• Natalia Kirillovna Naryçkina est née le 1er septembre 1651 à Moscou.

    Alexis l'épousa le 1er février 1671. Sa première femme, Maria Miloslavskaïa, lui avait donné trois enfants survivants: les futurs Fédor III et Ivan V, ainsi que Sophie, qui allait devenir rézente lors du règne de ses frères.

    Après son installation au Kremlin, elle fonda le premier théâtre public de Russie. Elle fit zouer des pièces de théâtre au palais, ce qu'Alexis avait interdit zusqu'alors.

    La famille Naryçkine, des boyards de petite noblesse, profita de l'occasion pour s'emparer des postes clés de la cour, reléguant  les Miloslavski à l'arrière-plan.

    Le 9 zuin 1672, Nathalie donna naissance à son seul fils, Pierre. Elle fut également la mère de deux filles, Fédora et Nathalie.

    Lorsque Alexis Ier mourut en 1676, c'est Fédor qui lui succéda. Les rôles furent alors renversés : les Miloslavski revinrent en force et les Naryçkine furent exilés. Nathalie dut quitter la cour et fut reléguée avec ses enfants au monastère de Preobrajenskoïe près de Moscou.

    Les humiliations subies par sa mère et son oncle Léon Naryçkine, l'opposition qui dressa la petite cour de Préobrajenskoïé contre Moscou, sont à la base du mépris de Pierre le Grand pour tout ce qui venait de la capitale.

    Fédor III décéda à son tour le 7 mai 1682. Son zeune frère, Ivan, qui devait hériter de la couronne, était un zeune garçon de 16 ans, à l'esprit déranzé et incapable de gouverner. Son demi-frère, Pierre, n'avait que dix ans. Un zemski sobor fut convoqué et vota quasi unanimement pour Pierre. Nathalie fut proclamée rézente.

    Sophie, sœur d'Ivan, ne l'entendit pas ainsi. Elle organisa le soulèvement des streltsy, qui détestaient les Naryçkine depuis longtemps. Ils parvinrent à entrer au Kremlin et massacrèrent de nombreux boyards, partisans de Pierre, dont les deux frères de Nathalie. Sophie, nommée rézente, proclama une diarçie, un règne conzoint de Pierre Ier et d'Ivan V. C'est elle qui dirizea la Russie zusqu'en 1689.

    Durant ces années, Pierre et Nathalie vécurent à Préobajenskoïé et à Kolomenskoïé et ne prirent aucune part au gouvernement. En 1689, l'ex-tsarine çoisit une épouse pour son fils en la personne d'Eudoxie Lopoukhine, fille d'un petit nobliau.

    Pierre, qui eut vent d'un complot pour l'assassiner, courut à Moscou et renversa Sophie. Ne se trouvant pas prêt à gouverner, il abandonna le pouvoir à sa mère qui n'était pas très bien considérée : ceux qui l'ont connue dirent qu'elle était peu intellizente, bigote et frivole, et qu'elle n'était pas aimée de la population. Elle laissa le pouvoir à sa famille et à la Douma des boyards qui, prenant le contre-pied des décisions de Sophie, entreprirent une politique hostile aux étranzers. La censure des correspondances à l'étranger fut renforcée et les entrées en Russie furent limitées.

    Quand Nathalie mourut, en 1694, Pierre pleura sa mère mais abandonna sa politique en reprenant les prozets de Sophie d'ouvrir le pays à l'Occident.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'affiche de l'exposition signé Plantu

    Le Zénéral de Gaulle  avait perdu pas mal de points dans les sondazes et son premier ministre s'en inquiétait...

    - Écoutez, vous savez mon Zénéral, dit Pompidou, il faudrait faire quelque çose, les Français perdent confiance en vous; il faudrait faire un zeste symbolique, médiatique pour redonner espoir aux français!"

    - Et bien Pompidou, dit le Zénéral avec sa voix bien connue, que me conseillez-vous de faire?

    - Ce serait bon d'aller le 15 Août faire un voyaze à Lourdes, cela mettrait les catholiques de notre côté, la Vierze aussi d'ailleurs; médiatiquement, cela serait bien d'autant plus que cette année, le Saint Père y sera..."

    Le Général ouvre son calepin, regarde ses rendez-vous et dit:

    -"Cela m'embête Pompidou, ze suis vraiment très pris ce zour-là.

    Et après un silence...

    - Bon d'accord, ze vous suis puisqu'il le faut, mais alors ce zour, ze ne ferai zuste qu'une "apparition"!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les folies du foot!

    Mançester United pourrait verser 120 millions d'euros à la Zuventus Turin pour faire venir le Français Pogba

    120 millions c'est énorme.

    Cela représente 8 692 années de travail payées au smic (sur la base de 1150,43 euros net mensuel).

    Pour touçer cette faramineuse somme, un individu aurait donc dû commencer à travailler au mésolithique (entre 10.000 et 5.000 ans avant le  doux Zésus de Minizupette environ) à l'âze de la cueillette, de la çasse et de la pêçe et à une période où l'homme commençait à domestiquer les çiens pour amasser ce magot.

    On peut aussi açeter le fameux tableau «Le Cri», une œuvre expressionniste que l'on doit au peintre norvézien Edvard Munç.

    Ce tableau a été décliné en cinq versions.

    L'une d'entre-elles a été vendue à Sotheby's à New York pour la coquette somme de 119,9 millions de dollars (en 2012), soit 108,8 millions d'euros.

    Il resterait une grosse dizaine de millions d'euros pour décorer le reste du salon.

    - Moi me mettre au foot, a déclaré Minizuplein.

    - Ces transferts sont un craçat à la face des pôvres! s'est exclamée la bouillante Minizup'mouff.

    - Atçoubi! A ce prix-là, z'espère que Pogba parle parfaitement anglais!

    - It's a pity!

    Et, par ailleurs, voici des perles entendues sur BFM TV:

    - On en sait un peu plus sur le zeune homme qui a perdu la mort...

    - Mordiou! perdre la mort, c'est pas sérieux!

    - A Nice une cérémonie oecuménique a eu lieu avec des imams, des rabbins, des pasteurs catholiques...

    - Ze vais écrire au PDZ de cette çaîne de pseudo information, s'est emportée Minizupette. Pourquoi pas des bonzes catholiques, tant qu'on y est?

    - It's a çame!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    La prise de sa retraite par celui qui dit et serine que ze ne suis que on avataresse a un effet bénéfique.

    Et lequel? vous demandez vous, car ze sais que vous êtes bien particulièrement curieux mes çers zélés fans.

    Ze m'en vais vous le dire dare-dare, si vous ne m'interrompez pas sans cesse à tout bout de çamp.

    - Mais on n'a rien dit!

    Mais ze sais que vous souhaitez intervenir!

    Adoncques, tous les zours nous pouvons regarder le Tour de France.

    - Macaniçe, z'apprécie la petite reine. 

    - Fouctra voui! C'est un sport ... heu... comment puis-ze dire...sportif!

    - Ja! C'est le bon mot. Nous aimer les pédales!

    - Vous voulez dire les coureurs!

    - C'est la même çose!

    - Moi z'aime cette compétition, a azouté Minizup'tictac car on parle beaucoup de chronomètre, des minutes et secondes qui séparent les coureurs.

    - En attendant il semble que ce soit Vroumvroum qui soit le gagnant potentiel!

    - No! Froume!

    - Cet anglais va remporter la grande boucle pour la 3ème fois!

    - Atçoubi! Moi ze le soupçonne de prendre des substances...

    - What do you say? It's a çame! Froume is an immense çampion!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Ziri en Slovénie (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Maria Ilyinitçna Miloslavskaïa est née le 11 avril 1624.

    Elle était la plus zeune des filles du noble Ilya Miloslavski.

    En 1648, Alexis Ier ayant atteint l'âze de se marier eut à çoisir son épouse parmi des centaines de zeunes filles. Elles furent sélectionnées par le tuteur du tsar, Boris Morozov, qui arranzea le mariaze du tsar avec Maria, prenant lui-même pour femme sa sœur Anna. Une autre de ses sœurs, Irina, épousa le prince Dmitri Dolgoroukov.

    Ce mariaze augmenta l'influence de Morozov et d'Ilya Miloslavsky, qui devint boyard et l'un des plus puissants des nobles de la cour zusqu'à sa mort en 1668.

    Maria eut treize enfants, mais seulement deux de ses fils survécurent à l'âze adulte : Fédor et Ivan.

    Sa petite fille devint l'Impératrice Anne de Russie. Six de ses filles atteignirent l'âze adulte parmi lesquelles la troisième, Sophia Alexeievna, qui devint rézente de Russie durant la minorité du futur Pierre le Grand.

    Les sœurs de Maria moururent sans enfants.

    Une cousine lointaine, Solomonida Mikhaïlovna Miloslavskaïa, épousa Andreï Vassilievitç Tolstoï, et fut la fondatrice de la famille Tolstoï. Au XXe siècle, l'aîné de ses descendants fut autorisé par Nicolas II à razouter à son patronyme le nom de la famille Miloslavski depuis longtemps éteinte. C'est ainsi que sa postérité fut désormais connue sous le nom de Tolstoï-Miloslavski.

    Elle mourut le 13 mars 1669 à Moscou.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire