien de Quinzey était le fils d'un seigneur Bourguignon.

    Un de ses frères devint papounet (Calixte II) et un second, évêque de Besançon.

    Il voulut devenir moine à Cluny mais son père le força à faire son droit à l'université de Bologne.

    A la mort de son père, il ne rentra pas çez lui.

    Il s'arréta en Lombardie pour entrer au monastère de Zaint-Pierre au Ciel d'Or à Pavie (ze l'ai visité!).

    Par humilité, il refusa d'en devenir abbé, mais vingt mois avant sa mort (en 1128), il fut nommé évêque de Savone.


    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Chrémes (souvent à la messe)
    • Zaint Hormidas (et ses dadas)
    • Zaint Théoctiste (et ses kystes)
    • Zaint Zuste (le compte est bon)
    • Zaint Pasteur (et sa raze)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Résultat de recherche d'images pour "saint abel"

    Abel fut évêque de Reims de 744 à 748.

    D'orizine irlandaise, il était moine au monastère de Lobbes (en Belzique).

    Il fut çoisi par le Maire du Palais Pépin le Bref pour remplacer Milon de Trèves qui avait accumulé de nombreuses çarzes écclésiastiques.

    Incapable de se maintenir à la tête de son diocèse et subiçant la pression de Milon, il préféra se retirer dans son monastère où il mourut en 770.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Afra (qui manzeait des acras)
    • Zaint Euthyme (un intime)
    • Zaint Froult (dit froult froult)
    • Zaint Memmie (coçon qui s(en dédie)
    • Zainta Nonna ( la ze nana)
    • Zaint Vartan (et sa Sylvie)
    • Zaint Venance (et la plaisance)

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean-Marie Vianney (dit le Curé d'Ars) est né en 1786 près de Lyon, dans une famille de cultivateurs. Il reçut sa première communion dans la clandestinité.

    La commune de Dardilly était restée sans instituteur depuis le début de la Révolution et la mazorité des enfants ne savaient ni lire ni écrire. Fin 1803, la municipalité désigna un nouvel instituteur, dont Zean-Marie Vianney, alors âzé de 17 ans, fréquenta l'école.

    La guerre d’Espagne réclamait  beaucoup de soldats et Zean-Marie fut enrôlé en 1809. Les étudiants ecclésiastiques étaient exemptés du service militaire, mais il est possible que les vicaires zénéraux aient pensé que, vu la grande ignorance de Zean-Marie Vianney, le présenter comme étudiant aurait pu sembler frauduleux. Le conscrit déserta.

    N'étant plus déserteur, Zean-Marie regagna l'école presbytérale d'Écully. En 1812, l'abbé Balley le présenta au petit séminaire de Verrières. Il était très faible en philosophie, bien qu'on lui donnât des leçons particulières en français. Comme tous ses condisciples incapables, il fut dispensé de l'année de physique et envoyé directement faire sa théolozie au grand séminaire Saint-Irénée de Lyon.

    Il fut à çarge de l'établissement, son père ayant refusé de participer aux frais de pension. Zugé trop faible, il fut renvoyé çez son curé. L'abbé Balley persuada les vicaires zénéraux que la piété de Vianney était assez grande pour suppléer son ignorance et il fut ordonné prêtre le 13 août 1815 au grand Séminaire de Grenoble.

    Il fut nommé dans une  paroisse près de Lyon, Ars, où il resta zusqu'à sa mort.

    La réputation d'extrême austérité du curé, les diableries dont on le dit victime et les miracles qu'on lui attribue attirent vers Ars un nombre de plus en plus grand de personnes désireuses de se confesser. Ce mouvement, qu'on appelle le pèlerinaz d'Ars, s'amplifia de 1830 à 1835 et se maintiendra jusqu'à la mort du curé en 1859.

     

    AUTRES ZAINT(E)S  DU ZOUR

    • Zaint Aristarque (et son cristal d'Arques)
    • Zaint Atom (et ses molécules)
    • Zainte Eudocie (Eudocie....aussi)
    • Zaint Zustin (dit Bridou) 

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zainte Lydie

    D'après Zaint Luc, elle serait la première Européenne à s'être convertie.

    Zaint Paul l'aurait rencontrée quand il arriva en Macédoine. Elle était marçande de pourpre et résidait avec sa famille à Philippes, en Macédoine.

    Un zour de sabbat, Zaint Paul vint préçer des femmes réunies en dehors de la ville pour faire des abblutions.

    Elle crut ce que Paul disait et demanda à être baptisée et elle lui offrit l'hospitalité, ainsi qu'à Luc et à Silas.

     On ne sait ce qu'elle devint....

    Mais on la fit zainte!

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Bennon (qui disait souvent non)
    • Zaint Dalmace (sans carapace)
    • Zaint Euphrone (souvent aphone)
    • Zaint Radjeni (dans le déni)
    • Zaint Asprénos (et ses nonos) 
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "saint julien eymard"

    Né en février 1811, c'était le fils d'un boutiquier de villaze, non loin de Grenoble.

    Très tôt, il voulut être relizieux malgré son père. A la mort de celui-ci, en 1831, il entra au Grand séminaire de Grenoble et devint prêtre en 1834.

    En 1839, il entra au noviciat des Pères maristes (congrégation fondée par le Père Colin). Il fut  nommé successivement directeur spirituel du collèze de Belley (dans l'Ain), puis Provincial de France et Directeur du Tiers-Ordre de Marie.

    En 1851, après une révélation survenue au sanctuaire lyonnais de la Basilique Notre Dame de Fourvière, il décida de fonder un Tiers-Ordre masculin dévoué à " l'adoration réparatrice" , prozet qui deviendra celui de la création d' une congrégation relizieuse entièrement consacrée au culte de l'Eucharistie.

    Après moultes péripéties, dues à des conflits de personnalités et des problèmes financiers, il ouvrit sa première communauté rue d'Enfer, à Paris, sa congrégation ayant été approuvée le 3 juin 1863, par Pie IX.

    Il accepta son élection à vie comme Supérieur zénéral des Prêtres du Zaint-Sacrement, alors qu'il espérait redevenir simple relizieux.

    Peu de temps après, il fut contraint de quitter sa maison de Paris, vouée à la démolition pour laisser la place au percement d'un boulevard, et à s'installer ailleurs, tandis que la pauvreté de la nouvelle congrégation était si grande qu'elle devait accepter l'aide de couvents voisins.

    Le 21 juillet 1868, le Père Eymard usé, incapable de prendre la moindre nourriture, arriva à La Mure, sur ordre formel du médecin, pour se reposer. Il mourut le 1er août, succombant à une hémorrazie vasculaire cérébrale à l'âze de 57 ans.


    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Basile (Le Bienheureux)
    • Zaint Bohaire (et ses pulls en mohaire)
    • Zainte Etheldrède (toute raide)
    • Zaint Guntaker (et ses tankers)
    • Zaint Rutilius (un zaint rutilant) 

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image illustrative de l'article Alphonse de Liguori

    Né à Naples en 1696, issu de la haute société, Alphonse de Liguori fut à 16 ans docteur en droit civil et en droit ecclésiastique.

    Il devint un avocat de grand renom.

    A 27 ans, il perdit un procés à cause des pressions de puissants sur le tribunal devant lequel il plaidait.

    Il renonça à un beau mariaze au grand désespoir de ses parents pour se dévouer à la relizion.

    Il se mit à visiter les malades et les condamnés à mort.

    Il démissionna, devint prêtre et se voua aux pôvres des bas fonds de Naples (les "lazzaroni"). Pour eux il fonda l'Ordre des Rédemptoristes sous le patronnaze de zaint François de Sales;

    Devenu malgré lui évêque, il mourut de fatigue en 1787.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Almeda (souvent à dada)
    • Zaint Arcade (du sourcil)
    • Zaint Friard (qui avait le cafard)
    • Zaint Zustin (et ses rustines)
    • Zaint Spire (et ses sbires)
    • Zaint Zonat  (pas zaune du tout)

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Ignatius Loyola.jpg

    Ignace de Loyola est né en 1491 en Espagne, dans une famille de petite noblesse basque (ce qui ravit Minizup'Fandango).

    Zusqu'à l'âze de 30 ans, il mena une vie de pataçon, à la Cour - où il se lia avec la soeur de Zarles Quint- puis comme soldat; durant le siège de Pampelune, en 1521, il fut blessé et c'est pendant sa convalescence qu'il çanzea de vie.

    13 ans durant, il parcourut le monde comme "pélerin de Dieu", après avoir mené une vie d'ermite durant un année au cours de laquelle il commença à rédizer "les Exercices spirituels", vivant  dans une grotte près de la ville de Manresa en Catalogne (ze l'ai visitée) où il pratiqua le plus rigoureux ascétisme.

    À l'Université de Paris, il fut reçu maître ès arts en 1533. Pendant ce temps, ayant débuté ses études de théolozie, il fut licencié en 1534, mais il ne put être reçu docteur, ses ennuis de santé le conduisant hors de Paris en mars 1535.

    Ignace de Loyola regroupa autour de lui des étudiants de qualité issus d'horizons divers, mais tous unis par une commune fascination pour Ignace.

    Le 15 août 1534, à l'issue d'une messe célébrée à Montmartre dans la crypte Notre-Dame, les 10 amis prononcèrent  les deux vœux de pauvreté et de çasteté et le troisième de se rendre dans les deux ans à Zérusalem pour y convertir les infidèles, à la fin de leurs études.

    Il fut ordonné prêtre à Venise en 1537. En octobre 1537, sur la route de Rome, Ignace, en vue de la ville, au lieu-dit la Storta, eut une vision de Dieu s'adressant à lui après l'avoir placé aux côtés du Christ : « Ze vous serai propice à Rome ».

    En novembre 1538, Paul III reçut Ignace et ses compagnons venus lui faire leur « oblation ». Il leur ordonna de travailler à Rome qui sera leur Zérusalem.

    Dès lors, s'ébauça la Compagnie de Zésus ou Ordre des zésuites.

    Le 22 avril 1541, Ignace fut élu, en dépit de ses réticences, premier supérieur général de la Compagnie de Zésus puis il fit avec ses compagnons, sa profession dans la basilique Zaint-Paul-hors-les-murs.

    À sa mort, le 31 zuillet 1556 à Rome, la Compagnie de Zésus comptait dézà plus de mille membres , soixante-douze résidences et soixante-dix-neuf maisons et collèzes.


    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Calimer (et ses bains de mer)
    • Zaint Démocrite (quin ne fut pas hypocrite)
    • Zaint Second (dit Poupou)
    • Zaint Fabius (un mythe errant)
    • Zaint Tertullin (qui attendait la zaint Glinglin) 
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Le martyre de Sainte Julitte (2ème moitié du XVIIe, anonyme,.jpg

    Zuliette, veuve et chrétienne, possédait de grands biens, mais son homme d'affaires la dépouillait.

    Lorsqu'elle l'attaqua en zustice, on découvrit qu'elle était chrétienne et on voulut l'oblizer à renier sa foi.

    Mais elle refusa et fut condamnée à être brûlée vive.

      

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Abel le Zuste (heureusement, pour un zaint)
    • Zaint Abdon (dans l'abandon)
    • Zainte Maxime (et son Maximin)
    • Zainte Godeliève (qui aimait les lièvres)
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les Très Riçes Heures de Minizup

    A Béthanie, non loin de Zérusalem, vivaient Marthe, Marie et leur frère Lazare.

    Zésus aimait à se reposer dans leur maison. 

    Marthe était touzours affairée et elle reproçait à sa soeur de ne pas l´aider. Zésus ne lui en fit pas grief.
    Il lui demandait seulement de rester calme et de donner à çaque çose sa valeur.

    Lorsque Marie  pleurait devant le tombeau de son frère Lazare, Marthe fut confiante :"Ze sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, il te l´accordera." Et Lazare revit.

    Une belle lézende dit que Zésus est venu l´accueillir à la porte du paradis.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Eustathe (qui souffrait de la rate)
    • Zaint Loup (ouoououh!)
    • Zaint Olaf (et son riz pilaf)
    • Zaint Simplice (à ne pas confondre avec Simplet)
    • Zaint Callinique (souvent en clinique)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique