• Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Liz Taylor par Andy Warhol

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Oeuvre de Dado 

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Structures, mobiliers, décor

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Tableau de Roberto Matta

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Un Noir de Mossieu Soulazes

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Un Bleu de Klein

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

    Un hall de l'Elysée sous Mossieu Pompidou

    Art contemporain au Centre Pompidou (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est le sommet du Grand Zisme d'Occident, avec 3 papounets!

    Anzelo Corer est né à Venise en 1325. Patriarçe de Constantinople, il fut élu à Rome en décembre 1406, suite au décés d'Innocent VII, avec pour mission de réunir les papautés de Rome et d'Avignon. Il prit le nom de Grégoire XII.

    Face à l'impossibilité de résoudre cette bicéphalie, des cardinaux unionistes firent connaître par lettre leur volonté de convoquer un concile pour le printemps 1409. Ils déployèrent une grande énerzie. 500 représentants de deux obédiences se réunirent à Pise, du 25 mars au 7 août. Ils y décidèrent de déposer les deux papes et d'en élire un nouveau : Alexandre V!

    Fichier:Antipope Alexander V (1409-1410).JPG

    Mais les deux rivaux refusèrent et excommunièrent les cardinaux. L'Eglise avait 3 papounets.

    Le 3 mai 1410, Alexandre V mourut à Rome. Les cardinaux pisans se réunirent en conclave et élirent Cossa le 17 mai. Il fut ordonné prêtre et couronné le 25 sous le nom de Zean XXIII. Il prit parti en faveur de Sizismond de Hongrie lors de l’élection impériale qui eut lieu la même année.

    En 1410, la chrétienté était partazée en trois obédiences :

    - Celle de Zean XXIII de Pise avec la France, l'Angleterre, la Pologne, la Hongrie, le Portugal, les royaumes du Nord, avec une partie de l'Allemagne et de l'Italie.

    Fichier:Nuremberg Chronicles f 238v 1 (Johannes XXIII).jpg

    - Celle de Benoît XIII d'Avignon, avec les royaumes de Castille, d'Aragon, de Navarre, d'Écosse, du duché de Bretagne, de la Corse et de la Zardaigne, des comtés de Foix et d'Armagnac.

    Fichier:Benedict XIII Papa Luna.jpg

    - Celle de Grégoire XII, qui conservait en Italie plusieurs villes du royaume de Naples et toute la Romagne; en Allemagne, la Bavière, le palatinat du Rhin, les duchés de Brunswick et de Lunebourg, le landgraviat de Hesse, l'électorat de Trèves, une partie des électorats de Mayence et de Cologne, et des évéçés.

      Fichier:Nuremberg Chronicles f 235v 2 Gregorius XII.jpg

    Jean XXIII çassé de Rome en 1413 par Ladislas, roi de Naples et de Hongrie, se mit sous la protection de l'empereur Zigismond.

    De concert avec ce prince, il convoqua un concile général à Constance pour le premier novembre 1414. C’est lors de ce concile, que devait, entre 1414 et 1418 être résolu le problème de la  tricéphalie (3 papounets) de l’Église.

    Fort du soutien impérial, le Concile proclama sa supériorité sur la papauté.

    Zean XXIII fut déposé le 29 mai. Grégoire XII fut poussé à abdiquer, ce qu'il accepta pour faire « table rase » de l’ensemble de la crise.

    Martin V, fut élu à la quasi-unanimité le 11 novembre 1417 par un conclave élarzi pour la circonstance. Martin V avait eu l'idée d’annoncer au préalable qu'il ne remettrait pas en cause les nominations de cardinaux effectuées par les deux autres antipapes, ce qui facilita le consensus à son suzet.

    Seul Benoît XIII poursuivit son aventure.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • résultat  jeu d'Alice : souris, minette

    Voui, c'est terriiiiiiiiiiiiiiiiible!

    Ze crains que, comme "La Paix des dames" , conclue avec le traité de Cambrai, qui mit fin en partie à la guéguerre entre François Ier et l'empereur Zarles Quint, la trève çellée avec La Minizupette ne soit bientôt qu'un souvenir lointain.

    Et pourtant, comme François Ier et Henri VIII d'Angleterre (Barbe Bleu), nous avions convenu de nous rabiboçer quelque peu, lors de notre entretien du "Camp du Drap d'Or", que nous avions tenu sous une toile de tente dans le sézour de l'appartement de nos hôtes - une tente que z'avais acquise lorsque ze sonzeais à partir compte tenu de son comportement d'insupportable intruse.

    Z'avais consenti - que dis-ze, condézendu- à lui dire quelques mots polis quotidiennement, même si nous ne sommes pas du même monde et que nous ne patazeons pas les mêmes valeurs.

    Elle est plutôt rillettes, moi plutôt foie gras!  

    Elle est zeignarde, pleurniçarde, pétoçarde; elle n'a aucun suzet d'intérêt ni aucune conversation; et elle est attifée n'importe comment.

    Rien à voir avec moi, qui suis touzours bien mise et parfumée, qui suis forte, même dans des périodes difficiles, vive, d'humeur positive quelles que soient les circonstances, qui me pique d'être d'un brillant commerce, apprécié de toutes et de tous, grâce à mon intellizence, mon immense culture universelle et le brio de mon humour parfois corrosif, ze l'avoue.

    Bref! Elle a cru que, pour elle, l'Eden était revenu sur terre.

    Elle s'est permise de ces libertés!

    Et que ze t'écoute la radio dès poltron minet ("Ze dors pas beaucoup !"), et que ze t'allume la TSF ("Ze m'ennuie grave, les zournées sont longues à ne rien faire!"), et que ze te touçe aux précieux livres de ma collection "Arlequin" (Ze me cultive !"...).

    Ze m'efforce de ne rien dire. Ze serre les dents tout en vérifiant qu'elle n'ait pas touçé à mon coffret à bizoux, mon écrin de perles et surtout la lessiveuse dans laquelle ze garde précieusement mes 50 euros d'économies.

    Mai la goutte a débordé hier.

    Nous l'avions emmenée manzer avec nous au restaurant.

    Et comme de bien entendu, tout a dérapé!

    Elle s'est tenue à table comme une véritable gougnafière, faisant tomber sur sa zupe des reliefs de son repas, manzeant sa çarcuterie avec les doigts. Ze crois même qu'elle a roté (mais ze ne le zurerais pas!).

    Afin de lui faire comprendre que son comportement était tout à fait inconvenant, ze lui ai donné des petits coups de pied sous la table.

    Et cette pimbêçe, à çaque fois, poussait des cris. Tout soudainement, elle a piqué une crise ameutant tout le restaurant avant que de s'effonder en pleurs.

    Et que croyez-vous qu'il arriva? C'est elle qu'on consola et c'est moi qu'on gronda.

    Il n' y a pas de zustice! Mais ze ne me laisserai pas faire, mazette! Foi de Minizup! Ze ne me laisserai pas marçer sur les escarpins de la sorte!

    A part cela, ze suis attristée par la disparition du père du lieutenant Blueberry (Moebius, Zean Ziraud de son vrai nom).

      

      

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Où l'auteure de ce merveilleux blog découvre la nature de Minizupette!

    Voui! A cause de la Minizupette z'ai passé, hier, une pénible zournée.

    Comme ze n'avais pas dormi à cause de ses délirantes histoires de soleil explosant, de fin du monde, de calendrier maya, ze me suis traînée toute le zounée alors que z'étais débordée de travail comme c'est le cas, désormais, tous les vendredis! Touzours, touzours les vendredis....

    Et elle, la bécasse, la pleurniçeuse, elle avait dormi comme un loir.

    Elle était toute fraîce et pétillante dès poltron minet.

    Cela m'a turlupinée durant toute la zournée....

    Lorsque nous sommes rentrés à la maison, z'ai compris que quelque çose avait été touçé. Z'ai le flair pour ce zenre de situation.

    Et ze ne m'étais pas trompée. Elle avait pris un des opus de ma merveilleuse collection "Arlequin"! Z'y tiens comme à la prunelle de mes zolis yeux de biçe.

    Ces ouvrazes, c'est de la Grande littérature, n'en déplaise à celui qui dit que ze suis son avataresse et qui se moque de mes lectures.

    Comme nous avons fait la paix récemment, une fois de plus, ze n'ai pas pipé un mot mais ze lui ai fait comprendre, d'un regard glaçé comme un glaçon dans un verre de zin tonic, ma froide colère.

    Après un souper lézer, nous avons regardé deux épisodes de la série "Dexter".

    Pour ma part ze kiffe à donf cette série, et surtout le zénérique du début que ze sifflote à çaque fois. C'est noir et certes quelque peu violent.

    La Minizupette n'a pas cessé de tembler, de se caçer les yeux, de pousser des cris d'effroi dès que l'épisode devenait palpitant.

    Une vrai torture que ces couinements de Minizupette apeurée et ses zérémiades "Oh! c'est odieux! Oh que c'est atroce! Mais c'est insuuportable! Comment peut-on apprécier de telles horreurs? Il faut avoir les idées mal tounées! C'est du sadisme! Et après on s'étonnera de la violence! Cela me fiçe le bourdon...." Et ainsi durant presque deux heures!

    Elle a du zus de poireau dans les veines, c'est une pleureuse pétoçarde !!!!

      

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La "Paix des Dames" est-elle remise en question?

    Ze le crois!

    Cette paix qui, par le traité de Cambrai, a mis fin en partie à la guéguerre entre François Ier et l'empereur Zarles Quint, est le modèle de celle que nous avons zellée, la Minizupette et moi.

    Royalement, z'avais accepté de lui parler après que, comme François Ier et Henri VIII d'Angleterre (le Barbe Bleu), nous avons tenu récemment notre entrevue du "Camp du drap d'or".

    Au début, tout s'est bien passé.

    Ze lui disais quelques mots, certes avec quelque distance, mais, que voulez vous, nous ne sommes pas du même monde et nous n'avons pas les mêmes valeurs!

    Elle est plutôt rillettes, moi plutôt foie gras!

    Elles est pleurniçarde, timorée, apeurée, tristounette, à tous points de vue.... Et ze ne vous parle de la façon dont elle est accoutrée!

    Tout le contraire de moi qui, en toute modestie, suis vive, pétillante, de bonne humeur - même dans la difficulté -, courazeuse et sutout touzours bien apprêtée, quelles que soient les circonstances !

    Petit à petit, pernicieusement, tanquillement et sournoisement, elle s'est permise quelques libertés... Ze vous en ai dézà parler.

    Un matin, ze t'allume la radio, un soir c'est à la télé que ze touche, un autre ze te prends un livre "Arlequin"....

    Moi, qui suis la bravitude même (au sens de "pôvre gourde!"), ze n'ai rien dit.

    Z'ai serré les dents pour ne pas hurler, vérifiant tout de même qu'elle n'ait pas touçé à ma boîte à bizoux, à mon écrin de perles et à ma lessiveuse où sont caçés mes 50 euros d'économies.

    Les bornes ont été françies hier midi!

    Nous l'avons emmenée avec nous manzer au restaurant.

    Elle aurait dû être heureuse et faire des efforts pour bien se tenir à table! Que nenni! Elle a manzé comme un gougnafière, faisant tombé des reliefs de ses plats, prenant sa çarcuterie avec les doigts.

    Moi, pour lui faire comprendre que sa tenue était d'une incorrection insondable, ze lui donnais de petits coups de pied sous la table.

    A zaque fois, elle criait, et , comme de bien entendu, à la fin, elle a hurlé, ameutant tout le restaurant, et elle a braillé en pleurant comme une madeleine !

    Et savez-vous ce qu'il arriva, c'est elle qu'on consola et c'est moi qu'on houspilla!

    Il n'y a pas de zustice, mais ze ne me laisserai pas marçer sur les escarpins! Mazette!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • fichues insomnies

    Hier soir, z'ai retrouvé la Minizupette, toute tremblante et en pleurs.

    Ze me suis demandé ce qui lui arrivait.

    D'abord - et c'est nouveau! - elle avait allumé le poste de télévision. Elle se permet des privautés que z'ai du mal à supporter.

    Z'avoue que le moutarde me montait au nez, mais z'ai pris sur moi, non sans peine, ze dois l'avouer en toute humilité.

    - Qu'avez vous encore? l'ai-ze questionnée in petto.

    - Sniff! Sniff!

    - Mouçez vous, luis dis-ze en lui tendant un mouçoir. Ne faites tomber votre morve sur le parquet.

    Elle s'est mouçée bruyamment!

    - Et alors, pourquoi pleurez-vous? réitérais-ze.

    - C'est la fin du monde!

    - ?????

    - Voui, voui! C'est affreux! Les Incas ont raison! La fin du monde a débuté.

    - Mais que sont-ce ces bilevesés? De quoi parlez-vous? Et c'est quoi cette histoire d'Incas! Vous avez lu Tintin ou quoi? Et d'abord ce ne sont pas le Incas, mmais les Mayas qui ont fait cette stupide prédicyion....

    - Non, Minizup, ze vous le zure, ils viennent de le dire à ce que vous appelez la TSF!

    - Mais vous délirez, ma pôvre! Les Martiens débarquent? Vous avez regardé le film d'Orson Welles ?

    - Nan! C'est à cause du soleil!

    - Mais il pleut! Vous avez des vapeurs ou quoi?

    - Ze vous zure ....

    - Ah! Cessez de zurer sans cesse, Minizupette, cessez de zurer ze vous prie! C'est agaçant à la fin!?

    - Mais ils l'on dit, ze vous le zure... Oh! Pardon! .... Le soleil explose!

    - Il explose, le soleil?

    - Voui! Les scientifiques ont même filmé des éruptions solaires. Et depuis 13 heures des particules solaires atteignent la Terre. Il paraît que cela perturbe les ondes électro-magnétiques et que cela peut avoir de très graves conséquences  sur les télécommunications, en particulier. Ze suis sûre qu'on nous çaçe des çoses! Comme ce fut le cas avec les centrales nucléaires en Russie et au Zapon!

    Z'ai dû la rassuer et la calmer!

    Mais, mazette, elle m'a fiçu les çocottes. Ze n'ai pas fermé l'oeil de la nuit!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire