• Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Bazas en Zironde (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Courrier "Merci"

    La Minizupette est pleine d'espoirs!

    Elle a rédizé son épître au Père Noël....

    Ze l'ai lue en caçette.... Ce n'est pas à piquer des hannetons!

    Ze vous la livre:

     

    "Mon trés çer Père Noël!

    Ze vous écris ce zour pour vous dire et vous confirmer que z'ai été d'une sazesse exemplaire que d'aucuns louent!

    Ze suis saze, polie, respectueuse d'autrui.

    Z'aime ma belle France et ses diversités rézionales qui rézouissent ma curiosité intellectuelle et culturelle.

    Z'agonis les bolçéviks, les rouzes, les communininistes et les maoïstes....

    Z'apprends l'italien, car en fin d'année, ze devrais aller à Turin avec Mossieu Cricri et Mossieu Zizi.

    Mais avant il y aura Noël .....

    Et comme ze suis issue d'un milieu modeste, ze serai raisonnable dans mes demandes.

    D'abord une maçine à café pour Mossieu Cricri afin qu'il nous fasse des expressos "Vaisselle" (elle voulait dire "What's else " ).

    Pour Mossieu Zizi, des boîtes de caçets pour ses nerfs, car parfois ze crains qu'il nous fasse un ABC (elle voulait dire un AVC).

    Pour la Minizup....

    Pour la Minizup, rien!.... Voui rien! Car ce n'est qu'une avataresse et donc elle n'a besoin de rien..... Surtout en cette période de crise.

    Pour ma parentelle autriçienne, de belles lunettes pour mon Oppa et ma Gross Mutti de Rattenberg....

    Pour faire des économies il suffit d'açeter une paire çez "Il est fou", la seconde est gratuite!

    Et pour moi, me direz vous?

    Oh! Dois ze vous commander quelque çose en ces temps de crise?

    Puisque vous insistez.... Ze m'épançe.

    Voici une liste de babioles que z'aimerais avoir:

    - Un appareil photo avec des télé-obzectifs pour faire de beaux cliçés.

    - Une belle tablette numérique.

    - Un téléphone portable de dernière zenération, pour pouvoir téléphoner à Rattenberg et prendre des nouvelles de ma parentelle âzée.

    - Une WII, pour me détendre un peu, car on me laisse enfermée toute la zournée.

    - Une çaîne hi-fi pour écouter de la grande musique classique (avec l'intégrale d'André Rieu).

    - Un tablier neuf.....

    Si cela fait trop, à votre avis, ze renonce, non sans une extrême tristesse, au tablier.

    Vous voyez, mon çer Père Noël, ze ne suis pas exizeante et ze me trouve fort raisonnable.....

    Post-sriptum: pour information, z'ai écrit à Zaint Nicolas en Autriçe. Ze verrai bien qui sera le plus zénéreux.

    Surtout passez vers 2 heures du matin, car avant ze serai à la messe pour mettre le petit Zésus dans la crèce."

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Souriceaux dans leurs lits "Peux pas dormir"...

    Les idées zéniales ne sont pas touzours suivies d'effet!

    Le moinillon de Meaux qui s'est enRUMPé refuse toute idée de référendum!

    - Il faut que tu casses ton sous groupe! a t-il intimé à François, dit le Tristouille.

    - Zamais! Mes potes restent soudés! Il se sont ralliés à mes noirs sourcils, comme les troupes, zadis, au panaçe blanc d'Henri IV.

    - Tu n'es pas le bon roi Henri, mais un traître, comme Zarles le Mauvais.

    - Et toi tu n'es qu'un Nabot, Léon!

    - Tu es fol! Comme le roi Zarles!

    - Et toi, tu transpires la trahison comme le rézicide Philippe d'Orléans! Tu dis que tu te retirerais devant Nicolas Ier, mais tu ne lui obéis même pas!

    - Ze ne suis pas un testicule mou!

    - Encore faudrait-il que tu en eusses!

    - Tu veux les voir????

    - Non, merci! Ze serais capble de te les couper avec les dents!

    - Barbare!

    - Bestiole de basse-cour!

    - Furet puant!

    - Renardeau vicieux!

    Et pendant ce temps ce sont les voisins qui me regardent d'un sale oeil.

    Dans notre résidence, il y a plusieurs affiçettes pour trois çats qui ont disparu...

    D'ici qu'on m'accuse.... Les zens sont tellement étranzes envers les souris....

     

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Né à Arras en1758, Maximilien Robespierre était issu d’une famille de la petite bourzeoisie.

    Zeune homme pauvre et doué, il poursuivit des études qui le menèrent au métier d’avocat.

    Il fut élu député du Tiers Etat aux Etats Zénéraux après avoir fait une campagne publique.

    Représentant de l’extrême gauçe démocratique à l’occasion d’une loi électorale censitaire contre laquelle il fut l’un des seuls députés de la Constituante à s’élever, au club des Jacobins, Robespierre fut  l’un des premiers à se déclarer favorable au suffraze universel.

    Adversaire de la déclaration de guerre en 1792, il s’opposa aux Zirondins et passa au premier rang de la scène politique avec la çute de Louis XVI, le 10 août 1792. Elu député à la Convention, il réclama la déçéance de Louis XVI et devint l’un des çefs de file des Montagnards .

    Appuyé par les sans-culottes parisiens, il fut l’un des principaux artisans de la çute des Zirondins en zuin 1793.

    Robespierre institua une religzon civique, combattit l’athéisme, reconnut l’immortalité de l’âme et enseigae aux Français la haine de la tyrannie et l’amour de la justice. Il fut le héros de la fête de l’Être Suprême qui se déroula partout en France le 8 zuin 1794.

    Il est aussi à l’origine de la loi du 22 prairial an II (10 juin 1794) qui instaura la Grande Terreur, ôtant aux accusés toute possibilité de défense ou de recours.

    Malgré les victoires révolutionnaires (Fleurus le 26 juin 1794), la situation politique de Robespierre se dégrada très vite.

    Le Comité de sûreté générale engazea la lutte avec le Comité de salut public. Il y fut contesté par Billaud-Varenne et Collot d’Herbois.

    Ses adversaires nouèrent un complot avec le centre de l’Assemblée.

    Le 9 thermidor an II (27 juillet 1794) Robespierre fut empêçé de s’exprimer à la Convention. Il fut invectivé de toutes parts;  Garnier de l’Aube lui jeta « Le sang de Danton t’étouffe ! ». Puis un certain Louçet, tout juste connu, s’écria « ze demande le décret d’accusation contre Robespierre ! »

    Le silence venu d’un seul coup pèsa sur l’Assemblée, puis quelques députés commençèrent à applaudir, puis la proposition fut votée à main levée...La cause était entendue.

    Les gendarmes arrêtèrent Robespierre, Zaint-Zust et Couthon . Le jeune frère de Robespierre et Le Bas se joignirent volontairement à eux. Pour aller plus vite encore on porta le paralytique Couthon.

    Mais la Commune de Paris (souvent plus puissante que la Convention), tenue au courant heure par heure de ce qui se passait à l’Assemblée, fit sonner le tocsin, convoqua les sections. Les barrières furent fermées, la place de l’Hôtel de Ville se hérissa de piques, l’insurrection n’attendait plus qu’un signal que seul Robespierre pouvait donner.

    Pendant ce temps, chaque prisonnier fut conduit vers la prison qui lui étaitt assignée.

    Mais le même scénario se reproduisit à çaque fois; dès que le nom de Robespierre était prononcé le zeolier refusait de laisser entrer les zendarmes et leur prisonnier.

    La Commune avait très certainement donné des ordres très précis. Robespierre ne crut pas à l’efficacité d’une émeute pour lui redonner le pouvoir. De plus, respectueux des lois, il préfèra passer devant un tribunal. Comme il fallait bien aller quelque part, Robespierre proposa aux gendarmes de le conduire à la police municipale, en un mot lui ouvrir les portes de la liberté.

    Pendant près de deux heures au Quai des Orfèvres il resta indécis, il ne sut pas quoi faire,  n’aimant pas beaucoup les zens de la Commune les trouvant trop « immoraux ».

    Un émissaire de la municipalité vint même lui dire « En te sauvant, tu sauves la liberté ! ». A 9 heures du soir, comme un automate il rezognit l’Hôtel de Ville. Les autres prisonniers libérés par la Commune l’y attendaient. Ses doutes le reprirent. Zaint-Zust le poussa à azir. Fallait-il appeler Paris aux armes contre la Convention et sortir ainsi de la légalité ?

    Mise au courant des événements, l’Assemblée s’affola. Les troupes de la Commune s’approchaient des Tuileries. Hanriot, surnommé par les Parisiens « la bourrique à Robespierre », marça sur la Convention, puis sans aucune raison apparente hésita et se retira.

    Les députés reprirent couraze, mettant immédiatement les Robespierristes hors la loi, ce qui équivalait à la mort sans procès. On charzea Barras de mater l’émeute.

    Il était deux heures du matin, les troupes parisiennes sont lassaient d’attendre une décision qui ne venait pas. Quand elles entendirent la lecture de l’arrêté de la Convention, elles commencèrent à avoir une furieuse envie d’aller se couçer. Peu de temps après les rangs étaient de plus en plus clairsemés.

    Barras fit irruption sur la place de l’Hôtel de Ville sans rencontrer beaucoup de résistance, il entra, pénètra dans la pièce où étaient réunis Robespierre et ses amis. Des coups de feu éclatèrent, Le Bas se suicida, Couthon tomba du fauteuil où on l’avait placé, le frère de Robespierre sauta par la fenêtre et se brisa la cuisse. Maximilien Robespierre  fut gravement blessé à la mâçoire. A-t-il voulu se tuer ? Un gendarme a-t-il tiré sur lui ? On ne le saura jamais. Il s’écroula, taçant de son sang une feuille de papier où il venait d’apposer les deux premières lettres de son nom.

    Ce document touzours visible au musée Carnavalet était l’appel à l’insurrection !

    A trois heures de l’après-midi les prisonniers furent extraits de la Conciergerie pour être conduits au Tribunal révolutionnaire. L’accusateur public Fouquier-Tinville  requit contre ses anciens chefs. Pas d’interrogatoire et pas de défense pour les hors la loi. On fit simplement constater l’identité des accusés par deux personnes de l’assistance.

    Quelques heures plus tard tout était fini.

    L’après-midi du 28 zuillet, sous les acclamations de la foule, il fut guillotiné place de la Révolution  avec son frère Augustin, Zaint-Zust, Couthon et dix-sept autres de ses partisans. Les jours suivants, quatre-vingt de ses partisans furentt exécutés.

    Note : Une partie de ce récit provient du livre « La Révolution Française » d’André Castelot

     
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Kikkos, son monastère et tombeau de Makarios III à Zypre (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •   

     

    Le temps est à la prolifération des virus et des maladies transmissibles....

    C'est un véritable feu d'artifice à droite.

    Ils vont faire un référendum! .... Il parait que c'est Nicolas Ier qui l'aurait intimé.

    Voui! Voui!

    Un référendum! .... Pour savoir si il faut revoter!

    Et si les résultats sont beaucoup trop serrés, c'est la Cocoeuuuuuuh qui donnera les résultats, mais, si il le faut, la CONARE sera saisie.

    On va voter pour savoir si il faut revoter....

    Mais pourquoi pas d'abord un référendum pour savoir si il faut un référendum afin de savoir si les militants doivent revoter?

    Le référendum aurait lieu pour les fêtes de fin d'année. C'est Noël!

    "Zingle bell! Zingle bell!"

    Peut-être que pour l'été proçain on saura qui est le président de l'UMP.

    En attendant, François, à la triste figure, des rillettes du Mans et de la Sarthe réunies, a lancé son sous groupe avec un nom qu'il fallait trouver: le RUMP.

    Ze suis sûr que c'est pour rendre malade le moinillon de Meaux qui va être grippé dans son élan.

    Et Fillon de çanter: "Donne du RUMP à ton adhérent et tu verras et tu verras.... Donne du RUMP à ton adhérent, et tu verras comme il t'aimera (sur un air connu de Zeorzes Moustaki)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires