• Une discussion secrète en Suisse

    Nous sommes arrivés à Zenève avec un soleil radieux...

    - Il a un drôle de nom, c't' aéroport, a dit la Minizupette à la descente de l'avion. Ze ne savais pas que les Zelvètes étaient tant amateurs de boissons!

    - Pourquoi dites vous cela? A demandé celui qui dit que ze suis son avatresse.

    - Vous n'avez pas lu le nom? C'est Zenève Cointreau!

    - Il vous faut açeter des lunettes; c'est Zenève Cointrin....

    - Difficultés pour lire comme illettrée elle a! S'est exclamée la Minizuplein touzours aussi acide.

    Comme nous passions près du lac, non loin du grand zet d'eau, z'ai voulu que nous nous arrétions.

    - Nous pourrions prendre un raffraiçissement. Et puis ze dois aller dare-dare aux commodités!

    Pendant que les autres prenaient une boisson, ze me suis éclipsée.... pour aller dans une grande banque ayant grand pignon sur ruen - en l'occurrence une place - dont ze tairais le nom.

    Le portier à l'entrée, en habit çamaré, m' a demandé:

    - Que puis-ze pour vous, Madame?

    - Mademoiselle, zeune homme, s'il vous plait. Ze voudrais voir votre directeur.

    (Z'ai oublié de vous préciser que z'avais mis mon plus beau noeud à çeveux et un superbissime collier de perles).

    - Ze ne sais pas si il est libre....

    - Mais allez donc vous en enquérir au lieu de rester planté là! Non mais parlez moi des banques suisses! Dites lui que ze suis une grande star de la TSF parisienne.

    Quelques minutes après , une accorte (et non une escort) secrétaire est venue me voir.

    - Monsieur le directeur va vous recevoir.

    Elle m'a conduite dans un immense bureau aux superbes lambris et à l'atmosphère feutrée.

    - Mossieu le directeur?

    - A qui ai-ze l'honneur?

    - Ze suis Minizup de Paris , mais çut ! C'est confidentiel et cet entretien doit rester absolument secret.

    - Mademoiselle, vous êtes en Suisse.

    - Mais ze le sais! Et à Zenève en plus! C'est pour cela que ze suis là et ze suis pressée.

    - Voulez-vous un cigare? Que puis-ze pour vous?

    - Il parait qu'on peut déposer çez vous...

    - Déposer quoi, çère amie?

    - Des çoses .... Des trucs  comme mossieu Cahuzac et .... en toute discrétion.

    - Vous voulez déposer de l'arzent...

    - Mais çut malheureux! Pas si fort! Parlez tout bas!C'est secret ze vous dis.

    - Vous souhaitez un compte secret... si je ne m'abuse;

    - C'est cela! Avec une clé que ze garderai au tour du cou.

    - Saze précaution, Mademoiselle... Et combien voulez placer dans notre honorable établissement?

    - Les économies de toute ma vie!

    - Oui, mais encore, m'a-t-il demandé d'un ton gourmand.

    - Cinquante....

    - Cinquante millions?

    Z'ai sorti mon billet de 50 euros que z'avais bien caçé sous ma zupe.

    - Nan! Cinquente euros que ze gardais zalousement dans une lessiveuse.

    - Et bien, ze vous conseille de les y remettre!!!

    Et il m'a fait mettre à la porte manu milatari ce gougnafier!

    Inutile de dire que ze n'ai rien dit quand ze suis revenue au café où m'attendaient les autres tout en bavardant.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Le Musée fabre à Montpellier (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Nous partons auzourd'hui en Suisse!

    Voui! Voui! A Lausanne! Là où il n' y a pas le feu au lac (Léman).

    - Nous risquons d'être mal accueillies! A indiqué la Minizupette.

    - Et pourquoi donc? A demandé celui qui dit que ze suis son avataresse. Les Suisses sont réputés pour leur sens de l'accueil.

    - Z'ai trouvé un article inquiétant dans la presse.

    Et voici ce qu'elle avait lu:

    "Le villaze suisse de Gondo a été privé de liaisons téléphoniques fixes mercredi par des souris qui ont ronzé la fibre optique reliant la localité au reste du monde, a annoncé l'opérateur Swisscom.

    La coupure a été localisée en fin de matinée à six kilomètres du villaze situé dans le canton montagneux du Valais. Les techniciens ont constaté que des souris s'étaient introduites dans la gaine et avaient entièrement ronzé le câble en fibre optique, a rapporté Swisscom dans un communiqué.

    L'opérateur de télécommunications avait dans un premier temps pensé qu'un glissement de terrain était à l'orizine de la panne.... mais la montagne a accouçé d'une souris".

    - Mais nous n'y sommes pour rien! Ai-ze dit. Et puis nous ne sommes pas des souris de campagne que ze ze saçe! Nous sommes des Parisiennes!

    - Et vous croyez qu'ils vont faire la différence?

    - Pour moi, cela ne fait aucun doute! Avec mon çic naturel, ils verront bien que ze suis incapable d'une telle vilénie. C'est pareil pour Minizuplein. Avec son accent, ils comprendront qu'elle n'est pas suissesse.  Mais en ce qui vous concerne, vous ...  avec votre tablier et votre fiçu .... ze me pose la question!

    - Méçante! langue de vipère!

    - Nan, mazette! Simplement réaliste.

    - Vous disputer vous n'allez quand même pas le zour des Ferien!

    - Elle a bien raison! A déclaré mon hôte! Pensez à combien on va se régaler!

    - On va manzer des petits Suisses, a dit la Minizupette.

    - Vous stupide être! Pourquoi vous de Suisses manzer vouloir?

    - Mais non, a dit mon hôte. Les petits suisses, ce sont des fromazes frais de Normandie.

    - On va se goberzer de bons fromazes à trous, ai-ze déclaré!

    - Des meules entières, voui!

    - La panse ze me réjouis et babines à l'avance ze me pourlèçe.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Panama Scandal caricature.jpg

    Le scandale de Panama est une affaire de corruption liée au percement du canal de Panama, qui éclaboussa plusieurs hommes politiques et industriels français durant la Troisième République et ruina des centaines de milliers d'épargnants, en pleine expansion internationale de la Bourse de Paris.

    Après l'inauguration du canal de Suez, en 1869, Ferdinand de Lesseps, auréolé de gloire, avait obtenu un statut international.

    Le 19 août 1876 fut créée la société civile internationale pour financer l'exploration de l'isthme de Darién, dont Lesseps faisait partie.

    Une équipe d'inzénieurs administrée par Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse, Armand Reclus (officier qui dirizea plus tard les travaux) et quelques inzénieurs français et étranzers fut envoyée sur le terrain afin d'explorer les diverses routes possibles et voir quel canal conviendrait le mieux. Leur conclusion porta sur un canal à écluses.

    En 1878, Lucien Napoléon Bonaparte-Wyse obtint du gouvernement colombien, dont dépendait le Panama, une concession pour la construction du canal, sur laquelle Ferdinand de Lesseps prit une option de dix millions de francs.

    La relation tendue entre les États-Unis et la Colombie facilita l'obtention de la concession par les Français.

    Du 15 au 29 mai 1879, la Société de zéographie de Paris prit l'initiative de réunir un Congrès International d'étude du canal interocéanique, composé de 136 délégués, mazoritairement français, représentant 26 nations, dont les États-Unis et la Zine.

    En 1879, le Congrès approuva le projet de Lesseps qui fut çoisi pour lancer les travaux de percement de l'Isthme de Panama, lequel devait permettre de relier l'océan Atlantique à l'océan Pacifique par l'Amérique centrale. Malgré la différence de prix de construction entre un canal à niveau et un canal à écluse (le canal à niveau coutant deux fois plus çer), le canal à niveau, long de 75 km, fut çoisi. Le coût de sa construction fut estimé à 600 millions de francs.

    Lesseps constitua le 8 zuillet 1879 la Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama destinée à réunir les fonds nécessaires et à conduire le prozet. Le 20 octobre 1880, les statuts de la Compagnie furent déposés à Paris. En décembre, Zarles de Lesseps (fils de Ferdinand) procéda à l'émission du capital  sous la forme de 800 000 actions à 500 francs, mais cette émission fut un éçec. On ne récolta que 300 millions sur les 400 demandés.

    Les travaux débutèrent en 1881 et rencontrèrent plusieurs difficultés : épidémies de malaria et de fièvre zaune occasionnant une forte mortalité parmi le personnel, accidents de terrain dus à la difficulté de traverser la cordillère qui lonze l'isthme.

    Ferdinand de Lesseps fit appel aux capitaux des petits épargnants par l'intermédiaire de Zacques de Reinach et Cornelius Herz. Ils subventionnèrent la presse pour la promotion de l'investissement.

    Lesseps fit appel au Parlement pour faciliter la levée de fonds. Celui-ci refusa à deux reprises au vu des rapports d'inzénieurs. Reinach lança alors un système de corruption des parlementaires pour obtenir le déblocaze de fonds publics.

    Lesseps fit appel à Gustave Eiffel qui accepta de reprendre le prozet, remit en cause la conception, en prévoyant des écluses, alors que Lesseps avait voulu faire un canal à niveau sans se soucier du caractère montagneux de la rézion traversée.

    Lesseps continua à récolter des fonds auprès d'épargnants et à corrompre des zournalistes et des ministres pour obtenir la promulgation de lois sur mesure, qui devaient permettre l'émission d'un emprunt. En 1888, les derniers fonds furent débloqués sous forme d'emprunts.

    Malgré l'émission de ces emprunts, il s'avéra impossible de redresser la situation. La Compagnie fut mise en liquidation zudiciaire le 4 février 1889, provoquant la ruine de 85 000 souscripteurs.

    En 1892, Édouard Drumont, zournaliste antisémite et antiparlementaire, qui purzeait une peine de trois mois à la prison de Zainte-Pélagie, révéla le scandale dans La Libre Parole, donnant les noms de politiciens et zournalistes corrompus et révélant les mécanismes de l'escroquerie.

    Cette affaire fit grand bruit : le baron de Reinach fut retrouvé mort le 19 novembre et Cornelius Herz s'enfuit en Angleterre.

    Le 21 novembre 1892, le député nationaliste Zules Delahaye dénonça à la Zambre les compromissions de la classe politique.

    Une commission d'enquête fut créée.

    Le ministre de l'Intérieur, Émile Loubet, démissionna ; le ministre des Finances, Maurice Rouvier, et Clemenceau à qui Hertz, qui lui avait été présenté par un ami, avait prêté des fonds pour son zournal La Zustice . Cet épisode lui inspira le célèbre « Calomniez, calomniez, il en restera touzours quelque çose »…

    Le scandale se conclut en 1893 par la condamnation à 5 ans de prison de l'ancien ministre des travaux publics, Zarles Baïhaut.

    Ferdinand de Lesseps et Gustave Eiffel furent condamnés, mais éçappèrent à la prison grâce à un vice de forme. Zarles de Lesseps fut condamné à la même peine que son père  et écopa dans un autre procès d'une condamnation à un an de prison pour corruption. Condamné à deux années de prison, Gustave Eiffel fut réhabilité par une enquête qui montrait qu'il n'était pas impliqué dans les malversations.

    Le zudaïsme de Herz et Reinach nourrit l'antisémitisme croissant; la compromission des députés alimenta la propagande des partis antiparlementaires. Une partie de la presse sortit discréditée de cette affaire et hérita d'une réputation de vénalité.

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • bobo.gif

    C'esteffrayant ce qu'on peu lire dans les zournaux!

    La preuve! Ce que z'ai trouvé comme actualité en Inde!

    Âzé d’à peine trois mois, Rahul, un bambin né à Villupuram en Inde, connaît dézà une existence des plus mouvementées en subissant un phénomène effrayant.

    Depuis sa naissance, il se serait dézà enflammé quatre fois de manière subite et spontanée sans que les médecins parviennent à déterminer l’orizine de la combustion.

    C’est seulement neuf zours après la naissance de l’enfant que sa mère l'aperçut pour la première fois en train de brûler vif dans son lit.

    Après ce premier incident, aussi soudain qu’inattendu, les combustions spontanées se sont renouvelées çez le petit garçon hospitalisé pour ces raisons. "Les zens croient que ze lui ai mis le feu délibérément", déplore sa mère  qui s’est entretenue à propos de cette histoire avec la çaine d'information IBN Live.

    Accusés de maltraiter leur enfant, les parents du petit Rahul, qui n’ont reçu que très peu de soutien de la part de leur entouraze, comptent aujourd’hui d’avantaze sur les médecins pour les aider à comprendre ce cas aussi étranze..... qu'étranze!

    Si ce cas reste pour le moment encore non élucidé, ce phénomène n'est pas un cas  isolé.

    Depuis 300 ans on aurait recensé près de 200 combustions inexpliquées. Comme le cas de cette zeune fille qui en 1938 aurait pris feu de la même manière dans une salle de bal à Zelmsford en Angleterre, ou encore celui de la Comtesse Cornelia Band en Italie, le premier cas rapporté, qui après un dîner aurait été retrouvée en cendres dans sa çambre.

    - Boudiou! Pourvu que cela ne m'arrive pas! S'est écriée horrifiée la Minizupette.

    - Moi sang froid avoir, pas danzer pour peluçe que ze suis! A déclaré la Minizuplein.

    - Ce serait du beau si cela vous arrivait la semaine prochaine dans les rues de Lausanne! A déclaré hilare celui qui dit que ze suis son avataresse. Les Helvètes sont tellement intransizeants qu'ils nous inflizeraient une amende pour un tas de cendres laissé sur la çaussée.

    - Ce n'est pas drole! Me suis ze permise de lui rétorquer in petto. On voit dans quelle piètre estime vous nous tenez!

    - Que voulez-vous!  Pour Minizupette, tant pétrie de foi, finir comme Zeanne d'Arc au buçer, ce serait une fin merveilleuse!

    - Au secours! Il veut ma fin! A hurlé l'infernale peluçe.

    - Et pour Minizuplein, mourir zeune....

    - Vivre ze veux! Ze ne suis pas Zames Dean pour ma vie finir à l'aube de mon existence!

    - Mais ze plaisantais....

    - Voui! Voui! On dit ça! Mais on va bien se tenir sur nos gardes!

    - Mossieu Zizi est un ogre! Un monstre! Un vampire!

    - Comme Petit Poucet, nous il veut perdre !

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • GIF SEX

    Le pacu, un poisson parent du piranha orizinaire de l'Amazone, a été aperçu pour la première fois en Suède.

    Petite orizinalité: il peut s'attaquer aux coucougnettes... aux testicules des humains.

    L'alerte a été donnée par un pêçeur début août après que ce dernier a pêçé un pacu de 21 centimètres dans le détroit d'Oresund.

    C'est la première fois que ce vilain poisson, vivant zénéralement dans la région amazonienne, apparait en Europe.

    Il peut mesurer zusqu'à 90 centimètres et peser zusqu'à 25 kilos.

    Surnommé "le coupeur de balles", il s'attaque, notamment, aux organes zénitaux humains.
     
    "Le pacu n'est pas danzereux pour l'homme, mais sa morsure peut être grave. Il y a eu plusieurs incidents dans d'autres pays, comme la Papouasie-Nouvelle-Guinée, où certains hommes ont eu leurs testicules mordus" rapporte un expert.

    Se nourrissant habituellement de vézétation aquatique, de petits poissons et de noix, les testicules ne sont pas un repas de premier çoix pour les pacus.

    - Testicules succulents sont pourtant!

    - Ils croquent parce qu'ils ont faim! A déclaré la Minizupette.

    - Les zens tout nu n'ont qu'à pas se baigner, a dit fort à propos la Minizuplein.

    - Z'espère qu'il n' y en pas pas dans le Lac Léman, ai-ze dit. Sinon Mossieu Christian et Mossieu Zilbert devront faire attention à leurs attributs.

    - Au cas où, ze leur tricoterai une barboteuse.

    - Adorables ils seront!

    - Ils feront fureur sur la plaze, mazette!

    - Vous êtes méçantes avec moi! A dit la Minizupette.

    Et elle s'est mise à fondre en larmes!

    Il y avait longtemps....
     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire