•  Afficher l'image d'origine

    Auzourd'hui, dès poltron minou, nous nous envolons céans vers le pays de madame Anzela Merkel.

    Nous nous rendons à Dresde.

    C'est la deuxième ville la plus peuplée de la Saxe derrière Leipzig, belle cité que nous avions visitée lorsque nous étions à Berlin.

    Inutile de vous dire dans quel état sont les deux Intruses teutonnes.

    - Ach! Nous revoir notre çer Vaterland ( "Pays père" ).

    - Atçoubi! Ces Allemandes ont vraiment un drôle de vocabulaire. Nous on parle de Mère patrie...

    - Vous avez mille fois raison, ma çère Minzup'zhérault, par le superbe bréviaire de Zaint Erhard de Ratisbonne.

    - En Allemagne la lune est de sexe masculin et le soleil de sexe féminin.

    - Ils sont fous ces Teutons! Ils sont fous ces Teutons, palsambleu!

    - Ze vous affirmé que çez nous la soleil être une déesse et le lune un dieu!

    - It's a pity!

    - Bon, suis-ze intervenue, nous n'allons pas nous disputer pour d'obscures questions de mytholozie.

    - Moi me pour pourléçer le museau en pensant aux Bretzels ...

    Afficher l'image d'origine

    Et à partir demain vous aurez un beau reportaze quotidien de notre voyaze au pays de Goethe et de Bach.

    - Sans oublier Heine, les frères Grimm, Kant, Sçiller, Sçopenhauer, Breçt, Engels, Hegel, Hesse, Kafka...

    - Et moi azouter Haendel, Telemann, Gluck, Beethoven, Weber, Brahms, Wagner, Weil, Hindemith...

    - Cela suffit! On a compris! L'Allemagne est aussi un pays de culture.

    - Mordiou, nous n'avons pas dit le contraire.

    - Ces bouffarelles sont susceptibles....

    - Moi dire même plus, elles être susceptibles  comme ... comme ... des Français!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Maribor: le çâteau-musée (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Ze crois que nous abritons dans la tribu une vraie Brutus...

    Pour rappel, Brutus était un fils adoptif de César - mais les historiens ne sont pas tous d'accord sur ce point -  qui participa à son assassinat aux Ides de Mars.

    - Voui! Même que César lui aurait dit "T'es toqué, mon fillot", a cru bon d'ironiser Minizup'Mouff.

    - Et qui être cette traitresse? a demandé avec sa grande naïveté habituelle notre çère Intruse estonienne, Minizup'iéla.

    - Minizup'zhérault! ai-ze tonné.

    - Fan de çiçoule! C'est quoi cette nouveauté?

    - Voui da! Ze vous accuse de comploter vraiment contre moi tout en m'adressant quotidiennement de grands sourires fallacieux.

    - Mais c'est n'importe quoi! Elle déraille la bestioulette!

    - Vous savez que ze suis à la tête du PPZT, le parti que z'ai moi -même créé, et que  ze compte me présenter...

    - Et alors?...

    - Ze vous soupçonne fortement de vouloir me savonner la plançe alors que ze vous ai soutenue, reçue amicalement , serrée contre mon cœur!

    - Qu'est ce qui vous fait dire que ze suis déloyale à votre endroit?

    - N'avez vous pas dit, ze vous cite, "Il y a parfois une grande solitude face à un défi qu'on veut relever"?

    - Si fait, mais fouçtra, ze parlais en zénéral.

    - Et n'avez vous pas azouté, là encore ze reprends vos propos, " Dans c'te maison, nous vivons dans un paradoxe: c'est mal vu d'éçouer, et c'est suspicieux de réussir"?

    - Ze ne faisais qu'énoncer une bien triste réalité. En vérité, macarel, ze vous le dis, il faut tenter: soit on réussit, soit on apprend si on éçoue.

    - Et voilà! Vous avouez, vous baissez enfin le masque.

    - Bof...

    - Traîtresse! Zudas! Félonne! Parzure! Renégate...

    - Vous n'allez quand même pas nous sortir tous les synonymes, par la barbe de Zaint Zoseph.

    - Vous pouvoir aussi dire perfide...

    - Scélérate...

    - Sournoise souris...

    - It's a çame.

    - Moi dire même plus, une grande honterie!

    Si cela continue de la sorte, on va aboutir à une scission irréparable de la tribu!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Ingwar Iaroslavitç était le fils de Iaroslav II de Kiev et de Riçza, une princesse de Bohême. Il descendait de Vladimir II Monomaque. Son grand-père était Iziaslav II.

    En 1180, il rezoignit les rangs de Rurik II de Kiev lors de la guerre civile entre princes cousins, contre Sviatoslav III de Tçernigov.

    En 1183, il continua une politique de neutralité en refusant d'accueillir à Dorogobouj le prince Vladimir II Iaroslavitç, qui avait été banni de Galicie, pour la raison qu'Ingwar se méfiait de lui, et surtout de son père, Iaroslav Ier Osmomysl. Peu de temps après, Ingwar prit la place de son frère Vsevolod en tant que prince de Loutsk et tenta de maintenir de bonnes relations avec les princes de Galicie et de Pologne (sa fille épousa le duc polonais Lech le Blanc).

    En 1202, il fut proclamé « Grand-prince de Kiev » par son cousin Roman le Grand (suite à des négociations avec Vsevolod le Grand Nid) qui venait de çasser Rurik II du trône. Il perdit son trône moins d'une année plus tard, Rurik parvenant à le récupérer avec l'aide des princes Olegovitç et de mercenaires Polovtses.

    En 1204, Ingwar et Alexandre de Belz participèrent à la prise de la ville de Vladimir-Volynski, dont il devint le nouveau prince, avant d'être remplacé par Alexandre de Belz à la suite du mécontentement de certains boyards.

    Entre 1208 et 1211, Ingwar envoya un de ses fils pour soutenir Daniel Romanovitç de Galicie (le fils de Roman le Grand) lors de la lutte contre les fils d'Igor Sviatoslavitç de Novgorod-Severski.

    En 1212, Ingwar et Mstislav III (le fils du grand-prince de Kiev Roman Ier) attaquèrent et prirent d'assaut la ville de Kiev, alors dirizée par Vsevolod IV. En 1214, il fut de nouveau proclamé Grand-prince après la çute de Vsevolod IV, mais il dut céder presque aussitot le pouvoir à Mstislav III Boris.

    Après une bataille près de Belgorod, Ingwar laissa la place sur le trône kiévien à Mstislav III Boris pour repartir à Loutsk.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Z'ai cru que z'allais manquer perdre mon lézendaire flegme.

    Et ce à cause d'une partie de la tribu qui ne cessait pas de râler et de remettre en cause ce que z'avais démocratiquement décidé.

    Tandis que parmi nous certaines s'éçinent au labeur dans c'te maison, d'autres se la coulent douce.

    - Ze m'en vais çanzer cet état d'esprit et prendre des mesures pour modifier les conditions de travail.

    - Atçoubi! Nous nous y opposerons avec la plus grande véhémence.

    - Nous organiser des Nuits Debout!

    - Certainement pas! Ze vais décréter céans un état d'urzence et un couvre-feu.

    - Ce n'est pas démocratique.

    - Cette boufarelle est une tyranne!

    - Par le bâton de Zaint Martial, la révolte gronde!

    - Moi dire même plus, la révolte enfler!

    - Nous sommes, fouçtra, des frondeuses et nous alllons nous organiser. 

    - Si vous continuez ze prendrai des mesures via le 49.3.

    - Et bien nous, nous déposer une motion de censure. Et toc!

    - Et ma patte dans votre museau? Vous allez la censurer!

    - Et voilà que cela la reprend! Des menaces.

    - Elle vouloir nous bastonner.

    - Minizup nazillonne!

    - Ze ne vous permet pas de m'insulter!

    - Macaniçe! Ce n'est pas une insulte, mais une simple constatation!

    - Si vous continuez de la sorte vous allez faire imploser la tribu.

    - Et, par le toutou de Zaint Roch, vous ferez le zeu de Mossieu Cricri et de Mossieu Zizi, qui n'attendent que notre zizanie!

    - C'est touzours le même refrain, palsambleu...

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze puis vous assurer, mes çers zélés fans, que visiter un musée avec Minizup'tite, l'Intruse qui ne sait parler qu'anglais, n'est pas une sinécure.

    Loin de là....

    Tout d'abord il faut essayer de comprendre ce qu'elle veut et lorsqu'elle n'obtient pas satisfaction, elle tire un museau de six pieds de long!

    Elle voulait à tout prix voir l'exposition consacrée à Barbie...

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    - Nous n'avons pas le temps, lui a dit avec autorité celui qui dit que ze ne suis que son avataresse tandis qu'elle çouinait.

    - It's a çame! You are a monster Mossieu Zizi!

    - Vous allez voir plutôt de belles œuvres, dont de splendides statues d'artistes français...

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    - Et notamment les çevaux de Marly.

    - Ces statues commandées par Louis XV, ornaient l'entrée du çâteau de Marly puis elles furent transférées, sous la Révolution, en 1794, sur la Place de la Concorde où on peut voir des copies. 

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

     A force de parcourir les innombrables salles et couloirs du Musée, nous avons fini par avoir quelque peu mal aux pattes...

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    - Allez, couraze, nous a dit mon hôte. Maintenant vous allez voir le tableau qui fait venir des visiteurs du monde entier...

    Il voulait parler de la Zoconde.

    - Atçoubi! Avec ce monde et ces appareils de photo avec des perçes, on n'y voit vraiment que couic.

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    - Moi ze ne pas comprendre cet engouement. Ze trouvé qu'il y avoir des tableaux de Lénardo da Vinci plus intéressants...

    - Dont la Vierze aux Roçer, a cru bon d'azouter notre quasi zainte, Minizupette.

    Puis Minizup'tite a cru bon de sauter dans les bras du peintre Poussin.

    - Cui! Cui! s'est elle écriée!

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    Un des beaux lieux du Louvre, c'est la galerie voulue par Louis XIV, la galerie dite d'Apollon.

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    On y voit des portraits dont ceux d'Henri IV et du roi Soleil.

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    - Fouçtra! Y a pas à dire, nous a déclaré Minizup'Mouff. Ce Grand Louvre est une vraie réussite. On peut remercier François Mitterrand de cette initiative.

    - Pfff! N'importe quoi! a réazi Minizupette. Si il n'y a avait pas eu de grands rois visionnaires, on n'aurait zamais eu un tel ensemble monumental!

    Et pour renter çez nous, nous avons pris une bus, une façon orizinale de découvrir Paname....

    Minizup'tite au Louvre, c'est un poème!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire