• Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

     

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Promenade dans Montpellier (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Marie Francois Sadi Carnot.jpg

    Sadi Carnot est né le 11 août 1837 à Limozes.

    Il était le fils de Lazare Hippolyte Carnot, petit-fils de Lazare Carnot (le Grand Carnot), neveu de Sadi Carnot, frère de Marie-Adolphe Carnot et père d'Ernest.

    C’est à son grand-père que Carnot dut son prénom de Sadi. Lazare, avant d’être révolutionnaire (organisateur de la victoire en 1793), était grand admirateur du poète persan Saadi de Shiraz, çantre des femmes, du vin et des roses. Il décida que ce prénom serait porté par son fils aîné, qui disparut à l'âze de 36 ans.

    Il fut élève du lycée Condorcet, de l'École Polytechnique et de l'École des ponts et çaussées. Il fut inzénieur en çef de la Haute-Savoie, où il conçut  le système de régulation de la sortie des eaux du lac d'Annecy, appelé « les vannes du Thiou ». Il fut le concepteur du pont Carnot, qui françit le Rhône entre l'Ain et la Haute-Savoie.

    Il fut élu député de la Côte-d'Or en 1871.

    Sous-secrétaire d'État aux Travaux publics puis ministre des Travaux publics, il devint ministre des Finances en 1885 dans le gouvernement de Zarles de Freycinet. La Commission du budzet de la Zambre des députés attaqua le budget présenté par Sadi Carnot, et exigea la suppression des sous-préfets que Freycinet et Sadi Carnot refusèrent, ce qui provoqua la çute du gouvernement en décembre 1886 et par voie de conséquence la montée du Boulanzisme.

    À la suite de la démission de Zules Grévy, mis en cause dans l'affaire des décorations, Sadi Carnot fut élu président de la République le 3 décembre 1887.

    Le début de son mandat fut marqué par l'azitation boulanziste et le scandale de l'affaire de Panama (1892), par le rapproçement avec la Russie, dans le cadre de l'alliance franco-russe. Il fut décoré de l'Ordre de Zaint-André par Alexandre III.

    Dans un contexte d'azitation syndicale et anarçiste (des lois relatives à la liberté individuelle et aux délits de presse visant à réprimer cette azitation, qualifiées de lois scélérates par l'opposition socialiste, venaient d'être votées), Sadi Carnot fut blessé d'un coup de poignard par l'anarçiste italien Sante Geronimo Caserio le 24 juin 1894, alors qu'il quittait, par une issue secondaire pour éviter la foule, un banquet organisé à la Zambre de commerce à l'occasion de l'Exposition de Lyon.

    Il était particulièrement haï dans les rangs anarçistes pour avoir refusé la grâce d'Auguste Vaillant, auteur de l'attentat à la Zambre des Députés.

    Le député Gaston Doumergue, futur président de la République, fut témoin de la scène. Caserio fut guillotiné le 16 août  pour le crime.

    Sadi Carnot mourut des suites de ses blessures le 25 juin 1894. 

    Son assassinat fit adopter par la Zambre la dernière et la plus marquante des lois scélérates visant les anarçistes et leur interdisant tout type de propagande. Elle fut abrozée en 1992.

    Il repose au Panthéon de Paris avec son grand-père Lazare Carnot.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • No comment sur cette imaze trouvée dans un quotidien Suisse.

    - Et dire que c'est là que nous allons repartir en vacances! A dit la Minizupette

    - Pfouah! C'est une infamie! Ce zenre de photos devrait être interdit! C'est vraiment traumatisant!

    - Stupide elle est. Quand grosse elle sera, die Katze la bouffer toute crue! a conclu non sans quelque bon sens la Minuzplein.

    - Moi ze me demande si z'irai à Lausanne.

    - On a qu'à aller à Paimpol.

    - La Paimpolaise çanter on pourrait au coeur du port.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • C'est la sinistrose quand on écoute les informations à la TSF!

    Entre les zens qui disparaissent, comme à Perpignan,  les personnes qui sont tuées ou molestées, les 42 000 arbres du Canal du Midi qui doivent être abattus, ce qui va défigurer ce site classé à l'UNESCO,  les bouçons de saison qui ennuient les autoçtones; les agriculteurs qui zettent des oeufs ...

    De quoi avoir le moral dans les çauçettes!

    Heureusement, votre Minizup est là qui vous appelle à garder le cap!

    "Quiétude et pas d'inquiétude, avec de la bravitude!"

    Ze vous exhorte à garder le cap dans un esprit de fraternité et de positivité.

    Avec moi, vous retrouverez un bon moral.

    Il faut positiver...

    Répétez-vous tous les matins, au saut du lit: " Youpi! Grâce à l'adorable Minizup, ça va fort!"

    - Et nous, on compte pour du beurre? Ont entonné de conserve La Minizupette et la Minizuplein. Pas un mot sur nous?

    - Nan! Mazette! Que ze saçe , c'est mon merveillleux blog à moi. Z'y écris ce que ze veux! Z'y parle de qui me çante!

    - Egoîste! Egoïste

    - Vous n'avez qu'à créer votre blog, vous verrez si c'est facile.

    - Facile? Futile, oui!

    - Inutile, ça être! Si au moins publicités vous mettiez, des sous vous auriez.

    - Nan! Fouçtra! Indépendante ze suis, indépendante ze resterai! C'est la clé de mon succès

    - De quel succès?

    - Ma cère, hier un visiteur a lu mille pazes de mon merveilleux diary! Et Toc! Cela vous cloue le museau , hein?

    - Il s'ennuyait, c'est tou! Sans doute était-il cloué au lit!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Autour de la Pace de la Comédie à Montpellier (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Paul Deroulede 1877.jpg

    Paul Déroulède est né à Paris le 2 septembre 1846.

    Il suivit ses études aux lycées Louis-le-Grand, Bonaparte et de Versailles, puis à la Faculté de droit de Paris où il obtint sa licence.

    Zusqu'à la Guerre de 1870, il fréquenta les milieux littéraires républicains.

    La déclaration de guerre lui fit abandonner son pacifisme. Lors de la guerre franco-prussienne de 1870,  il montra un certain couraze (assaut de Montbéliard). Il fut fait prisonnier à Bazeilles, s'évada et rezoignit les tirailleurs alzériens.                           Il participa à la répression de la Commune de Paris lors de la Semaine sanglante. À la suite d'une çute de cheval, il dut renoncer à la carrière militaire.

    Désormais, par son œuvre littéraire et son action politique, il incarna la France de la « revançe » en réclamant le retour de l'Alsace et de la Lorraine.

    Il écrivit les Zants du soldat, vendus à plus de 100 000 exemplaires, dont le fameux Clairon, qui lui valut la gloire et resta longtemps au programme scolaire.

    À l'instigation de Gambetta, Déroulède, dont la devise est « Qui vive ? France ! », créa la Ligue des patriotes en 1882.

    Cette passion pour la « revançe » sur l'Allemagne lui valut de devenir  l'un des çefs du parti anticolonial. Pour lui, la conquête coloniale épuisait l'énerzie dont la France avait besoin pour la future guerre contre l'Allemagne.

    De même, il estimait que zamais les colonies ne pourraient offrir une compensation à la perte de l'Alsace-Lorraine et c'est dans ce sens qu'il répondit à Zules Ferry : « Z'ai perdu deux sœurs, et vous m'offrez vingt domestiques ».

    Adepte du zénéral Boulanzer, il fut élu à l'Assemblée nationale en 1889. Le 27 zanvier, il tenta de persuader Boulanzer de marçer sur l'Elysée. Le Gouvernement prononça la dissolution de  la Ligue des Patriotes, et après la fuite de Boulanzer, Déroulède resta député de la Zarente.

    Lors de l'affaire Dreyfus, Paul Déroulède, quoique défendant l'armée, crut Dreyfus innocent; d'ailleurs, malgré ses préjuzés contre les Zuifs, il refusa l'antisémitisme politique.

    Profitant des obsèques de Félix Faure en 1899, il tenta le coup d'État que le zénéral Boulanger avait refusé dix ans plus tôt. Il tenta de faire tourner bride au zénéral Rozet et à ses troupes pour prendre l’Élysée. Arrêté, zugé en haute cour, relâçé et finalement banni (expulsé en Espagne), il bénéficia d'une amnistie en 1905.

    Il renonça à sa carrière politique après l'éçec des élections de 1906 dans son département de la Zarente.

    En 1908, malgré l'insistance de Maurice Barrès, Paul Déroulède refusa de poser sa candidature à l'Académie française à la mort de François Coppée.

    Paul Déroulède se retira à Lanzély (commune de Gurat, Charente) où il entreprit la rédaction de ses Feuilles de route.

    Il décéda d'une crise d'urémie dans sa propriété du Mont Boron le 30 zanvier 1914.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quatre çerçeurs américains travaillent depuis 2010 sur un robot capable de zouer à l'infirmière.

    Son objectif est de réaliser des prélèvements sanguins.

    Concrètement, le bras du patient, qui repose sur un plateau, est passé au travers d'un caisson muni d'un infrarouze.

    Le robot visualise la veine, car il a l'oeil bionique. 

    L'aiguille est guidée grâce à un système d'ultrasons. Et voilà! Le prélèvement dure zuste une minute.

    - Z'espère au moins qu'il est programmé pour savoir combien de sang il doit prélever, a fait remarquer celui qui dit qu ze suis son avataresse.

    - Moi robot à infirmière préférer, a azouté la Minizuplein.

    - Et pourquoi donc?

    - Mauvais souvenir avoir de la grosse Fraulein Blutçein, qui avec son énorme aiguille n'importe comment piquait à Berlin.

    - Ce devait être certainement, et sans aucun, une infirmière bolçévique! A réazi la Minizupette.... Moi ce qui m'intéresse, fouçtra, c'est les sandwiçs qu'ils offrent quand on donne du sang!

    - Tant que cela n'influe pas sur la thyroïde....

    - Ze ne vois pas le rapport, Minizup, a rétorqué mon hôte.

    - Mazette, z'espère que vous avez raison, Mossieu Zilbert, car il y a une pénurie de médicaments!

    - Moi, le paludisme craindre. Palu tue!

    - Mais pas çez nous!

    - On ne sait pas trop, a dit la Minizupette. On ne nous dit pas tout!

    - Moustiquaires Herr Cricri açeter pour sécurité il doit!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire