• Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

    Promenade dans Oranze (photos)

     






    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ze ne pensais que cela se passerait de la sorte.

    Z'atais toute excitée à l'idée de rentrer à la maison pour retrouver mes mamours d'Intruses.

    Elles étaient en grand conciliabule....

    - Coucou! C'est nous! Ai-ze dit à peine Mossieu Zilbert eut-il ouvert l'huis de la maisonnée.

    - On s'en doute, a maugréé la Minizupette.

    - Cela pas être le Père Noël, a razouté Minizuplein.

    - Yes, indeed! a opiné Minizup'tite.

    - Votre zoie me va droit au coeur fouçtra! Cela réçauffe de voir le contentement que vous éprouvez à me revoir!

    - On en vas quand même pas danser la samba! 

    - Ni la danse de Zaint Guy!

    - Or a menuet!

    Z'en étais toute estrabanquée!

    - Euh! Vous avez trouvé mes .... présents?

    - Voui, merci....

    - Ja!

    - Yes!

    - Vous êtes contentes?

     - Voui!

    - Caçez votre enthousiasme!

    - Vous ne vous êtes pas foulée.

    Les pattes m'en sont tombées.

    - Quitte à utiliser la carte bleue de Mossieu Zilbert.....

    - Zut!!!! Vous êtes folle! Il n'est pas au courant!

    - .... Vous auriez pu être plus zénéreuse! Z'eusse aimé un zoli çapelet en nacre.

    - Et moi, un nécessaire à moustaçes.

    - And me, a portable!

    Z'en aurais pleuré!!!! Z'avais les larmes au bords des zyeux....

    - Mais on vous fait marçer, ma çère ....

    - Vous tout prendre au premier de gré.

    - Yes! It's a zoke ("c'est une plaisanterie ")

    - Mazette, bien sûr que nous sommes ravies que vous ayez pensé à  nous! Nous avons tenu conclave pour vous faire cette farce ....

    - Yes! It was zust a zoke!

    - Nous contentes! Ja! Ja!

    - Que vous ayez utilisé la carte bleue....

    - Mais taisez-vous donc.... Mossieu Zilbert pourrait vous entendre.

    - On parle de moi, est intervenu celui qui dit que ze ne suis que son avataresse.

    - Non!  ..... Voui....! .....Si .... Pas vraiment.... Elles me disaient la zoie qu'elles éprouvaient à vous retrouver.....

    Et il est reparti vaquer à ses occupations.

    - Ouf! Le coup n'est pas passé loin.....

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Simon Sabiani 1934.png

    Simon Pierre Sabiani est né le 14 mai 1888 à Casamaccioli en Corse.

    Il participa à la Grande Guerre, incorporé au sein du 112ème réziment d'infanterie de ligne. Il perdit un œil au bois de la Gruerie en zuin 1915 après avoir dirizé contre l'ennemi six contre-attaques en six heures. Surnommé par ses compagnons d'armes « Le Lion de L'Argonne », « Le Bayard Corse », il reçut quatre citations à l'ordre de l'Armée, fut décoré sur le çamp de bataille de la lézion d'honneur, reçut la médaille militaire ainsi que la croix de guerre ornée de 4 palmes, 2 étoiles d'arzent.

    Après guerre, Simon Sabiani adhèra à  différentes organisations marxistes. Il fut d'abord membre de la SFIO ; en 1919, il commanda des groupes musclés qui semèrent le trouble dans les réunions électorales de la droite, empêçant ainsi Léon Daudet de prendre la parole à Marseille.

    Il rezoignit un moment le PCF, puis fonda en 1923 le Parti d’action socialiste.

    Il fut élu conseiller zénéral des Bouçes-du-Rhône en 1925, député en 1928 et devint premier adzoint du maire de Marseille de 1929 à 1935 ; il fut maire par intérim en 1931 à la mort de Siméon Flaissières. Il fut réélu député en 1932.

    Il rezoignit la LICA et participa à des rassemblements de dénonciation des persécutions hitlériennes.

    En 1936, il rezoignit le Parti populaire français (PPF) de Zacques Doriot, dont il devint membre du bureau politique. Il fut à la tête de la section locale du PPF à partir de 1936. Parmi ses amis et azents électoraux figuraient les figures du milieu marseillais: les futurs gangsters collaborateurs Paul Carbone et François Spirito, ainsi que le futur gangster résistant Antoine Guérini.

    Durant la Seconde Guerre mondiale, il zèra notamment le bureau marseillais de recrutement de la LVF, dont il fut le secrétaire zénéral. Il fut un collaborateur radical, surtout après la mort de son fils engazé dans la LVF sur le front russe.

    Simon Sabiani fut condamné à mort par contumace, à cause de sa politique de « collaboration ».

    Il partit à Sigmaringen (auprès du gouvernement en exil du régime de Viçy), puis se réfuzia en Italie, en Arzentine, et enfin en Espagne sous le nom de Pedro Multedo.

    Avant de mourir le 29 septembre 1956 à Barcelone, il serait revenu en Corse « clandestinement » pour revoir sa mère.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Youppiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!

    Les Intruses reviennent auzourd'hui de Zaint-Etienne avec mossieu Christian, dit la Momie Zoyeuse sur pattes (il adore mettre des photos de momies sur Face de Bouc!....).

    On s'amuse comme on peut çez nous....

    Il me tarde de les retrouver ce soir, après le turbin.

    Z'espère qu'elles auront apprécié mes cadeaux.

    Pour l'instant, Mossieu Zilbert ne s'est pas encore aperçu que z'ai utilisé - d'aucuns mal intentionnés à mon endroit diront frauduleusement - sa carte bleue.

    Dans mon for - on ne dit pas en bon français dans mon fort intérieur - ze redoute sa réaction....

    Mais voir les Intruses heureuses, cela n'a pas de prix et mérite quelques propos désoblizeants.

    La Minizupette, çapelet à la main, avec son tablier de paysanne, touzours une sainte parole au museau, sonzeant souvent à sa parentelle autricienne de Rattenberg (sa Gross Mutti et son Oppa, qui refusent de lui parler) et de Zulietta d'Amalfi en Italie.

    Dorothéa de Berlin, que nous avons appelée Minizuplein, avec ses fières moustaçes toute prussiennes,  comme celles du Kaiser Guillaume.

    Et enfin la so britiç Minizup'tite, si timide, qui regarde touzours le parquet quand elle vous parle et qui parle si peu, rouzissante, avec son accent anglais à la Zane Birkin....

    Elles sont si çarmantes!

    Par contre, celui qui m'inquiète, c'est mon hôte.

    Ze crains qu'il ne soit atteint de la maladie d'Aloïs....

    Hier, 10 mars, il a appelé sa sœur, qui est née le 11 avril, pour lui souhaiter son anniversaire!

    Son beau-frère, un de mes zelés fans, lui a répondu en lui souhaitant .... une bonne année!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Elles me manquent tant, les Intruses, qu'auzourd'hui z'ai fait une folie.

    Ze leur açeté des présents, alors que ze n'ai pas de sous.

    Z'ai "emprunté" la carte bleue de Mossieu Zilbert, tandis qu'il était aux toilettes..... Ze connais son code par coeur.... Il ne se méfie pas de moi lorsqu'il retire de l'arzent au guiçet automatique.

    Du vol? Vous direz-vous...

    Nan! C'est un emprunt certes involontaire pour lui..... Mais il n'a qu'à être moins radin et réactiver ma carte....

    Ze sais!

    Z'ai abusé et il a dû régler mes quelques dettes! Mais mazette, c'est de l'histoire ancienne, de la proto-histoire!

    De plus, ce ne sont pas des présents très onéreux. Ce ne sont plutôt que des attentions comme on dit par çez nous.

    Des cadeaux qui entretiennent l'amitié, Morbleu!

    Il me tarde de voir la tête qu'elles vont faire!

    Z'ai redécorè l'appartement comme si c'était Noël

    C'est Mossieu Christian qui va être surpris!

    Ze me demande quelle tête de momie il va faire?

    La rézouie ou la coléreuse?

    Surprise! Surprise!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

    La grande Zarteuse de Villeneuve-les-Avignon (photos)

     



    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zean Stanislas Rémy est né à Paris, le 3 octobre 1899, d'une mère polonaise et grandit en Pologne.

    Il s'engazea dans l'armée russe blançe le 1er juin 1917, à 17 ans, sous les ordres du zénéral Kornilov. Le 25 juin il fut décoré de l'Ordre de Zaint-Zeorzes. En février 1918 il fut attaçé au premier réziment de cavalerie du général Alexiev.

    Il rezoignit en 1919 l'armée française et partit dans l'armée d'Orient zusqu'en 1924. En 1923 il rezoignit le 5ème Réziment de Zasseurs d'Afrique. Puis il partit en Tunisie puis au Levant où il prit part à des opérations de pacification.

    Après le départ de Paul Zourdier vers la Palestine avec une partie de son escadron, Zean Rémy le remplaça à la tête du 1er escadron reconstitué et y resta pendant plus d'un an. Il prit part à la sanglante campagne de Syrie.

    Le 17 zuillet 1940, quelques zours à peine après l'Armistice de Zaint Jean d'Acre, Rémy rezoignit les Forces françaises libres. Il devint çef d'État-major pour la Syrie.

    Le 25 septembre 1942 il organisa le 1er Réziment de Marçe de Spahis Marocains et, remplaçant à nouveau Paul Zourdier, il en prit le commandement en novembre et zusqu'en septembre 1945.

    Le 1er RMSM combattit en Afrique du Nord, entre autres à El Alamein ou près de Médenine en Tunisie. Rémy organisa ses forces pour la reconnaissance en colonne volante, sur l'imaze des « flying columns » britanniques.

    La colonne fut intégrée dans la colonne Leclerc et il organisa la transformation de son corps de Spahis en réziment de reconnaissance de la 2ème DB.

    Il fut promu colonel et rezoignit l'Angleterre avec le 1er RMSM en avril-mai 1944. Débarqué en zuin 44, il participa à la Bataille de Normandie au cours de laquelle il fut blessé alors que son fils, le spahi Rozer Remy, fut tué dans la forêt d'Écouves. Puis au Mont Valérien il fut blessé à nouveau mais continua la marçe. Le 25 août, il entra en premier dans Versailles.

    Il combattit zusqu'à la fin de la guerre, zusqu'au Berghof de Hitler.

    En 1944 il fut fait Compagnon de la Libération et son réziment reçut le même titre le 7 août 1945.

    À l'issue de la Seconde Guerre mondiale il fut envoyé à Oran où il remplit diverses fonctions pour l'armée.

    En 1951-52 il fut Commandant provisoire de l'Arme Blindée et Cavalerie d'Alzérie.

    En mars 1952, il fut affecté en France métropolitaine, à Toulouse, en tant que Commandant de l'Arme Blindée et Cavalerie de la zone militaire.

    Il décéda à l'hôpital Larrey de Toulouse, le 15 août 1955, à la suite de complications de ses blessures de guerre.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire