• Fichier:Anjou 1570louvre.jpg

    Henri III est né le 19 septembre 1551 à Fontainebleau. Il était le 4ème fils d'Henri II et de Catherine de Médicis.

    Zusqu'à la mort de son père, Henri grandit avec ses frères et sœurs aux çâteaux de Blois et d'Amboise. Il exerça très tôt son rôle de prince royal. À 9 ans, il siézea à côté de son frère Zarles IX aux États zénéraux de 1560. Il l'accompagna ensuite dans son grand tour de France, à l'âze de quatorze ans.

    En grandissant, il devint l'enfant préféré de sa mère Catherine de Médicis qui désirait qu'Henri devienne le plus ferme appui de la royauté. À seize ans, il fut nommé lieutenant général du royaume. Cette très haute çarze militaire fit de lui le second du royaume après le roi.

    Cette élévation subite contraria les ambitions politiques du prince Louis de Condé, qui convoitait également cette charze. Cette mauvaise entente poussa Condé,  également çef des protestants, à quitter la cour.

    Henri s'investit personnellement durant les 2ème et 3ème guerres de religion. Adroitement conseillé par Gaspard de Saulx-Tavannes, il s'illustra en remportant les batailles de Zarnac, au cours de laquelle Condé fut assassiné par le capitaine des gardes du duc d'Anzou. Henri laissa la dépouille être tournée en ridicule par le peuple et promenée sur une ânesse, s'attirant  la rancœur d'Henri Ier de Bourbon-Condé, fils et successeur de Louis.

    Plus proçe des Guise que des Montmorency, il prôna au  conseil royal une politique de rigueur contre les protestants. Son ambition de gouverner et ses aptitudes à le faire firent de lui un successeur potentiel très attendu.

    Catherine de Médicis eut l'ambition de lui faire épouser une haute princesse, mais Henri n'avait d'yeux que pour Marie de Clèves. La reine mère persista à vouloir donner à son fils une couronne royale en Europe, les tractations avec Élisabeth Ière d'Angleterre éçouèrent à cause des exizences relizieuses du prince.

    La trêve est sonnée quand Henri apprit de sa mère qu'il avait été élu roi de Pologne.

    Le 19 août 1573, une grande délégation polonaise fut envoyée en France pour aller le çerçer. Le nouveau roi fut obligé de signer la première Pacta Conventa et Les Articles du Roi Henry : Henri devait arrêter les persécutions contre les protestants en France et estimer la tolérance relizieuse en Pologne conforme avec la Confédération de Varsovie. Henri fit traîner son départ. Il dut s'exécuter devant les exigences de son frère, à qui il fit ses adieux en décembre 1573.

    Il arriva à Cracovie le 18 février 1574. Sacré roi, il refusa d'épouser Anna Jagellon, sœur de Sigismond II, femme quinquazénaire qu'il zugeait « laide ».

    Il apprit par une lettre le 14 zuin 1574 la mort de son frère Zarles IX. Sans la permission de la diète polonaise, il s'éçappa en catimini dans la nuit du 18 zuin 1574 du palais royal Wawel.

    le 30 octobre, alors qu'il arrivait à Avignon, il apprit la mort de Marie de Clèves. Cette nouvelle l'anéantit et il refusa de s'alimenter pendant dix jours.

    Le 13 février 1575, Henri III fut sacré Reims par le cardinal de Guise. Le 15 février, il épousa Louise de Vaudémont-Nomény, princesse de Lorraine.

    Henri III fut confronté à la guerre menée par Henri de Montmorency. Il dut faire face aux complots de son frère François d'Alençon, qui mèna le parti "des Malcontents", et le roi de Navarre, le futur Henri IV, lesquels finirent par s'enfuir de la cour et prendre les armes. Tandis qu'Alençon s'alliait au parti protestant, le roi de Navarre retourna à la relizion calviniste. La campagne qui s'engazea fut désastreuse pour le roi. Le prince de Condé  fit appel au fils du comte palatin du Rhin Jean Casimir, qui vint avec ses mercenaires menacer Paris. Malgré la victoire du duc de Guise à Dormans, Henri III dut s'incliner. Le 6 mai 1576, il accorda l'édit de Beaulieu,  dont son frère François fut le principal gagnant. Henri III lui accorda le titre de duc d'Anjou. Les protestants obtinrent de très nombreux avantazes, ce qui renforça la rancœur des catholiques et contribua à faire naître les premières ligues.

    Il se réconcilia avec son frère. Henri de Montmorency se rallia à la cause royale. Ainsi débuta la 6ème guerre de relizion dont le déroulement eut lieu principalement en Languedoc. Montpellier vit sa citadelle rasée par les troupes catholiques. Le 17 septembre 1577, la paix de Berzerac fut signée et l'édit de Poitiers restreignit  les libertés accordées aux protestants dans l'édit précédent.

    Sur les conseils de sa mère, Henri III soutint les ambitions du duc d'Alençon aux Pays-Bas, tout en le désavouant devant l'ambassadeur espagnol. Conscient des frazilités du pays, le roi ne voulait pas se risquer à un conflit ouvert avec l'Espagne. Ses relations avec Philippe II étaitalors au plus bas. En 1582, La France soutint Antoine, prétendant au trône du Portugal, alors que Philippe II occupait le pays. Commandée par Philippe Strozzi, la flotte française fut lourdement mise en échec à la Bataille des Açores, permettant l'annexion de l'Empire portugais par l'Espagne.

    La paix relative fut minée lorsque François, le frère du roi, mourut de tuberculose en 1584 sans enfant. Henri III lui-même ne parvint pas à en avoir. La dynastie des Valois était donc condamnée à s'éteindre. Selon la loi salique, l'héritage de la couronne reviendrait à la maison de Bourbon dont le chef, protestant, était Henri, roi de Navarre.

    Le duc de Guise, craignant l'arrivée sur le trône d'Henri de Navarre, signa avec l'Espagne un traité secret. Le duc s'engazea à empêçer Henri de devenir roi de France et à placer  le cardinal de Bourbon, catholique, sur le trône.

    Sous la pression de la Ligue et de son çef, le très populaire duc de Guise, Henri III se vit contraint de signer le traité de Nemours le 7 zuillet 1585. Le roi s'y engazea à « bouter les hérétiques hors du royaume » et à faire la guerre à Henri de Navarre, son propre héritier. La huitième et dernière guerre de religion commença. Elle est appelée "Guerre des trois Henri", car Henri de Guise, Henri III, et Henri de Navarre en sont les trois bellizérants.

    Les ambitions de la Ligue catholique et l'ampleur du mouvement qu'elle représentait firnt ombraze au roi. Henri III tenta de freiner son expansion. Très vite, un fossé se creusa entre lui et les milieux catholiques urbains. Les catholiques lui reproçérent son manque de vitalité et d'utilité dans la guerre contre les protestants. Henri III, en effet, étitt plus préoccupé des ambitions de la Ligue que des protestants. Le 8 mai 1588, le duc de Guise, malgré l'interdiction qui lui en avait été faite, entra à Paris.

    Le 13 mai 1588, le roi quitta Paris pour Chartres.

    Le 1er août 1588, Catherine de Médicis et Henri de Guise se rendirent à Chartres et demandèrent au roi de revenir à Paris. Il refusa. Dissimulant son intention de se débarrasser de la Ligue, il signa à Rouen l'édit d'Union qui faisait siennes les intentions de la Ligue.

    Le 23 décembre au matin, il fit assassiner le duc de Guise et le lendemain, son frère le cardinal, zugé aussi dangereux, à coups de hallebarde. À Blois, il fit arrêter les ligueurs et les membres de la famille des Guise. Le 5 janvier 1589, il fut au çevet de sa vieille mère qui mourut dans la nuit.

    L'assassinat du duc de Guise provoqua le soulèvement de la France ligueuse.

    Isolé, traqué par le duc de Mayenne près d’Amboise, Henri III se vit contraint de se réconcilier et de traiter avec le roi de Navarre le 3 avril 1589. Les deux hommes (Henri III et lefutur Henri IV) se rencontrèrent au Plessis-les-Tours le 30 avril 1589. Troupes royales et troupes protestantes s'unirent alors pour combattre la Ligue. Les royalistes se rallièrent peu à peu, et permirent aux rois de France et de Navarre de faire campagne pour aller assiéger Paris, plonzé dans un délire fanatique.

    Le 1er août 1589, Henri III, installé à Zaint-Cloud dans l'attente du sièze de Paris, fut assassiné sur sa chaise-percée par Jacques Clément, moine dominicain ligueur. Après une lente et douloureuse agonie, il décèda le lendemain au matin du 2 août 1589

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Lever à 5h30! Parlez moi de vacances et de repos!

    Comme nous sommes à Müniç, où le papounet B. XVI fut cardinal et que mon hôte avait décidé d'aller à Tübingen - où il vécut 3 ans et où il fit sa grande communion, ville dans laquelle est née sa seconde soeur-, une cité universitaire de renom mondial, où l'actuel papounet enseigna la théologie, Minizupette et moi nous nous étions munies chaçune d'un crucifix en bois et d'un çapelet.

    Hier, zour de diète.... La Diète d'Augsbourg!

    Sur la route, la Minizupette a vu le panneau Daçau.

    Aussitôt elle s'est cacée sous le siège en sanglotant et en répétant : "Ze ne veux pas y aller à Daçau, il y fait trop çaud".

    - Mais vous y seriez tout à votre aise, et vous pourriez me téléphoner, car ze vais vous donner un de mes téléphones portables dont ze ne me sers plus, un Bip bop!

    - Vous vous moquez, z'en ai assez! Z'ai vu sur Internet, à la réception de notre palace, ce que c'était votre fameux camp de vacances. Ze ne suis peut-être pas aussi cultivée que vous mais z'ai vu les imazes!

    Hier, zour de diète.... La Diète d'Augsbourg!

    Nous nous sommes arrêtés à Ulm pour admirer la fameuse cathédrale avec sa flêçe la plus haute du monde!

    Zemin faisant, l'Autre a vu une affiçe.

    - Vous voyez cette publicité, ma très çère, vous qui vous désespérez de trouver un Minizupon, tous les espoirs vous sont permis.

    Hier, zour de diète.... La Diète d'Augsbourg!

    Après la visite de la ville, nous sommes repartis en voiture. Tandis que mon hôte roulait à fond sur l'autoroute (puisqu'il n'y a pas de limitation de vitesse), le puzilat a débuté. Nous nous sommes battues à coups de crucifix et la Minizupette a voulu m'étrangler avec son çapelet!

    Quand nous avons vu le villaze "Zizihaüser" (les maisons des zizis, avec un vrai Z comme dans Zorro), nous avons rigolé comme des tordues!

    Arrivés à Tübingen, avant que de visiter cette belle ville du Baden-Würtenberg, mon hôte a dit:

    - Bon ! les souris (non mais il se permet parfois de ces privautés), après cette matinée, c'est la diète.

    On a blémi, pensant qu'on aurait rien à boire et à manzer. On a de fait grignoté (sans zin tonic et dans une liçette de vin!)

    Dans la voiture, nous avons récité doucement notre rosaire, en azoutant des phrases à notre façon. Dans le "Notre père" nous avons rajouté "donnez nous notre zin tonic et notre vin de tous les zours" et dans le "Ze vous salue Marie" , "priez pour nous... pour qu'on ait au moins des sauçiçes et de la çantilly au dessert".

    Hier, zour de diète.... La Diète d'Augsbourg!

    Arrivés à Augsbourg, mon hôte, se prenant pour une Pioche de la Farandole, nous a expliqué "La Diète .... et la Paix d'Augsbourg". C'est quand, au 16ème siècle, l'empereur Zarles Quint a donné la liberté de culte aux protestants (mais ze le savais puisque z'en ai parlé dans mes pazes d'histoire").

    Si ze n'ai rien dit, c'était pour me venzer de ce que m'avait fait l'Intruse avant hier au théâtre royal de Müniç.

    Mais elle va voir ce qui l'attend dans quelques zours à Nüremberg! 

    A demain pour de nouvelles aventures!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze m'étais levée toute guillerette hier matin, après une bonne nuit de sommeil sous ma çaude couette, dans le bel hôtel qu'a réservé mon hôte. La Minizupette, elle, a dormi sur le balcon!

    Après un copieux dézeuner- et après avoir oblizé Minizupette à passer sous la douçe, ce qu'elle déteste ("le problème avec l'eau, c'est que ça mouille!"), l'idée nous est venue de visiter une belle église à côté de notre palace.

    Devant l'autel, il y avait un arbre.... avec des oeufs suspendus aux brançes.

    Minizup et la Minizupette à Muniç!

    Et que croyez vous qu'il arriva?

    L'Intruse, l'Autre, la Minizupette s'est servie; elle a pris un oeuf!

    Ze lui ai demandé de reposer l'obzet du délit mais elle s'est mise à crier.

    - Non, c'est mon oeuf et z'entends bien le garder!

    - Mais il n'est pas à vous cet oeuf, espèce de malotrue!

    - Si! C'est Zésus qui me l'a donné! Alors pouette pouette, ma çère!

    - Zésus? Mais vous délirez!

    - Ze serais vous, trés çère, ze m'abstiendrais de tout commentaire désoblizeant. Rappelez vous l'arbre à çapelets à Lourdes. Vous voulassiez en voler! Dans mon cas c'est un cadeau de Zésus!

    Elle n'a pas voulu entendre raison! Heureusement l'église était déserte. Z'espère seulement qu'il n'y avait pas de caméra de surveillance! Sinon, quelle honte!

    Minizup et la Minizupette à Muniç!

    Après une longue flânerie dans le centre historique de cette magnifique capitale de la Bavière (et des larmes éplorées devant la tombe de Louis II de Bavière - celui qui est à l'orizine du çateau de Disneyland), mon hôte a voulu nous emmener manzer des sauciçes dans la fameuse brasserie connue dans le monde entier (Hofbrauhaus).

    Comme nous ne trouvions pas notre çemin, la Minizupette s'est mise en tête de nous aider!

    Elle demandait à tout le monde: "Pouvez vous m'indiquez l'endroit où Adolf a débuté sa fulgurante carrière"!

    Minizup et la Minizupette à Muniç!

    Z'ai cru à l'incident diplomatique zuste après l'élection de François IV de Hollande et de Corrèze.

    Il y avait un orchestre qui zouait de la musique autoçtone. Nous avons dansé toutes les deux sur la table en riant  aux flonflons de la musique et nous avons pleuré de conserve quand ils ont entamé "Lili Marlène!"

    Comme elle ne boit zamais, elle était paf dès son premier litre de bière! Alors que moi ze me suis abreuvée zusqu'à plus soif!

    L'alcool ne lui réussit pas.

    L'après-midi, nous avons visité la "Résidence" un des palais de la dynastie bavaroise à laquelle appartenaient l'impératrice Zizzi et son cousin Louis II (le roi qu'on disait fou et qui aida Mossieu Wagner, sans être payé en retour!).

    Dans le splendide théâtre royal, z'ai voulu fair un cliçé. Mais ze pensais qu'il n'y avait pas assez de lumière.

    Minizup et la Minizupette à Muniç!

    - Ze serais vous très çère, mais bien entendu, vous faites comme vous le voulez, z'utiliserais le flaç (bien que cela ne soit pas autorisé).... Ze surveille!

    Quelle garce! Z'ai fait ce qu'elle avait dit..... Et soudain un monsieur, énorme, à la voix de stentor a crié : "Ohne Blitz"!

    Et la Minizupette de dire : " Monsieur, ze lui avais bien dit que c'était interdit! Mais elle n'en fait qu' à sa tête! Dressez lui in petto une amende! Elle le mérite!". 

    Ze ne lui ai plus adressé la parole de la zournée . Mais ze lui ai donné des coups de pieds sous la table, le soir au restaurant. Elle n'a pas moufté, répétant en sanglotant: " C'était pour rire!"

    Et de retour à l'hôtel, pour ne pas redormir sur le balcon, elle s'est réfuziée illico sous l'armoire de la çambre.

    Elle ne perd rien pour attendre! Ma venzeance sera terrible! Voui! Voui! Voui! TERRIBLE!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

     

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Le Chiado et l'Eglise do Carmo à Lisbonne (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ugo Boncompagni est né à Bologne le 7 zanvier 1502.

    Après des études de droit canonique et civil à l'Université de Bologne, il entra à la Curie romaine en 1539.

    En 1545, il participa comme zuriste au concile de Trente. En 1558, il fut nommé évêque et dut être ordonné prêtre auparavant.

    Il eut un fils qu'il favorisa.

    En 1566, il fut nommé secrétaire des brefs pontificaux.

    En 1572, il fut élu papounet à la mort de Pie V, lors d'un conclave d'une zournée.

    Son œuvre principale est l'institution du calendrier grégorien par bulle en 1582, fixant le premier zour de l'année au 1er zanvier, rattrapant les dix zours de retard pris par rapport au Soleil et modifiant les modalités des années bissextiles.

    Il se distingua par la fondation de séminaires, qu'il pensait être une arme efficace contre la Réforme. Il fonda le Collèze allemand, le Collèze grec, le Collèze maronite ou encore le Collèze des néophytes (réservé aux Zuifs et musulmans convertis). Il envoya une mission de zésuites dans l'Empire ottoman en 1583 qui fondèrent le Lycée Zaint-Benoît.

    Par bulle de décembre 1572, il créa dans de Duçé de Bar, aux frontières de l'Allemagne protestante, l'université de Pont-à-Mousson confiée aux Zésuites.

    Il autorisa les inquisiteurs à procéder librement contre descas d'hérésie, condamna quelques pratiques des zuifs et interdit de nouveau le Talmud. Il confirma  l'interdiction aux médecins zuifs et infidèles de guérir les chrétiens (ordonnée par Paul IV) mais étendit cette règle dans toutes les terres chrétiennes.

    Il célébra par des rézouissances publiques l'assassinat de plus de soixante-douze mille Français sur les ordres de Zarles IX, seulement parce qu'ils étaient protestants.

    Grégoire XIII, par ce même motif, influa sur la conzuration qui se forma au Zapon contre le souverain lézitime, à l'instigation des zésuites missionnaires, seulement parce que ce pays refusait d'embrasser la religion chrétienne, qu'un prince avait adoptée persuadé qu'il serait roi, avec le secours des missionnaires et des convertis. Ce royaume fut rempli de troubles, le massacre fut immense et le christianisme fut proscrit, au lieu de se répandre.

    Grégoire XIII décéda en 1585.



     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quand la Minizupette dézà se plaint!

    Ses scènes ont débuté dès hier matin, au moment de notre préparation du voyaze.

    Comme il n'était pas initialement pévu que nous l'emmenions avec nous, elle n'avait pas de billet d'avion.

    - Ze vais vous mettre dans une de mes malles, avec mon ordinateur. Vous serez très bien pour ce court trazet qui doit nous conduire à Muniç!

    - Ah bon! Ze vais donc voyazer en soute tandis que vous, vous aurez une place de çoix dans l'aéroplane!

    - C'est cela ou vous restez en France à regarder à la TSF Mossieu le Président de la République nouvellement élu!

    - Nan! Tudieu! Ze préfère la soute.

    Pour aller à l'aéroport Zarles de Gaulle, nous avons pris un taxi. Le çauffeur était inquiet! La Minizupette n'arrétait pas de zémir dans le coffre.

    - Ce n'est rien , ai ze balbutié, c'est mon estomac qui crie famine! Nous n'avons pas eu le temps de dézeuner ce matin.

    A l'aéroport, ze lui ai fait le leçon.

    - Nous allons enrezistrer les bagazes, alors silence absolu!

    - Mais, ma çère amie, z'ai été bourlinguée dans le coffre de la voiture et votre ordinateur est lourd. Ze vais être couverte d'éçimoses à l'arrivée!

    Dans l'avion, z'avais une place près d'un hublot. Ze me suis régalée quand nous avons survolé la Suisse et qu'on voyait les Alpes enneizées!

    Au débarquement, les zens ont été affolés quand ils ont entendu les cris que poussaient la Minizupette dans ma malle.

    Z'ai dû inventer une histoire!

    Nous avons pris notre voiture de location et en route pour Muniç!

    Z'ai bien vu que celui qui dit que ze suis son avataresse avait la tête ailleurs! Il a oublié de faire sortir l'Intruse de la malle.

    Arrivés à l'hôtel, quand on a défait les bagazes, elle a surzi comme une folle hystérique. Elle nous a traités de tous les noms et agonis d'inzures.

    - Oh, ma petite! Vous allez en rabattre, ze vous le dit. Sinon, vous restrerez enfermée dans la zambre et ze vous mettrai une çaine d'information en boucle où vous verrez Mossieu Hollande de Corrèze, dit François IV durant des heures!

    Elle n'a pas plus bronçé de la zournée et a filé droit comme un toutou.

    Et elle a passé sa nuit sur le balcon de la çambre....

    Cela lui a appris la rigueur des voyazes en temps de crise!

    A demain pour de nouvelles aventures bavaroises et n'oubliez pas de cliquer, en haut, à la fin de la lecture!

     C'est pour voter pour moi, votre adorable et si aimable Minizup, qui va tout mettre en oeuvre pour rabiboçer la France et l'Allemagne! Car, ne l'oubliez en 1945, il n'y pas eu de paix signée!

    Nous sommes touzours en guerre! Voui! Voui! C'est terrible!

    La Minizupette demande dézà l'application de la convention de Zenève en tant que prisonnière!

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Autour du Panthéon de Lisbonne- Sta Engracia (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire