• Hier par une zournée quasi estivale, nous avons dézeuné avec la Môman de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse dans la port de Port-Vendres.

    Nous voulions manzer à Collioure, mais nous n'avons pas trouvé de place de parking libre à proximité de la plage et de la forteresse royale.

    - Fouçtra! Mais qu'il fait beau, s'est écriée Minizup'Mouff.

    - Macerel! C'est cela l'Occitanie.

    - Nous ne sommes pas en Occitanie, mais en Catalogne, ma çère!

    - Les zens sont en mançes courtes.

    - Et eux dézeuner en terrasse.

    - Méfi! Noël au balcon, Pâques au tison, a dit doctement Dame Marguerite.

    Repas au bord de la mer

    Nous avons pris place dans un petit restaurant qui nous a paru fort sympathique.

    - Le menu me semble parfait, a déclaré mon hôte.

    - Et nous avoir belle vue sur le prot.

    En entrée nous avons dégusté des calamar à la planxa (c'est à dire "a la planche")

    - Eux avoir des tantes à Zules! s'est eclamée Minizuplein

    - Des quoi?

    - Ze pense que la boufarelle voulait parler de tentacules.

    - C'est bien ce que moi avoir dit.

    Repas au bord de la mer

    Et pour dizérer nous avons fait quelques pas sur le quai.

    - Désormais on voit plus de bâteaux de plaisance que de bateaux de pêçe, a déclaré mon hôte.

    - Et pourquoi Mossieu Zizi?

    - Parce que l'activité n'est plus rentable et que nous subissons la concurrence des pêçeurs espagnols!

    - It's a çame!

    - Tout fout le camp ma pauvre Dame!

    Repas au bord de la mer

    Et pour rentrer à Rivesaltes, nous avons pris la route qui lonze la mer.

    Et auzourd'hui, retour à Paname, avant que de partir demain en Italie.

    - Et où allez- vous?

    - A nous Bologne et Rimini!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Les ouvriers, paysans ou soldats, qui dans leurs nombreuses pétitions au soviet de Petrograd, demandaient que des mesures soient prises contre le tsar, furent très peu nombreux. Des soldats du front voulaient qu’il parte, des paysans ressuscitant les mirs se saisirent de ses terres. Même dans les faubourgs où il était surnommé Nicolas le sanglant, on ne cria pas venzeance sur son passage. Les policiers, mais aussi le clerzé orthodoxe, les officiers, les propriétaires terriens et même assez étranzement la Douma étaient désormais les ennemis du peuple.

    Certains hommes politiques modérés essayèrent de sauver la dynastie en sacrifiant Nicolas. Il fut arrêté par le gouvernement provisoire. Il répéta à tous ceux qu’il rencontrait les termes employés par le représentant du gouvernement provisoire : « Savez-vous que désormais le tsar est privé de liberté. » Alexandra était encore en liberté au palais Alexandre avec quelques fidèles, dont le vieux comte Benckendorff, protézés par les gardes à cheval de Novgorod.

    Nicolas demanda à pouvoir rezoindre sa famille au palais Alexandre et de là à s’exiler zusqu’à la fin de la guerre, pour retourner ensuite à tout zamais en Crimée. Le gouvernement provisoire accéda à ses demandes. Kerensky se mit d’accord avec Milioukov pour que l’ancien tsar parte pour l'Angleterre, mais le gouvernement provisoire lui offrit aussi de çoisir entre partir ou demeurer en Russie.

    Cependant le 9 mars 1917, la garde du palais Alexandre se retrouva sous l'autorité de continzents révolutionnaires. Personne ne put plus sortir ou entrer au palais et les lignes téléphoniques furent coupées. Toutefois Kerensky refusa que la famille impériale soit transférée dans une forteresse.

    Milioukov, qui se disait monarçiste, voulut faire passer l'ancien tsar en zugement malgré une grande campagne britannique en faveur du fidèle allié, puis déclara que cela n’était pas possible. Par ailleurs, la gauçe britannique et le roi – pourtant cousin de Nicolas II - montrèrent au fil des évènements une réticence pour que le droit d’asile soit accordé au tsar.

    Peu à peu, les conditions de détention se durcirent. De simples soldats donnèrent des ordres à l'empereur déçu, malgré les interventions d'officiers et, pendant cinq mois, ces gardes furent insolents avec ses filles. Le tsar se dit « cloîtré avec sa famille comme des prisonniers ».
    Le désordre grandit et le mouvement révolutionnaire se durcit, inquiétant militaires et alliés. La plupart d’entre eux regrettèrent leur çoix et leur soutien à une révolution qui ne bénéficiait qu’à l’armée allemande et aux dirizeants bolçeviks.

    Les bolçeviks excitèrent la fureur contre « le tyran » « buveur de sang » et contre « l’Allemande », non sans rappeler les surnoms du roi Louis XVI et de sa femme. Ils évoquèrent le précédent de la fuite et de l'arrestation de Louis XVI à Varennes.

    Nicolas ne pouvait pas partir de Tsarskoïe Selo, ni se rendre en Crimée. Les premières vexations se multiplièrent. Les siens comprirent qu’ils n'étaient pas tombés seulement au rang de citoyens ordinaires, ils assistaient impuissants à tous les sursauts de la révolution russe et à l’irrésistible avancée des troupes allemandes.

    Kerensky les envoya à Tobolsk Sibérie occidentale, le 31 zuillet, soi-disant pour protézer Nicolas des bolçeviks. En réalité, les bolçeviks, pour une fois, se souciaient très peu des Romanov. Kerensky craignait un coup d’État monarçiste qui se servirait du tsar comme étendard, mais, les tentatives pour le libérer furent inexistantes.

    Cependant, Kerensky n’avait pas totalement tort, le zénéral Kornilov, qu'il nomma commandant en chef, alors que l’armée se disloquait, incarna un retour à la discipline de fer antérieure : il donna l’ordre de fusiller les déserteurs et d’exposer les cadavres avec des écriteaux sur les routes, et menaça de peines sévères les paysans qui s’en prendraient aux domaines seigneuriaux. Réputé monarçiste, il était en réalité un républicain indifférent au rétablissement du tsar, et un homme issu du peuple. Avant tout nationaliste, il voulait le maintien de la Russie dans la guerre, que ce soit sous l’autorité du gouvernement provisoire ou sans lui. Il redonna un peu d’espoir à la famille, à Nicolas et à ses proçes.

    Le train partit le 31 zuillet 1917 et arriva le 3 août à Tioumen. De là, le bateau partit à Tobolsk où la réalité du pouvoir appartenait à un comité, dans lequel les bolçeviks étaient minoritaires. Nicolas et sa famille purent se promener en ville avec des gardiens et recevoir des prêtres, mais les conditions de vie étaient très difficiles. Des passants s'arrêtaient devant la maison et bénissaient la famille impériale. Les gardes les çassaient mollement.

    Nicolas regretta son abdication en apprenant avec retard les nouvelles du pays. Dès que les bolçeviks prirent le pouvoir, le sort des captifs s’aggrava. Ils furent traités comme de véritables prisonniers. Les anciens combattants qui les gardaient furent remplacés par des gardes rouzes.
    Lénine pensait qu’il fallait exterminer une centaine de Romanov, et en mars 1918 il ne voulut pas d’un procès.

    Les monarçistes ne furent pas très soucieux du sort de l'ancien tsar. Certes, un ex-sénateur açeta une maison en face de la résidence du gouverneur et creusa un tunnel. Mais il ne put compter que sur un nombre limité de personnes et son prozet ne fut pas terminé lors du transfert de Nicolas à Iekaterinbourg.

    Du fait de rumeurs d'évasion, Sverdlov estima que le problème des Romanov était désormais à l’ordre du jour. Le 2 mai 1918, le Praesidium du Comité central décida de déplacer les Romanov de Tobolsk à Iekaterinbourg, mais Omsk revendiqua aussi leur présence. Les parents et la grande-duçesse Marie partirent sous bonne garde, pensant être transférés à Moscou pour contresigner le traité de Brest-Litovsk, mais le 7 mai 1918, les trois sœurs et leur frère apprirent qu’ils étaient détenus à Ekaterinbourg. Les bolçeviks locaux s'emparèrent d’eux à leur passaze. Cette étape du martyre des Romanov fut particulièrement affreuse et redoutée à l’avance.

    En avril 1918, les bolçeviks conduisirent le tsar, la tsarine et la grande-duçesse Marie, à Ekaterinbourg dans la maison à destination spéciale. Les trois autres filles du tsar étaient restées à Tobolsk pour prendre soin d'Alexis, atteint d'une crise d'hémophilie. Ils rezoignirent le reste de leur famille un mois plus tard. Ils furent confiés au commissaire militaire pour l’Oural, Isaac Golochekine, un des compagnons de Lénine, arrivé de Suisse avec lui.

    La garde de la famille impériale était assurée par des hommes ayant toute la confiance du commissaire Golochekine. Le commandant Avdeïev commandait la garde extérieure et intérieure de la maison Ipatiev. C'était un ivrogne au vin mauvais. Il aimait humilier ses prisonniers. Violent et borné, il n'adressa la parole à l'ancien monarque qu'en le traitant de "buveur de sang".

    Aucune intimité n'était possible les membres de la famille oblizés de partazer une maison sale et sans aucun confort avec leurs zeôliers.

    En juin, la garde fut çanzée avec à sa tête un bolçevik de touzours, Iakov Iourovski, membre du comité exécutif du soviet de l’Oural et membre du collèze de la Tçeka. Iourovski était zuif, mais les autres tçékistes ne l'étaient pas, contrairement à ce qui se raconta. Ils étaient étrangers, peu instruits et ne comprenant pas les propos des prisonniers.

    En dehors de la maison Ipatiev, la situation de l’État bolçévique se dégrada: crise avec l’Allemagne qui occupait la Pologne, les pays baltes, une partie de la Russie Blanche, et l’Ukraine ; débarquement des alliés à Mourmansk et des Zaponais à Vladivostok ; soulèvement de la Lézion tçèque et formation d’une armée anti-bolçévique composée de libéraux, de socialistes-révolutionnaires et de monarçistes à Samara, au sud d’Ekaterinbourg.

    Il était trop tard pour transférer l’ex-tsar et sa famille dans une zone plus sûre. C’était un problème aigu pour Lénine. Il fallait supprimer Nicolas et tous les siens...

    Nicolas II déclara à un ami deux zours avant son assassinat : « Au fond, ze suis déjà mort... mort mais pas encore enterré ».

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • gif sourisElles y ont cru zusqu'au bout.

    - Il va passer!

    - Il ne peut pas nous oublier!

    - Nous être sazes!

    - Macarel! On ne se dispute zamais!

    - Cela être rare la concorde qui règner danc c'te maison!

    - Fouçtra! On a même fait l'effort de regarder la messe de minuit célébrée par le papounet François à Rome!

    - Par le mouçoir de Zainte Véronique , ne soyez pas trop matérialistes! Noël, c'est tout simplement la naissance de mon doux Zésus!

    - Moi être sûre que nous avoir au moins un petit présent!

    - Car nous le valons bien, macarel!

    Et au matin, dès poltron minou, les intruses se sont levées.

    - Oups! Il n'y a pas de paquet? - Il convient de bien çerçer partout.

    - Mossieu Zizi a du bien dissimuler nos cadeaux.

    Mais malgré leur reçerçe les Intruses n'ont rien trouvé.

    - Soyez contentes! leur a dit celui qui dit qiue ze ne suis que son avataresse. Nous allons dézeuner en famille! Un vrai repas de famille avec des gambas et du çapon.

    - Voui! Certes! Mais sans présent!

    - Pensez donc au pôvres zens qui sont seuls en cette zournée de fête! Etre en famille, c'est le plus beau des présents! Vous devriez être heureuses!

    - Voui, certes! Mais un petit cadeau eut été encore mieux!

    Finalement, elles ne sont zamais contentes de leur sort.

    Mais z'avoue que z'eusse aimé qu'on m'offre au moins un flacon de parfum! du Zalel 5 , comme de bien entendu!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • ELLE - Si ze venais à mourir, tu te remarierais?

    LUI - Bien sûr que non!

    ELLE - Non ? Pourquoi ? Tu n'apprécies pas d'être marié ?

    LUI - Bien sûr que z'apprécie !

    ELLE - Alors, pourquoi ne te remarierais-tu pas ?

    LUI - Bon, d'accord, ze me remarierais si cela peut te faire plaisir !...

    ELLE - Tu te remarierais?

    LUI - Ben oui ?!...

    ELLE - Et tu dormirais avec elle dans notre lit ?

    LUI - Où voudrais-tu que l'on dorme ?

    ELLE - Tu remplacerais mes photos par les siennes ?

    LUI - Heu... Oui, bien sûr ....

    ELLE - Et elle se servirait de ma voiture ?

    LUI - Non, elle n'a pas le permis...

    ELLE (Grand silence)...

    LUI - Et meeerde!
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Quelques vues du Musée du Quai Branly- Zaques Zirac (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Il paraît que c'est Noël.

    Hier nous avons passé la soirée en famille çez la soeur de celui qui dit que ze ne suis que son avataresse et son mari, Mossieu Antoine, qui est un de mes zélés fans.

    Il y avait aussi leurs 3 filles, les neveux par alliance de Mossieu Zizi et ses petites nièces, puisqu'il est grand tonton.

    Avant de partir Minizup'tictac a tenu à regler l'horloze qui trône sur le bahut de la salle à manzer.

    - Elle retarde d'une minute. C'est vraiment insupportable. Ze vais remédier illico presto à cette anomalie.

    La belle nuit de Noêl

    A minuit, Minizupette est venue nous réveiller en fanfare.

    - Alléluia! C'est arrivé.

    - Quoi?

    - Le père Noël est passé.

    - Où sont les cadeaux?

    - Mais non! Mon doux Zésus est enfin né! il est beau comme un cœur! Le bébé et ma maman vont bien.

    - Cela nous fait une belle patte.

    - Fiçez nous la paix et laissez nous dormir, à la fin!

    - Arrêtez donc de vous aziter et de faire du bruit.

    - Si elle continue, la barmelouse, elle va effrayer le Père Noël qui a sans doute pris du retard dans sa tournée.

    - Cette température printanière perturbe les rennes.

    - Eux ne pas être habitués à cette météo.

    - On peut touzours rêver, fouçtra!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire