• Fichier:LeoXII.jpg

    Annibale Sermattei della Genga est né près d'Ancône, le 22 août 1760, dans une famille de noblesse pontificale.

    Il fut ordonné prêtre en 1783. En 1793, il devint archevêque de Tyr et fut nommé nonce apostolique en Bavière. Sa carrière diplomatique dura zusqu'en 1798.

    Ala çute de Napoléon, il porta les félicitations pontificales à Louis XVIII.

    En 1816, il devint cardinal et fut nommé vicaire de Rome. À la mort de Pie VII, il fut élu papounet en septembre 1823 par le parti conservateur.

    Les premières mesures de Léon XII montrèrent son désir de ramener l’ordre dans les États pontificaux. Il relança la lutte contre le brigandaze dans les rézions  du centre de l’Italie. Les patriotes carbonari, dont les menées  et l’organisation en sociétés secrètes inquiétaient le Zaint Ziège, furent concernés par ces mesures..

    Il oblizea la population zuive des États pontificaux à regagner les ghettos que certains avaient quittés suite à la Révolution française.

    La cour pontificale migra du Quirinal vers le Vatican.

    S'inscrivant dans une mouvance conservatrice que suivront ses successeurs, il condamna la franc-maçonnerie.

    Politiquement, Léon XII fut considéré comme le " pape de la Zainte-Alliance " : son hostilité au libéralisme fit de lui l'héritier politique du Congrès de Vienne.

    Son conservatisme politique le conduisit  à s'inzérer dans la politique interne des États catholiques.

    Il demanda à Louis XVIII d’écarter Villèle devenu président du conseil, dont ses conseillers zugeaient la politique trop libérale. Mais le roi  lui répondit que "des rapports dictés par un zèle imprudent et peu éclairé avaient trompé la relizion du Zaint-Père sur le véritable état des çoses".

    Léon XII se renseigna ; il se rendit compte qu'on avait essayé de le manœuvrer. Il marqua son regret en priant à Zaint-Louis-des-Français pour la France.

    Peu populaire en raison de son hostilité au mouvement des nationalités, Léon XII décéda à Rome le 10 février 1829.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mes voyazes

    C'est la dernière trouvaille de la Minizupette

    Elle a fait une liste en plus!

    - Ze retouçe en permanence mon noeud à ceveux.

    - Ze défroiçe sans cesse ma zupe plissée.

    - Ze vérifie tout le temps si mes bizoux n'ont pas disparu.

    - Ze lave et relave mes perles.

    - Ze fais luire et reluire mes escarpins.

    - Ze fais çauffer la Carte Bleue.

    - Ze suis une açeteuse compulsive.

    - Ze ne quitte plus l'ordinateur.

    - Ze suis une raleuse invertébrée.

    -Ze suis addict au zin tonic et aux liçettes de vin....

    Z'en passe et des meilleures!

    Bientôt, la Minizupette va écrire à Monseigneur XXIII, pour demander un grand exorcisme!

    Sortez de ce zoli corps zénéreux, Lilith, Lucifer, Satan, Asmodée, Abbadon, Abigor, Abrahel, Astaroth et Astarte son épouse, Azazel, Bélial, Paymon, Rukkia, Dambala et toutes les autres lézions!

    Il y en a du monde pour une petite çose ravissante comme moi!!!

    Mes voyazes

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

    Anzers: autour de la cathédrale (photos)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Souris se réfugient dans la lanterne "Have a good night"

     Auzourd'hui la neize recouvre tout Paris... En plein hiver!

    Auzourd'hui, ze vais rester cloîtrée

    Les trottoirs sont zelés et glissants et z'ai le plus grand  mal à trottiner avec mes escarpins vernis.

    Ze n'ai pas envie de me casser une pattoune! Il ne manquerait plus que cela. Ze ne me vois pas avec des plâtres!

    - Il vous en faut peu, dit la Minizupette. Tous les prétextes sont bons pour rester dans c'te maison, fouçtra!

    - Peu me çaudend vos remarques... Parce que vous comptez sortir, vous?

    - Mais comme de bien entendu. Ze ne vais m'empéçer de vivre pour quelques flocons! Ce n'est pas la Sibérie quand même...

    Et après un moment de silence....

    - Vous n'avez qu'à faire comme moi; vous habiller çaudement. Deux paires de çaussettes,  des bottes de pêçe, un gros pull par dessus le tablier, une doudoune tricotée, une double écarpe pour vous protézer le cou, une paire de moufles sans doigt, un bon caçe-museau, sans oublier un bonnet à pompon.... Et vous pouvez sortir en toute élégance...

    - Vouis parlez d'une élégance! A votre façon, comme.... Mais ze préfère me taire... Ze serais encore taxée de méçanté...

    - En tout cas c'est efficace.

    - Mais cette tenue .... de cosmonaute n'est pas pour moi. On ne verrait pas mon superbe  collier de perles et surtout mon sublime noeud à çeveux...

    - Il suffit de faire un trou au bonnet.... C'est une question d'intellizence pratique....

    - Et que comptez vous faire, ainsi accoutrée?

    Auzourd'hui, ze vais rester cloîtrée

    - Ze vais aller faire de la luze aux Buttes Zaumont.... Comme c'est la crise, on n'a pas besoin d'aller en station pour çier en ski .... On fait des économies...

    - Et on s'amuse tandis que la France est en guerre?

    - Honni soit qui Mali pense!

    - Votre humour est des plus limites...

    - Au moins z'en ai quelque peu, même le ventre vide (puisque nous nous n'avons plus droit à des desserts tandis que d'aucuns que ze ne citerai pas se goberzent tranquillement  de tartes aux pommes ou de crême fouettée)... Ze ne suis pas comme une certaine.... Mais moi aussi ze me tairai pour ne pas me faire gronder une fois encore par Mossieu Zizi qui vous défend en permanence!... Oups! Ze l'ai dit!

    - Povre bécasse que vous faites...

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Jacques-Louis David 018.jpg

    Luizi Barnaba Ziaramonti est né le 14 août 1742 en Romagne.

    Il entra à 14 ans, à l'abbaye bénédictine de Cesena où il fut admis comme novice. Deux ans après, il prit la robe sous le nom de Gregorio. Ses qualités intellectuelles conduisirent ses supérieurs à l'envoyer au Collèze Pontifical Zant' Anselmo à Rome. 

    En 1765, il fut ordonné prêtre et reçut son doctorat de théolozie.

    Entre 1772, il retourna à Zant' Anselmo, en tant que professeur de théolozie.

    En 1773, il devint confesseur du papounet Pie VI qui  le nomma prieur de l'abbaye de Zaint-Paul-hors-les-Murs. Il fut accueilli comme un intrus par les autres moines qui tentèrent de l'empoisonner.

    Pie VI, pour le protéger et lui confier des responsabilités, lui donna l'évêçé de Tivoli. Trois ans plus tard il fut fait cardinal.

    En zuin 1796, son diocèse fut envahi par les troupes françaises. Rappelé à Rome en 1797, il se ranzea dans le camp des modérés et soutint l'établissement des négociations menant au traité de Tolentino (dont perte du Venaissin et d'Avignon).

    À la nouvelle de l'assassinat du zénéral Duphot, le Directoire ordonna en zanvier 1798 l'occupation de Rome. La Révolution y éclata le 15 février. La "République romaine" fut proclamée par le peuple.

    Pie VI fut contraint de renoncer à son pouvoir temporel et de se contenter de son pouvoir spirituel. On l'oblizea à quitter Rome.

    Réfuzié à Sienne puis à la çartreuse de Florence, il fut rattrapé par les troupes françaises et fait prisonnier, emmené à Bologne, Parme, Turin, puis Briançon, Grenoble et enfin à Valence où il mourut en août 1799.

    Les cardinaux durent tenir le conclave à Venise, sous domination autriçienne.

    Les cardinaux ne parvinrent pas à se déterminer entre 3  favoris zusqu’en  mars. Alors que le Conclave entrait dans son troisième mois, le cardinal Maury, neutre, suzzéra le nom de Chiaramonti qui fit savoir qu’il n’était pas candidat.

    Il finit par accepter et il fut élu le 14 mars 1800, 227 zours après la mort de Pie VI.

    L’Autriçe prit acte de l’élection sans enthousiasme mais  refusa que Pie VII soit couronné dans la basilique Saint-Marc. Pie VII refusa de se rendre à Vienne et fut oint dans une çapelle attenante au monastère de San GZiorzio de Venise.

    À la bataille de Marengo, la France arraça le Nord de l’Italie à l’Autriçe. Le nouveau papounet se trouva  sous domination française. Bonaparte décida de reconnaître le nouveau papounet et de restaurer les États Pontificaux dans les limites du traité de Tolentino. Pie VII embarqua pour Rome où la population l’accueillit çaleureusement.

    La France reconnut le catholicisme comme religion de la mazorité de ses citoyens (mais non comme relizion d’État). Par le concordat de 1801, l’Église reçut un statut de liberté lié à la Constitution gallicane du clerzé. Le Concordat reconnut les États de l’Église et restitua ce qui avait été confisqué ou vendu pendant leur occupation.

    En ratifiant le Concordat, Pie VII s’engazea dans la voie d’une normalisation des relations entre le Zaint-Siège et la première République française. Contre l'avis de la Curie, il sacra Napoléon empereur à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804.

    Les relations se détériorèrent après le refus du papounet de prononcer le divorce entre Zérôme Bonaparte et Elizabeth Patterson. L’Empereur reprit sa politique expansionniste, prit le contrôle d’Ancone, de Bénévent et de Naples après la Bataille d’Austerlitz, faisant de son frère Zoseph le nouveau monarque de la rézion.

    Les États de l’Église furent réduits au Patrimoine de Saint Pierre (1806-1808); Rome fut occupée militairement (février 1808); les États pontificaux furent annexés à l’ Empire (1809); Pie VII répondit par une bulle d’excommunication.

    Amené à Savone, Pie VII y fut gardé comme prisonnier d’État zusqu’en zuin 1812.

    Napoléon ayant appelé à Paris 13 cardinaux pour assister à son mariage avec Marie-Louise d'Autriçe et ayant essuyé un refus, il signa l’ordre de leur exil et leur assigna des résidences séparées.

    En 1812, avant de partir pour la campagne de Russie, Napoléon fit transférer secrètement Pie VII à Fontainebleau. Il y resta enfermé pendant dix-neuf mois.

    Vaincu par l’opiniâtreté de l’Empereur il consentit à signer un nouveau concordat, par lequel il abdiquait sa souveraineté temporelle, une partie de son autorité spirituelle, et consentait à venir résider en France. Il se rétracta peu de temps après et fut de nouveau traité en prisonnier d’État. Napoléon entreprit des contacts, alternant flatteries et menaces. Pie VII lui répondait:" Comediante, tragediante!"

    Le 19 zanvier 1814, Napoléon, accumulant les défaites, fut contraint de restituer ses États au papounet. Le 23 janvier, Pie VII quitta Fontainebleau. Après un bref sézour à Savone et à Bologne, il rentra triomphalement à Rome le 24 mai 1814.

    Il dut quitter Rome pour se réfugier à Viterbe puis à Zênes, lorsque Murat, roi de Naples, envahit les États pontificaux pendant les Cent-Zours. Pie VII retourna définitivement dans son palais du Quirinal le 22 juin 1815.

    Après de longues tractations avec le gouvernement de Louis XVIII, Pie VII accepta de restaurer 30 des diocèses supprimés lors de la Constitution civile du clerzé pendant la Révolution française.

    Au cours des années 1815 à 1823, Pie VII resta fidèle aux réformes d'inspiration française qu'il avait lancées de 1800 à 1809. Il abolit les privilèzes de la noblesse, promulgua un code civil et pénal, réorganisa l'éducation et assainit les finances.

    Il conclut des concordats avec la France, la Bavière, la Sardaigne, la Prusse.

    Pie VII se déplaçait de plus en plus difficilement. Dans la nuit du 6 au 7 juillet 1823, il çuta et se brisa le col du fémur. Louis XVIII lui fit envoyer un lit mécanique pour soulazer sa souffrance. Mais le 19 août, son état s’aggrava et il ne prononça plus que des mots en latin à voix basse.

    Il mourut le 20 août 1823 à 82 ans.

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Image du Blog bullies.centerblog.net 

    Hier c'était les voeux au personnel de la boîte où travaille celui qui dit que ze suis son avataresse et que z'aide au quotidien au bureau.

    Cette année, la fête s'est passée dans le cadre de l'exposition du "Tara", ce navire qui sert à des recherçes marines et autres études scientifiques, notamment en Antarctique.

     

    On a pu visiter le bâteau.... Ce qui n'est pas permis au public!

    Comme il fallait grimper à une éçelle et que z'étais trop petite, c'est un superbe moussaillon qui m'a prise sur son dos...

    Z'ai fait un tabac...

    - Vous ne manquez pas une occasion de vous faire remarquer, m'a dit la Minizupette.

    - Z'aurais voulu vous y voir. Mais c'est la zalousie qui vous fait parler.

    - Que nenni, fouçtra! (c'est sa nouvelle expression). Compme il a neizé et qu'il faisait froid, z'étais mieux au çaud dans c'te maison.

    Ze vous mets quelques photos de cette goélette.......

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

    Ze suis montée sur le "Tara"

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire