• Après avoir quitté la Place Vendôme, nous nous sommes rendus à l'Opéra de Paris.

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    - C'est là que z'ai obtenu un immense succès en dansant le Lac des Cygnes. A la fin le public en liesse était debout!

    - Avec nous, c'est plutôt Casse-noisettes, macarel, pour rester polie!

    Pour aller à l'église de la Madeleine...

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    .... Nous sommes passés devant l'Olympia.

    - Mazette, ze parie que vous avez triomphé sur cette scène.

    - Vous avoir fait la première partie des Beatles?

    - Atçoubi! Ze suis sûre qu'elle y a dansé avec Mistinguette.

    Z'ai serré les dents pour ne pas répondre à ces ignominies!

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    Zemin faisant, nous avons admiré de belles façades.

    Nous sommes entrés dans de belles cours et dans une nous avons pu voir une drôle de statue.

    - Moi vouloir monter, s'est exclamée Minizup'iéla.

    - Décidément, elle nous les fera toutes par la tête trançée de Zainte Valère!

    Et comme elle nous faisait une crise, il a fallu que mon hôte accède à sa demande.

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    Sur le çemin du retour, nous nous sommes promenés dans une partie du quartier Latin.

    Comme de nombreux touristes, nous avons photographié la Fontaine Zaint Miçel.

    - Elle a érizée sous le règne de Napoléon III, nous a déclaré doctement celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Initialement, il était prévu d'ériger une énorme statue de Napoléon Ier. Ce fut finalement "la lutte du Bien contre le Mal" qui fut retenue comme programme .

    - Cela être bien mieux!

    - Ze suis sûre que vous connaissez le nom de l'artiste qui l'a conçue...

    -  C'est l'arçitecte Gabriel Davioud et c'est la dernière fontaine-mur construite à Paris. Neufs sculpteurs ont contribué à sa décoration.

    - Atçoubi! On avait les moyens à l'époque!

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    Nous avons fait une halte devant le petit théâtre de la Huçette.

    - Dans ce théâtre se zouent, depuis 1950 et sans discontinuité, deux pièces d'Euzène Ionesco, nous a dit notre Pioçe de la Farandole.

    - Mazette, ze parie qu'il s'azit de "La leçon" et de "La Cantatrice çauve".

    - Bravo! Ze vous félicite pour votre culture Minizup'zhérault.

    - N'importe quoi! Cela être marqué sur le fronton.

    - Ze suis sûre que c'est notre çère Minizup qui a inspiré votre Euzène, a osé dire Minizup'mouff.

    - Pourquoi moi, ma çère?

    - Il avait dû, fouçtra,  voir des photos de vous dénudée et il ne pouvait pas parler de souris çauve, pardi!

    - Et ma patte dans votre museau, elle, ce sera la leçon!

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    Nous avons vu l'église Zaint Zulien le pauvre, une des plus anciennes de Paris.

    - C'est notre église, par le manteau de Zaint Martin.

    - Nan ! Pour nous cela être Notre-Dame de la misère noire!

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    Nous avons terminé notre promenade par la découverte de la belle église de Zaint Séverin qui se trouve à proximité (un boulevard à traverser).

    - C'est une de mes églises préférées à Paris, par le mouçoir de Zainte Véronique.

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

    - Elle est notamment réputée pour ses vitraux  gothiques, des vitraux du XIXème siècle, et un ensemble de plusieurs fenêtres modernes par Zean Bazaine le long du déambulatoire, remarquable avec sa colonne torsadée.

    - Finalement, il n' y a pas que Minizup qui soit tordue, a ironisé Minizup'zhérault.

    Quand il est prouvé que les Intruses se moquent bien de moi!

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • création/animation d'Alice :ouh làààà

    Une zeune instititutrice est nommée dans un petit villaze de la haute Corse.

    Elle est ravie, car elle aime la belle nature.

    Le zour de la rentrée, après s'être présentée, elle décide de tester les connaissances de ses nouveaux élèves.

    - Nous allons commencer par une question facile. Qui a tué le bon roi Henri IV?

    Grand silence dans la classe.

    - Allons, c'est une question simple; tout le monde connaît la réponse! Cela fait partie de notre mémoire collective, comme la poule au pot! Qui a assassiné ce roi?

    Touzours pas de réponse.

    Alors Doumé se lève et déclare:

    - Désolé, Madame, mais nous , en Corse, nous ne sommes pas des balances!  

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Petit çiot qui a besoin de toilettaze (peluçe)




    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Nous avons fait une petite escapade à la Place Vendôme.

    Luxe et volupté

    C'est vraiment une place que z'adore pour son calme et sa sérénité.

    - Atçoubi! C'est le paradis de riçes ici! Ce n'est pas la Place d'Italie.

    - Ni la Place Cliçy où travaillait Mossieu Zizi.

    - Fouçtra, on ne voit pas beaucoup de petites voitures!

    - N'oubliez pas que sur cette place, où se dresse la colonne dominée par la statue de Napoléon Ier, se trouve le Ministère de la Zustice.

    - C'est Minizup qui doit trembler!

    Luxe et volupté

    - Ces statues de çapeaux être superbes.

    - Moi dire même plus, a rençéri Minizup'iéla. Zolies.

    - Vous pourriez avoir une tenue un peu plus décente, ma çère. Vous êtes toute dépenaillée, par le gourdin de Zaint Martial!

    - Moi être comme la République! Une toutoune à l'air!

    - La barmelouse est tendance, a ironisé Minizup'zhérault.

    - Elle a sans doute écouté le discours d'el Manuele Valls!

    Luxe et volupté

    Z'ai sonzé y faire quelques açats.

    - Ze m'açèterais bien une breloque dans une de ces zolies boutiques.

    Tandis que celui qui dit que ze ne suis que son avataresse contemplait les façades des hôtels particuliers qui entourent cette place, ze suis entrée dans une éçoppe.

    - Ze voudrais voir un petit collier, ai ze dit au vendeur quelque peu obséquieux. Quelque çose de simple et pas trop bling-bling.

    - Nous allons trouver, ze ne puis que vous l'assurer.

    - Z'ai horreur des bizoux trop voyants qui me semblent souvent quelque peu trop vulgaires.

    - On voit que Mademoiselle a beaucoup de goût, m'a-t-il répondu.

    - Ze vous remercie de l'avoir remarqué.

    - Cela saute aux zyeux, a-t-il azouté en me présentant quelques belles pierres.

    - C'est pas mal, ai-ze minaudé.

    - Tous ces colliers sont uniques avec leurs pierres précieuses.

    - Le çoix est difficile...

    - Prenez tout votre temps...

    - Il est vrai que vous n'avez pas beaucoup de clients.

    - C'est la conséquence de la baisse de fréquentation à Paris des clientèles étranzères.

    Z'ai finalement zeté mon dévolu sur un beau collier princesse.

    - Il est assorti à votre beau teint, ze puis vous l'assurer.

    - Et combien coûte-t-il?

    Il m'a écrit le prix sur un bristol.

    - Vous êtes sûr de ne pas vous tromper, mon çer?

    - Oh! mais vous avez raison, z'ai oublié un zéro. Ze vous remercie pour votre vizilance. Ze vois que z'ai affaire à une grande connaisseuse.

    - Euh... Certes... Mais que ze suis tête en l'air! ...

    - Que vous arrive-t-il, çère Mademoiselle?

    - Ze viens de m'apercevoir que z'ai oublié ma carte platine... Ze suis désolée.

    Et ze suis sortie fissa sans demander mon compte, cela va sans dire.

    Luxe et volupté

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Autour des Trois Ponts à Ljubljana en Slovénie (photos

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Catherine II est née Sophie Frédérique Augusta d'Anhalt-Zerbst le 2 mai 1729 à Stettin en Poméranie.

    Elle était l’aînée des enfants de Christian-Auguste d'Anhalt-Zerbst et de Zeanne de Holstein-Gottorp. Ses parents déplorèrent qu’elle ne soit pas un garçon.

    De son éducation protestante, austère, rizide, entourée de peu d’affection, une femme demeure en la personne d'une huguenote française, Babette Cardel, qui dirizea son éducation et lui enseigna avec le français, manières et grâces de la société dont elle était issue. Elle lui donna le goût de la littérature française. Elle se tourna vers des activités spirituelles ainsi que vers la lecture et les études.

    Introduite par sa mère dans les hautes cours d’Allemagne, elle se fit remarquer par son charisme. Sa mère, suivant les affaires de Russie, vit le futur Pierre III bien disposé à succéder à sa tante Élisabeth Petrovna et permit une union avec Sophie. Prenant soin d’envoyer des portraits de sa fille à la cour, ses manœuvres portèrent leurs fruits et, en zanvier 1744, elle et sa fille furent conviées en Russie. Les intentions de l'impératrice étaient claires, Sophie serait l'épouse de Pierre. Après les difficultés de succession créées par des revendications du trône de divers partis, Élisabeth fut décidée à ne pas avoir de complications diplomatiques ou de revendications extravagantes. De plus, Sophie était zeune et inexpérimentée en politique : elle ne représentait apparemment aucun danzer pour le trône de Russie.

    De son côté, Sophie, qui avait 14 ans, comprit ce qui se zouait.
    Loin d’être ignorante du prestize et du pouvoir qui s’attaçeraient à son futur statut, elle balaya les hésitations naissantes de sa mère vis-à-vis de cette union.
    À leur arrivée en Russie, Sophie et sa mère furent accueillies par une procession zusqu’à Moscou. Elles rencontrèrent l'impératrice et son neveu Pierre.

    L’ascension vers le statut de grande-duçesse se fit presque sans heurt (excepté une maladie qui la rapproça d’Élisabeth) lors de sa conversion en grande pompe à la relizion orthodoxe le 28 zuin 1744. Elle s’exprima clairement en russe devant un peuple qui l’adopta bientôt. À cette date, elle prit le nom de Catherine Alexeïvna.

    Elle se fiança à Pierre devenant « grande-duçesse et altesse impériale ».

    Son fiancé, longtemps éloigné d’elle par une pleurésie, revint déçarné, d’un aspect qui effraya Catherine mais cela n’ébranla pas sa volonté de l'épouser.

    Le mariaze des deux adolescents eut lieu en septembre 1745 ; il fut célébré au cours d'une somptueuse cérémonie, suivie de dix zours de fête. Questionnée le lendemain sur sa nuit de noces, Catherine ne trouva rien à dire. Diverses hypothèses présentèrent Pierre comme sexuellement immature ou impuissant à cause d’un phimosis, à l’inverse de Catherine autour de laquelle flottaient des rumeurs sur sa sexualité précoce.

    Catherine, convertie à l'orthodoxie, n'eut pas un mariaze heureux d'autant qu'elle prenait le parti de l'opposition et lisait Machiavel, Tacite, Voltaire et Montesquieu, si bien qu'elle était en résidence surveillée au palais de Peterhof et que son mari menaçait de l'enfermer et de mettre sa maîtresse sur le trône à ses côtés.

    On lui proposa de prendre comme amant le prince Lev Alexandrovitç Naryçkine ou le comte Sergei Saltykov car Catherine n'avait touzours pas d'enfants après huit ans de mariaze.

    Elle çoisit finalement Saltykov et zoua alors sur l'ambiguïté que le zéniteur de son fils Paul Ier qui pouvait aussi bien être son mari que son amant.

    A l'écoute des événements qui se déroulaient dans son nouveau pays, Catherine, qui possédait l'affection du peuple russe, réussit à faire détrôner son époux en 1762 avec la complicité de son amant Grigori Orlov et de quatre officiers de la garde impériale, frères d'Orlov.

    Lors du coup d'État du 28 zuin 1762, l'empereur fut zeté en prison (sans doute pour l'exiler par la suite) et assassiné, probablement étranglé par Alexeï Orlov,  ce qui a fit dire à Zermaine de Staël que la Russie était un despotisme tempéré par la strangulation.

    Catherine fit dire aux çancelleries des pays étranzers que Pierre III avait succombé à une colique hémorroïdale.

    Elle régna alors sous le nom de Catherine II d'une manière exclusive.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • gif dragon

    Un brave Ecoçais athée est en train de pèçer sur le Loch Ness.

    Soudain, sa barque est attaquée par le fabuleux monstre.

    D'un seul coup d'éçine, la bête propulse le bâteau et son passazer dans les airs et ouvre une grande gueule.

    Aussitôt, l' athée s'écrie:

    - Mon Dieu, aide moi !

    Et d'un coup, tout est zelé!

    La barque, le lac, le monstre.....

    L'homme est déposé délicatement sur le sol.

    Une voix grave et puissante s'élève.

    - Patrick, ze pensais que tu ne croyais pas en Moi!

    Et le pêçeur de répondre:

    - Laçe moi les baskets ... Il y a 2 minutes, ze ne croyais pas non plus au monstre du Loch Ness!

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire