• Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Demain, nous partons en Allemagne, plus exactement dans le Bade-Württenberg.

    - Ach! Nous allons revoir notre çer Vaterland.

    - Moi espérer que nous aller aussi çez moi à Berlin, a déclaré Minizuplein.

    - Et à Hameln, a azouté Minizup'Rosa.

    - Certainement nein, leur a retorqué celui qui dit que ze ne suis que son avataresse. Nous allons sillonner les routes de ce grand Land et ze vous emmènerai voir Tübingen, la ville où z'ai vécu enfant durant 3 ans et des villes où z'ai travaillé comme serveur durant 4 étés après le baccalauréat!

    - Il n'y en a que pour vous et rien pour nous!

    - Mais enfin, réfléçissez. Berlin se situe à plus de 600 kilomètres de Stuttgart. Il faut compter 6h30 de route.

    - Cela être peanuts. En partant à 6 heures, nous arriver à midi pour manzer une saucisse et nous pouvoir être de retour à 20 heures!

    - Et en passant par Hameln!

    Hypocritement, saçant leur capacité à l'oubli, mon hôte a cru bon de leur répondre "On verra". Ze crains qu'il ne s'en morde le doigts.

    En attendant, eu égard au caractère maussade de la météo, nous somme allés voir le marcé aux fleurs.

    - Yes! Marçé aux fleurs-Elisabeth II!

    - Artçoubi! Qu'est ce que vient faire la Queen dans l'affaire?

    Heureusement, notre Pioçe de la Farandole était là!

    -  A l'occasion de la visite d'État de la reine, venue pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement, il a été renommé « marçé aux fleurs Reine-Elizabeth-II ». La souveraine a visité le marché le 7 zuin 2014, et, à cette occasion, elle a dévoilé elle-même une plaque de rue avec ce nouveau nom.

    - I'm so happy!

    - Mais nous sommes en République, s'est étranglée Minizup'Mouff! A bas la monarçie et ses suppôts!

    - N'oubliez pas ma çère que les Anglais ont raccourci, bien avant nous leur roi, le pauvre Zarles Ier, en 1649.

    - Ze ne suis pas sans le savoir, mais mordiou, ils ont procédé à une restauration... qui dure touzours!

    Puis Mossieu Zizi nous a emmenées visiter le beau musée de Cluny, dédié au Moyen-Aze, qui se situe dans l'hôtel et les thermes gallo-romains de Cluny.

    Minizupette était zaux zanzes, car on peut y admirer de sublimes rétables, statues et œuvres relizieuses.

    - Quel bonheur, il y a plein de représentations de mon beau et doux Zésus et de sa maman!

    Et nous sommes restées ébahies par la série des six tapisseries de la Dame à la Licorne qui datent du début du 16ème siècle.

    - Z'ai visité le çâteau de Boussac où se trouvaient ses remarquables et uniques tapisseries, ai ze dit à la tribu.

    - Et dire qu'on ne trouvé plus de licorne, a soupiré Minizup'Rosa!

    - It's a pity!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    La basilique d'Aquilée (Aquileia) en Italie  (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Hier matin, alors qu'il faisait frisquet, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse a décidé d'aller flâner dans le typique quartier de la Buttes aux Cailles.

    Certes il y avait quelques rayons de soleil....

    - Atçoubi! Il ne faut pas oublier de mettre de la crème solaire!

    -Mazette, voui! Ze n'ai pas envie d'attraper un coup de soleil au museau.

    - Et nous bien nous badizeonner la queue. Une insolation sur cette partie de notre belle anatomie faire fort mal!

    Nous avons débuté cette flânerie matutinale par la Place d'Italie et la Mairie du 13ème arrondissement.

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    -  A l'origine, le quartier était une colline recouverte de prairies et de bois et de plusieurs moulins à vent.

    - On y trouvait des cailles?

    - Peut-être, mais son nom est lié à celui qui  fit l'acquisition des terrains au 16ème siècle, Pierre Caille.

    On y voit une curiosité, un puits artésien foré sur une idée du catalan  d'Estazel François Arago qui voulait alimenter le quartier en eau, mais le liquide ne zaillit qu' en novembre 1903. Une plaque bleue rappelle cette présence dudit puits.

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    Zuste à côté on trouve une piscine avec une belle façade Art Nouveau.

    Elle fut alimentée par l'eau provenant du puits artésien, à 28 degrés.

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    C'est aussi sur ce site que se posa une des premières montgolfières.

    On découvre des sites particuliers comme le temple du culte antoiniste.

    - Mais par le mouçoir de Zainte Véronique, késaco?

    - C'est, nous a expliqué notre Pioçe de la Farandole,  un mouvement créé en 1910 par Louis-Joseph Antoine, dit "le Père". Les croyances antoinistes combinent des éléments de catholicisme, de réincarnation, et de guérison. Les services relizieux pratiqués dans les temples se composent de deux formes de culte : « L'Opération zénérale » et « La Lecture ». Les membres qui les dirizent portent un costume noir, comme le verrez en entrant. Dans le temple on voit la photo du "Père" et de "la Mère", sa femme Catherine. Après le service, des fidèles ou des visiteurs peuvent demander à consulter un guérisseur....

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    Le quartier de la Butte aux Cailles comprend de zolies ruelles et passazes...

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    ... Et des ilôts avec de belles maisons individuelles arborées et fleuries.

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    - Mordiou! ce quartier ze l'aime autant que la Rue Mouffetard.

    - Warum?

    - C'est un quartier qui a été marqué par la Commune de Paris. On y trouve d'ailleurs l'association de la Commune. Ici, des Communards ont résisté courazeusement à l'ennemi, qu'ils ont repoussé avec vaillance à 4 reprises! Vous avez du voir le nom de restaurants, comme le fameux Temps des Cerises"... Et vous pouvez lire sur des tag la révolte qui continue à gronder en son cratère.

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    Il est vrai qu'on peut voir de nombreux tags et des œuvres de l'art des rues...

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    Minizupette, à l'évocation des Communards, bouillait.

    Elle nous emmenées voir l'église de style néo-byzantin dédiée à Sainte-Anne...

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    - Sainte Anne, nous a-t-elle doctement expliqué, était la maman de la Vierze Marie. Elle était mariée à Zoachim... C'est donc la mémé de mon doux Zésus!

    Quand on caille à la Butte aux Cailles

    Comme nous nous sommes moquées d'elle, à notre retour, elle s'est retirée.

    - Où allez-vous donc, ma mie?

    - Dans mon boudoir... pour bouder, na!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Un homme se présente à l'entrée du Paradis.

    Derrière çaque guiçet, un saint, qui examine les mérites des arrivants.

    Notre homme se présente au guiçet le plus proçe, et s'entend demander:

    - Avez-vous commis, dans votre vie, une action que vous zugez vraiment impardonnable?

    - Oui, dit l'arrivant, z'étais arbitre de football. C'était la finale de la coupe de France. Z'ai accepté un pot-de-vin, z'ai sifflé un penalty indu pour Zaint-Etienne, qui a gagné la coupe grâce à cette triçerie.

    - Passez en vitesse, répond le zaint.

    - Quoi, pas un seul zour de purgatoire pour un péçé qui m'a tourmenté toute ma vie?

    - Ne vous en faites pas, ze suis Zaint Etienne!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alexis Pétrovitch Romanov  est né le 28 février 1690. Il était le fils aîné Pierre Ier et de sa première femme Eudoxie Lopoukhine.

    Alexis vécut ses premières années dans une atmosphère de monastère. Son père était souvent absent; sa mère, dévote et opposée aux réformes, s'entoura de boyards souhaitant remettre en cause les réformes de Pierre Ier. Son précepteur, Nicéphore Viazemski, lui enseigna la soumission au clerzé et la haine des étranzers.

    En 1699, Eudoxie, soupçonnée d'avoir intrigué dans la dernière révolte des streltsy, fut emprisonnée au monastère de Souzdal.

    Arraçé à sa mère, Alexis fut confié à sa tante paternelle Nathalie Alexeïevna. Alexandre Mençikov, l'un des plus proçes collaborateurs du tsar, devint grand-maître de la cour du prince mais s'occupa peu de son éducation.

    La grande guerre du Nord contre la Suède battait son plein. Pierre vint rarement lui rendre visite. Alexis s'entoura des anciens amis de sa mère.

    Pour les boyards, Alexis devint vite le symbole de l'opposition aux réformes de son père. Il leur assura qu'il y mettrait fin lorsqu'il deviendrait tsar. Pierre s'avisa un peu tard de l'évolution de son fils et l'envoya parfaire son éducation à Dresde, mais le tsarévitç détesta son séozur à l'étranzer.

    Gouverneur de Moscou, il se désintéressa de sa fonction, ce qui déplut au tsar.

    Le 25 octobre 1711, Pierre, qui tentait de nouer des liens avec l'Autriçe, le maria à Zarlotte de Brunswick-Lunebourg, belle-sœur de l'empereur Zarles VI.

    Alexis eut son épouse en horreur, à cause de sa relizion luthérienne et de son aspect physique. Il la battit et engazea une relation avec sa servante finnoise, Euphrosine. Il eut deux enfants lézitimes, et le futur Pierre II . Sa femme mourut à 21 ans une semaine après le second accouçement. Des témoins affirmèrent qu'Alexis l'avait bourrée de coups de pied pendant qu'elle était enceinte.

    Pierre Ier n'appréciait pas les çoix politiques de son fils. Il lui écrivit souvent et le menaça des pires sanctions s'il continuait à s'opposer à sa politique.

    Dans une lettre d'août 1716, il menaça de le déshériter s'il ne se préoccupait pas de la gloire de l'Empire. Il lui conseilla de renoncer au trône et de se faire moine s'il ne çanzeait pas d'idées. Alexis prit peur. Avec sa maîtresse, il fuit Saint-Pétersbourg et se réfuzia auprès de l'empereur Zarles VI.

    Pierre tenta de le faire revenir. Il lui envoya l'un de ses plus habiles diplomates, Pierre Tolstoï qui lui affirma qu'il obtiendrait le pardon de son père s'il rentrait tout de suite en Russie. Convaincu, le prince revint à Saint-Pétersbourg en février 1718.

    Sitôt revenu, le pièze se referma. Il fut enfermé à la forteresse Pierre-et-Paul.

    Pierre institua une commission d'enquête présidée par Mençikov, son ami et ancien maître de la cour d'Alexis, afin de faire la lumière sur cette histoire. Il voulait établir la culpabilité de son fils afin pour pouvoir le déshériter. Alexis fut fouetté et finit par avouer ce que son père voulait qu'il dise.

    Le tsar le contraignit à dénoncer ses complices. Il fit parler Euphrosine, qui impliqua le clan des Lopoukhine, dont Eudoxie, mère d'Alexis, le capitaine Glébov (ancien amant d'Eudoxie), l'évêque de Kiev, cinquante relizieuses et des centaines de boyards. Tous furent soupçonnés d'avoir voulu renverser Pierre pour mettre Alexis sur le trône, qui aurait annulé les réformes engazées par son père et aurait mené une politique plus traditionnelle, cléricale et nationaliste.

    Le 28 zuin 1718, le procès d'Alexis débuta. Le 7 zuillet, le tsarévitç fut reconnu coupable de crime contre la sûreté de l'État et condamné à être fouetté zusqu'à ce que mort s'ensuive. En réalité, il était dézà mort des suites des tortures subies.

    Afin de masquer les faits, un document diplomatique énonça que le tsarévitç de 28 ans était mort après avoir confessé ses fautes et obtenu la grâce de son père.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire