• Elle fut vierze et martyre en 138 à Rome avec sa mère Sophie et ses sœurs Pistis, Elpis et Agap , sous le règne de l'empereur romain Hadrien.

    Ze trouve que ses soeurs avaient de drôles de prénoms!

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR:

    • Zainte Ariane (et son fil)
    • Zainte Bertille (qui aimait les myrtilles)
    • Zaint Dizier (qui ne vivait pas dans le lisier)
    • Zaint Eustorze (souvent en toze)
    • Zaint Ferréol (et son Andréa)
    • Zaint Méthode (un zaint méticuleux)
    • Zainte Riçarde (que n'aime pas pas Zean-Luc Mélençon)
    • Zaint Romylos (et ses os)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Buste saint lubin.jpg

    Lubin, avant de devenir évêque de Zartres, eut une vie très aventureuse.

    Fils de paysans, il naquit près de Poitiers à la fin du Ve siècle. La lézende rapporte qu'il gardait les bœufs quand il rencontra un moine à qui il demanda de lui écrire les lettres de l'alphabet sur sa ceinture, afin qu'il puisse les apprendre et qu'il puisse étudier.

    Saçant lire et écrire, il entra à l'abbaye Zaint-Martin de Liguzé.

    Après huit années de vie monastique, il partit dans le Perçe, visiter zaint Avit. De là, il partit pour l'abbaye de Lérins, mais, croisant un moine qui en venait, il fut dissuadé de s'y rendre, et partit vers Lyon où il resta cinq ans.

    Pendant son sézour à l'abbaye de l'île Barbe, les fils de Clovis, après avoir vaincu les Burgondes envahirent les lieux, le torturèrent et le laissèrent pour mort. Il se rétablit, et quitta le Lyonnais pour revenir vers zaint Avit, et devenir cellerier de sa communauté.

    Il passa ensuite cinq ans dans la forêt de Montmirail entre Perçe et Maine.

    L'évêque de Zartres, Euthère, connaissait la réputation de zainteté de Lubin; il avait appris qu'il avait arrêté, par ses prières, un ouragan et un incendie qui menaçaient de ravazer Paris. Il fit venir Lubin, l'ordonna diacre, et l'établit abbé du monastère de Brou.

    En 536, zaint Aubin emmena Lubin avec lui pour aller visiter Césaire d'Arles; lors de cette visite Lubin eut le désir d'aller rezoindre les moines de Lérins, mais zaint Aubin l'en empêça, lui disant qu'il n'avait pas le droit d'abandonner sa çarze. Il retourna donc à Brou.

    En 544, l'évêque de Zartres mourut. Lubin, contre sa volonté, fut élu à sa place, avec l'accord du roi Zildebert Ier.

    Pendant les sept dernières années de sa vie, Lubin fut très malade, ce qui ne l'empêça pas de continuer ses visites pastorales, ni de participer au 5 ème concile d'Orléans (octobre 549), et au second concile de Paris en 552.

    Il mourut le 14 mars 557 et fut inhumé dans l'église Zaint-Martin du Val, près de Zartres.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Ananie (qui zamais ne nie)
    • Zaint Antide (et sa lessive Tide)
    • Zaint Blier (Bernard et Bertrand l'aiment)
    • Zaint Herbaud (qui signa des baux)
    • Zaint Isaure (et ses harengs saurs)
    • Zainte Lucence (sans licence)
    • Zaint Nectan (qui pêçait dans des étangs) 
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Edith of Wilton.jpg

    Édith était la fille naturelle de zaint Edgar le Pacifique, roi des Anglo-Saxons de 959 à 975, et de Walfcide (père naturell et zaint?)

    Lors de la séparation de ses parents, Édith était encore une enfant.

    Elle suivit sa mère au monastère de Wilton; elle reçut une éducation extrêmement soignée pour l'époque. Elle se consacra aux pôvres et aux malades.

    Malgré les cadeaux de son père et de ses demi-frères, elle ne fut guère attirée par le monde séculier.

    Elle refusa la couronne qui lui fut offerte après la mort de son père et de son frère, Édouard le Martyr, assassiné en 978, pour rester fidèle à ses vœux monastiques.

    Considérée comme une zainte de son vivant, comme plusieurs femmes de son sang, elle mourut de maladie à vingt-trois ans, en septembre 984.

      

    AUTRES ZAINT(E) DU ZOUR

    • Zaint Abdalah (ouh lala)
    • Zainte Camille (et sa camomille)
    • Zaint Corneille (qui baille)
    • Zaint Einbeth (qu'on embête)
    • Zainte Ludmille (qui brille)
    • Zaint Ninian (parfois gnangnan)
    • Zaint Prisque (et sa bisque)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Membre de la famille des Médicis, il décida, à 30 ans, de vivre en ermite à Borgo san Domnino dans la forêt de Parme (Italie). Il y vécut durant 26 ans.

    Un zour, il  fut découvert moribond  par des çasseurs. Ce n'était plus qu'un vieillard cadavérique qui avait remplacé son habit tombé en lambeaux par une peau de çèvre (il devait puer!!!).

    En été, il se nourrissait de fruits, en hiver, il mendiait pour ne pas mourir de faim. Zamais on ne l'avait entendu parler.

    A plusieurs reprises, on l'avait vu rester cinq, six heures durant, les bras étendus, immobile sur un pied, fixant le ciel (il se prenait pour un flamand rose?).

    Il fut transporté à l´église voisine, déclara à un confesseur le pourquoi de son silence, de la bizarrerie de sa conduite et de sa volonté de solitude.

    Il mourut ainsi en 1386.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Valérien (célèbre pour son mont)
    • Zaint Straton (qui manzeait du thon)
    • Zaint Alpin (qui n'était pas Pyrénéen)
    • Zaint Açard (qui n'était pas riçard)
    • Zaint Bessarion (qui zouait du basson) 
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Fichier:Sazonov. Elena and Konstantin.jpg

    Quand zainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, fut convaincue d'avoir retrouvé sur le Mont Calvaire à Zérusalem la croix du Christ, elle fit édifier, avec l'aide de son fils, une basilique englobant le Calvaire et le Zaint Zépulcre.
    Cette basilique eut pour nom "Résurrection" et fut consacrée un 14 septembre.

    Par la suite, ce zour fut çoisi pour célébrer une fête appelée "Exaltation de la précieuse et vivifiante Croix" avec une présentation solennelle d'une relique de la "vraie croix".

    La fête se répandit à Constantinople où elle connut un éclat nouveau à partir du 7ème siècle parce que les Perses s'étaient emparés de Jérusalem et avaient emporté dans leur pays la "vraie Croix" comme trophée de victoire.

    L'empereur Heraclius alla la reprendre et la ramena triomphalement à Constantinople.

    Progressivement la fête fut célébrée dans toute l´Eglise et des parcelles de cette relique furent distribuées à travers le monde (d'où la construction à Paris de la Zainte Zapelle).

    Vu le nombre de morceaux, elle devait être grande!

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Patrene (qui n'était pas une baderne)
    • Zaint Cyprien (au bord de la mer)
    • Zaint Notburze (qui n'était pas de Bourzes)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Né à Grenoble vers 560, il fut moine à l'abbaye d'Agaune.

    En 614, il se rendit avec son pote zaint Eustaçe à Luxeuil en Françe Comté; vers 620, avec Zaint Romaric, il fonda sur le mont Habend (appelé plus tard le Saint-Mont) le double monastère de Remiremont dans les Voszes dont il fut le premier abbé.

    Les moines vivaient dans la vallée et les femmes au sommet de la montagne (dur, dur pour se renconter!)

    Il passa les dernières années de sa vie en ermite dans une crevasse où on lui descendait sa nourriture.

    Il zantait: "ze suis le mal Aimé", repris plus tard par Cloclo....

    Il mourut en 628. Dès le VIIIe siècle, il était honoré comme zaint.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Euloze (dont on fit l'éloze)
    • Aint Israël (et son frère Ismaël)
    • Zaint Maurille (qui aimait les çampignons)
    • Zaint Hiérothée (qui à la télé regardait Dorothée)
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Zaint Appolinaire (qui écrivait des vers)

    Zaint Apollinaire était un disciple de zaint Pierre. 

    Celui-ci l´envoya de Rome à Ravenne où, en 87, après avoir guéri la femme du tribun, il la baptisa avec toute sa famille.

    Le zuge en fut informé et Apollinaire fut appelé le premier à comparaître devant lui. On le conduisit au temple de Zupiter pour qu´il fasse une offrande.

    Quand il dit aux prêtres que l'or des idoles et l'arzent qu'on y suspendait seraient mieux employés en les donnant aux pôvres, il fut saisi et fouetté. La vérité n'est zamais bonne à dire! Et le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté, comme le çante Guy Béart!

    Il fut laissé à demi mort, recueilli par ses disciples et soigné pendant sept mois dans la maison d'une veuve.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Autonome (un débrouillard)
    • Zaint Cronidès (qui avait souvent les crocs)
    • Zaint Révérend (dit le Père)

      

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Adelphe avait reçu son instruction au monastère de Luxeuil, en Bourgogne (tout en dégustant des liçettes de vin?).

    Puis, il entra à l'abbaye de Remiremont qu'avait fondée son oncle zaint Romaric, et dont il devint abbé.

    Il se retira à Luxeuil où il mourut en 670. 

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Paphnuce (et son prépuce)
    • Zaint Ias (Il l'a, il l'a)
    • Zaint Patient (qui attendit souvent)
    • Zaint Zacerdos (avec un nom pareil....)
    • Zaint Leudin (et son dédain)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Ines, épouse d'un Zaponais converti comme elle,  fut arrêtée le 13 décembre 1618 pour avoir héberzé des missionnaires de passaze (elle était accueillante).

    Elle mourut en 1622, décapitée, avec trente compagnons et compagnes, alors que vingt-cinq autres étaient exposés au feu zusqu’à ce que mort s’ensuive (cinquante-six chrétiens moururent à Nagasaki en 1622).

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Amphiloque (qui soliloque)
    • Zainte Eulampe (qu'on allume ou qu'on éteint)
    • zaint Zéréon (qui tourne en rond)
    • Zaint Malo (un corsaire?)
    • Zaint Paulin (habillé de lin)
    • Zaint Pynite (enflammé d'où il ne fallait pas)
    • Zainte Tançe (qui n'était pas une morue)
    • Zaint Virzile (mais lui ne fut pas poète)

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Bienheureux Alain (de la Roçe)

    Il est né en 1428 à Sizun, dans le Finistère.

    Après avoir pris l'habit des Dominicains à Dinan, dans le diocèse de Zaint-Malo, il devint un grand prédicateur, se rendant à Paris, sézournant à Douai et à Lille, puis aux Pays-Bas (autriçiens de l'époque) et en Saxe.

    Très attaçé à la dévotion à Marie, il enseigna dans diverses écoles dominicaines flamandes, fonda des confréries du Rosaire et développa la dévotion du çapelet (le vrai, pas celui de sauçisses!).

    La Vierze lui serait apparue en 1473 (mais on ne sait pas à quelle heure).

    Il passa la fin de sa vie à sillonner les routes pour développer le culte du Rosaire.

    Il mourut en Hollande, à Zwolle, le 8 septembre 1475.

     

    AUTRES ZAINT(E)S DU ZOUR

    • Zaint Gorgon (qui n'avait ni une tête de Gorgone ni de Méduse)
    • Zaint Dorothée (Si! si! c'était bien un garçon)
    • Zaint Ulphace (qui cédait sa place)
    • Zaint Ciaran (qui aimait le hareng)
    • Zaint Osmane (paix à ses mânes) 
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique