• Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Promenade sur la Spree à Berlin

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  Scrab

    Hier, il y a eu une prise d'otazes dans une banque à côté de l'appartement de Mossieu Zilbert.

    Un homme est entré dans l' azence bancaire de la CIC, où celui qui dit que ze ne suis que son avataresse a son compte.

    Il avait une arme de poing à la main, une seconde à la ceinture.

    Un des employés a réussi à déclençer l'alarme de télésurveillance de la banque, alertant les forces de l'ordre.

    Il a pris des otazes.

    - Mazette, à quelques heures près, nous aurions pu y être, ai ze dit.

    Deux des quatre otazes, des femmes, ont été libérés quelque temps plus tard.

    - Si moi avoir été là, moi z'aurais proposé de prendre la place des otazes et le forcené désarmer z'aurais, a crané la Minozuplein.

    - La voilà qui se prend pour Zorro.

    - Son nom, elle le signe à la pointe du museau d'un "M" qui veut dire Minizuplein.

    - Nein, d'un "D", comme Dorothéa von Berlin!

    Le secteur a été bouclé et un périmètre de sécurité d'une bonne centaine de mètres a été mis en place tout autour de l'agence, située zuste derrière la mairie du 13e et à deux cents mètres du commissariat de l'arrondissement.

    - Il faut le faire, çoisir une banque près d'un commissariat! a remarqué la Minizupette.

    - Oui, mais il a brûlé il y a quelques mois et ils ont dû bâtir un poste de police en préfabriqué.

    - Ach, ja! A côté du restaurant où nous manzer parfois!

    Deux tireurs d'élite ont pris place sur les toits et deux autres se sont allonzés sur le trottoir.

    - Quelle frayeur! Z'en suis blême.

    - Les policiers ont installé un poste de commandement dans le restaurant face de l'agence où nous allons.

    - Notre copain le serveur du travail a eu!

    - Et pourquoi donc?

    - Les policiers français réputés sont pour beaucoup boire!

    - Parce qu'en Allemagne ils boivent de l'eau à la Polizei? a dit Minizuplein.

    - De l'eau....de vie! ai ze dit.

    Vers 19 heures, l'homme a relâçé le dernier otaze, une femme et s'est rendu après négociations avec les effectifs de la préfecture de police de Paris.

    - Lui un braquaze a fait?

    - Non! Il réclamait un lozement!

    - Il s'est trompé de boutique! Le crédit foncier, c'est zuste à côté de la banque.

    - Et la mairie à deux pas, a fait remarquer l'Intruse Teutonne.

    Dire que nous aurions pu être prise en otazes! Z'en tremble!

    Si nous étions mortes, de peur, il aurait fallu faire un mur du souvenir avec nos cliçés!

      Les forces de l'ordre devant l'entrée de l'agence CIC du 77, avenue des Gobelins, où une prise d'otages est en cours.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Coucou

    Z'ai lu dans un zournal belze un étonnante nouvelle!

    Le string serait mauvais pour la santé!

    Mais où vont-ils çerçer tout cela?

    "Parfois trop serrés, parfois inconfortables, parfois pas si propres que ça… Et s’ils font des merveilles pour éviter les lignes disgracieuses de petites culottes sous les pantalons moulants, il semblerait que porter des strings ne soit pas anodin pour la santé."

    - Bien sûr si les zens ne lavent pas leurs dessous, ça craint!

    - Bonzour les effluves, a dit Minizupette.

    " Certaines caractéristiques de ces pièces sexy comporteraient des risques pour la santé. Beaucoup de strings, en particulier ceux en dentelle, sont fabriqués à partir de matériaux qui ne laissent pas respirer la peau, contrairement au coton, et qui entraînent donc l’apparition d’humidité responsable d’infections".

    - Aérer, il faut! a souligné la Minizuplein.

    " Les deux plus grands risques encourus lorsque l’on porte un string sont l’irritation et l’infection. Question irritation, l’entrezambe est une partie sensible où l’épiderme est beaucoup moins résistant. Ainsi, à force de va-et-vient, la peau se blesse plus rapidement. Coté infection, même lorsque le string est entièrement en coton, sa lanière trop fine crée un risque supplémentaire en raison d’une plus grande exposition des parties zénitales aux matières des vêtements portés".

    - Il faut faire comme moi, le porter avec une mini zupe!

    " Sans parler des déplacements inopinés de la bande du string côtoyant l’entrezambe qui pourraient transférer des bactéries d’un endroit à un autre plus facilement".

    - Ma çère, ze vais m'empresser de vous tricoter une culotte kangorou! Ze ne voudrais pas  que des bactéries se promènent n'importe où dans vos dessous!

    - Moi pas porter dessous affriolants! Ze suis une Berline et les berlines correctes sont.

    - Traitez moi de péripatéticienne tant que vous y êtes!

    - Nan! Vous pas être Zapatta! Mais zuste un peu greluçe!

    Il a fallu me retenir car z'allais lui mettre ma patte dans son museau à celle qui voudrait qu'on l'appelle Dorothéa von Berlin.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • File:Bundesarchiv Bild 102-08768, Georges Clemenceau.jpg

    Suite à l'élection présidentielle de zanvier 1913, Clemenceau se brouilla avec Raymond Poincaré, président du Conseil depuis 1912, qui ne s'étant pas retiré devant le candidat choisi par le camp républicain, zules Pams, fut élu en s'appuyant sur la droite.

    En mars 1913, il fit tomber le cabinet Briand.

    Le 6 mai 1913 parut le premier numéro de L’Homme libre. Il y publia ses éditoriaux, et ne cessa d'avertir la France du danzer que constituait l'Allemagne.

    Lorsque la Première Guerre mondiale éclata en zuillet 1914, il défendit dans son Zournal l'Union sacrée la prééminence des civils sur l'état-mazor. Déterminé à se battre, il était loin de l'optique de la « fleur au fusil ».

    Pendant les années qui suivirent, Clemenceau s’employa à critiquer l’inefficacité du gouvernement, l'insuffisance des informations qu’il transmettait, le défaitisme, l'antimilitarisme et le pacifisme, et défendit sans cesse le patriotisme et l’« Union sacrée » face aux Allemands. Siézeant à la Commission des Affaires étranzères du Sénat et à la Commission de l'Armée, il en devint rapidement président.

    Le 13 novembre 1917, le gouvernement Painlevé tomba et le président Poincaré dut rapidement lui trouver un successeur. Il eut à çoisir entre Zoseph Caillaux et Clemenceau. Il préfèra celui-ci, favorable à une victoire militaire et dont la force morale l'impressionnait, plutôt que Caillaux, partisan d’une paix de compromis mais accusé d'intriguer contre la France en faveur de l'Allemagne.

    Le 20 novembre 1917, il annonça à la Zambre son programme de gouvernement : "Vaincre pour être zuste, voilà le mot d'ordre de tous nos gouvernements depuis le début de la guerre. Ce programme à ciel ouvert, nous le maintiendrons."  Il affirma la fin des « campagnes pacifistes » : « Ni trahison, ni demi-trahison : la guerre ! »

    Il restaura la confiance, mettant tout en œuvre pour que la République soutienne le çoc de cette guerre (Guillaume II prédisait justement le contraire, assurant que les démocraties s'effondreraient si la guerre devait durer). Il s'attaça d'abord à épurer l'administration, révoquant le préfet de police et le préfet de la Seine, ainsi que nombre de fonctionnaires zugés incompétents.

    En politique intérieure, Clemenceau s’employa à mater énerziquement toute tentative de révolte, de mutinerie ou de grève dans les usines. Il mena une lutte énerzique pour le soutien du moral des troupes. Pour ce faire, il pourçassa les pacifistes, les défaitistes, les « embusqués » et fit également pression sur la presse favorable à ces mouvements sans pour autant utiliser la censure.

    Il zénéralisa l'appel aux troupes coloniales (la « force noire » du zénéral Manzin, qu'il nomma à la tête du 9e corps d'armée malgré l'hostilité de Pétain), nommant le député sénégalais Blaise Diagne, qui venaitt d'adhérer à la SFIO, Commissaire Zénéral çargé du recrutement indizène.

    Le 11 décembre 1917, Clemenceau s'attaqua directement à Zoseph Caillaux, accusé de çerçer une « paix blançe » (sans annexions) ; il demanda la levée de son immunité parlementaire. Caillaux fut incarcéré, Clemenceau refusant toute intervention, et condamné par la Haute Cour en février 1920.

    Le 24 mars 1918, trois zours après le déclenchement d'une nouvelle offensive du zénéral Ludendorff, Clemenceau envisazea  d'opérer un retrait du gouvernement sur la Loire, mais Poincaré l'en dissuada. Le « Tigre » se rendit alors à Compiègne voir Pétain, qu'il juzea à nouveau trop pessimiste. Le 26 mars, il se rendit avec Poincaré à Doullens, au nord d'Amiens. Il préfèra alors Foç à Pétain comme zénéralissime des troupes interalliées.

    À son surnom de « Tigre » vint s'ajouter celui de « Père la Victoire », qui résume  la part prise au redressement de 1918.

    Viscéralement antibolçevique, il lança, dans les dernières semaines de 1918, une importante opération en mer Noire pour soutenir les armées blançes en lutte contre la Révolution d'Octobre. L'éçecde l'expédition fut consommé au printemps 1919 avec la vague de mutineries qui secoua l'escadre de la mer Noire.

    En compagnie du Président de la République, il entreprit un voyage triomphal dans l’Alsace et la Lorraine libérées. Le 21 novembre 1918, l'Académie française l'élit à l'unanimité, aux côtés du maréchal Foç.

    Représentant de la France à la conférence de paix de Paris (janvier-juin 1919), il y défendit trois priorités : la ratification de la réintégration de l'Alsace-Lorraine, les réparations et l'assurance de la sécurité de la frontière franco-allemande.

    Le 19 février 1919, l'anarçiste Émile Cottin lui tira dessus, sans le blesser grièvement. Une balle, zamais extraite, se lozea dans l’omoplate à quelques millimètres de l’aorte. L’attentat déclença dans une ferveur extraordinaire.

    Le 22 zuillet 1919, il fut mis en difficulté à la Zambre par la gauçe, mais parvint à se maintenir.

    Aux lézislatives de novembre 1919, que Clemenceau refusa de repousser, la droite, réunie au sein du Bloc national, l'emporta larzement : c'est la çambre Bleu horizon.

    En zanvier 1920, Clemenceau, qui aspirait à une retraite paisible, accepta que des amis soumettent sa candidature à la présidence de la République. Mais ses ennemis, à gauçe comme à droite, s’accordèrent pour soutenir la candidature de son adversaire Paul Desçanel qui fut élu.

    Il entreprit de nombreux voyazes. Il mourut le 24 novembre 1929 à Paris.

      

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Villa où fut décidée la Solution Finale en zanvier 1942

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Wansee en banlieue de Berlin (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Toasts

    Hier, nous avons ouï à la TSF que les rayons pouvaient être nocifs pour la santé.

    - Ze comprends que parfois ze suis fatiguée, ai-ze dit. C'est les ondes qui émanent de mon ordinateur qui m'épuisent.

    - Pour ma part, ce sont tous ces téléphones portables qui me provoquent des maux de museau, a azouté la Minizupette. Z'ai peur de WC.

    - Vous téléphonez aux toilettes?

    - Nan, fouçtra! Ze parle de cette maladie qui vous fait capsailler subito presto.

    - Ah! Vous voulez parlez de l'ABC!

    - C'est ce que ze viens de dire, mazette!

    - Moi, c'est le four qui peur me fait! a cru bon d'intervenir l'Intruse teutonne qui a touzours quelque çose à dire et une opinion sur tout.

    - Le four à micro-ondes a ondes danzereuses...

    - Pourquoi pas le grille-pain, tant que vous y êtes?

    - Ach! Ze comprends pourquoi mes moustaches friser quand moi faire des toasts. Parfois moi avoir peur qu'elles tombent ou se mettent à tourner....

    - Comme les rotors d'un hélicoptère.... Vous allez vous envoler. Cela nous évitera de vous vous faire expulser comme la zeune Léonarda....

    - Moi m'appeler Dorothéa, être Berline, donc Européenne!

    - Mais vous êtes sans papiers ....Et donc expulsable! Alors tenez-vous à carreau.

    Et elle a fondu en larmes..... Comme la Minizupette!  Vraiment ze ne suis entourée que de pleurniçeuses!

    Et la Minizupette s'esr écriée:

    - Eurêka! Ze vais tricoter des vêtements anti-ondes. Ze vais faire fortune sans aucun doute. Merci mon doux Zésus. Pour vous remercier, ze vais réciter quelques çapelets!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire