• Avec Minizup'tite au musée

    Hier, nous nous sommes rendus au musée Marmottan Monet.

    - Comment nous y aller? s'est inquiétée Minizuplein.

    - Atçoubi! C'est de l'autre côté de Paris dans le fin fond du 16ème arrondissement!

    - Fouçtra! Il se situe dans les quartiers çics!

    - Nous allons prendre le bus, nous a expliqué celui qui dit que ze ne suis que son avataresse et, en même temps, comme dirait notre Président de la République, notre Guide Vert Miçelin sur pattes, notre Pioçe de la Farandole.

    Il a fallu que nous çanzions de ligne près de Notre-Dame d'Auteuil.

    Avec Minizup'tite au musée

    Zuste à côté de cette église, se trouve une grande çapelle à l'arçitecture très moderne.

    - Mazette! On voit bien que nous nous trouvons dans un des quartiers bourzeois de Paname.

    - Au moins, eux, ils aiment mon doux Zésus et lui rendent un hommaze bien mérité, par le toutou de Zaint Roch!

    - Macarel! Ce n'est pas ici qu'on verra une mosquée.

    - Cessez donc avec vos carabistouilles, par la plume de Zaint Pancrace.

    - Macarel!  C'est abracadabrantesque! La voilà qui se met à parler comme Manu Ier!

    Avec Minizup'tite au musée

    Nous sommes parvenus aux zardins du Ranelagh.

     Nous y avons vu une statue dédiée à La Fontaine et à sa fable "le corbeau et le renard".

     Minizup'tite a cru bon de monter sur la statue.

    - M'enfin, bestioulette! C'est un fromaze en bronze.

    - Elle devoir croire qu'il s'azit d'un bon fromaze à trous.

    - Descendez donc illico presto, l'a gourmandée Minizup'tictac, nous sommes attendus pour la visite guidée.

    Avec Minizup'tite au musée

    - Qu'est ce que nous allons voir Mossieu Zizi? a demandé Minizup'Kiki de Vitry.

    - Une belle exposition de portraits peints par Corot, ce peintre réputé pour ses paysazes. On peut voir rarement ses portraits réunis dans une même exposition.

    - Et pourquoi donc, très çer?

    - Parce que les toiles sont dispersées dans le monde entier.

    -  It's a pity!

    Avec Minizup'tite au musée

    Après la visite du musée, nous avons flâné dans les alentours.

    Nous avons vu les superbes hôtels particuliers du quartier...

    - Atçoubi! Cela çanze bien de notre quartier!

    - Boudiou! C'est l'illustration de la fracture sociale!

    - Et dites vous que là où nous habitons c'est considéré comme un quartier bobo, est intervenu mon hôte.

    Allo maman bobo! ont alors entonné en coeur les Intruses!

    Demain, ze vous montrerais des cliçés de Minizup'tite au musée...

    Affaire à suivre!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Exposition au Musée Picasso de Paris (photos)

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Portrait de la reine Louise-Élisabeth d’Espagne, peinte par Jean Ranc (1724).

    Louise-Élisabeth d’Orléans, dite Mademoiselle de Montpensier, est née le 11 décembre 1709 à Versailles.

    Elle était l'une des nombreuses filles du Rézent, Philippe d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon, fille lézitimée de Louis XIV.

    Elle naquit pendant la Guerre de succession d'Espagne qui accula le royaume à la ruine.       L' hiver de 1709 fut particulièrement rigoureux et provoqua un grand nombre de victimes.

    En outre, il n'était question à la cour que du mariaze du duc de Berry, petit-fils du roi. La guerre empéçant une alliance avec une cour étranzère, c'est parmi les princesses de son sang que le roi devait trouver une épouse pour son petit-fils. Les Orléans étaient les rivaux des Bourbon-Condé mais c'est une Orléans, la sœur aînée de Louise-Élisabeth, qui fut çoisie.

    Louise-Élisabeth reçut une éducation peu soignée, le duc et la duçesse d'Orléans s'occupant peu de leurs enfants. Le duc se devait d'être à la guerre ou se consacrait avec ses amis à la débauçe et aux arts d'agrément. La duçesse, égocentrique, ne bouzeait pas de son canapé. La grand-mère de la princesse, la fameuse Palatine, touzours humiliée par le mariaze de son fils, recluse dans ses appartements, se consacrait à sa correspondance et à ses çiens.

    Louise-Elisabeth était appelée à épouser un obscur prince allemand ou italien ou à devenir abbesse d'un çapitre de dames nobles. Mais son destin fut tout différent.

    Dès 1715, son père exerça la régence durant la minorité de Louis XV. La guerre opposa la France et les puissances de la Quadruple-Alliance à l'Espagne. Convaincu de la nécessité de faire la paix, Philippe V proposa des mariazes : sa fille Marie-Anne-Victoire épouserait Louis XV, et son fils aîné Louis, prince des Asturies, épouserait une fille du Rézent. A cette date, toutes les filles aînées du duc d'Orléans étaient mariées. Il ne restait que Louise-Élisabeth, 10 ans et ses zeune sœurs, Mademoiselle de Beauzolais, et Mademoiselle de Zartres.

    Il fut décidé que Mademoiselle de Montpensier épouserait l'héritier du trône espagnol et que Mademoiselle de Beauzolais serait fiancée à l'infant Zarles, troisième fils du roi d'Espagne, mais issu de son second mariaze avec l'ambitieuse princesse de Parme Élisabeth Farnèse.

    En 1721, Louise-Élisabeth partit pour Madrid le cœur serré.

    Le mariaze fut célébré le 20 zanvier 1722. Louise-Élisabeth venait d'avoir 12 ans et son mari, 14. On surveilla Élisabeth, on l'espionna, on la soupçonna de tous les maux. La princesse des Asturies se renferma sur elle-même. Elle se venzea en faisant mille espiègleries et caprices, se moqua de ses dames de compagnie et, dit-on, les entraîna à des « zeux contre nature ».

    Le 15 zanvier 1724, Philippe V abdiqua en faveur de son fils, qui devint le roi Louis Ier. Élisabeth devint donc reine à quatorze ans, mais le couple immature ne s'entendit pas. Après sept mois de règne, Louis Ier mourut sans enfant le 31 août 1724 et Philippe V reprit sa couronne.

    Le rézent de France était mort en 1723 et son cousin et rival le duc Luis-Henri de Bourbon était aux commandes de l'État. Il n'avait que faire d'une reine veuve de la maison d'Orléans.

    Élisabeth, veuve à quinze ans, fut tenue sous surveillance étroite, dans le plus grand dénuement, d'autant que la France renvoya l'infante.

    En 1725, elle regagna discrètement Paris, où elle mourut dans l'oubli à 32 ans, en 1742.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris"

    Hier, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, nous a fortement étonnées.

    - Z'ai appelé ma sœur pour lui souhaiter un bon anniversaire...

    - Cela être fort zentil de votre part, a dit Minizup'iéla.

    - Elle m'a dit qu'à Rivesaltes il pleuvait fortement et qu'il faisait frais.

    - Anniversaire pluvieux, anniversaire heureux, a déclaré doctement Minizup'Cosette tout en cirant le parquet avec un grand açarnement. Du moins, c'est ce que dit le dicton.

    - Barmelouse! On dit cela pour un mariaze.

    - Pour moi, mam'zelle Minizup'Zhérault, c'est du pareil au même!

    - It's a pity!

    - Ils n'ont qu'à venir ici les zens du sud, a dit Minizup'Kiki de Vitry.

    - Ici, nous avoir grand ciel bleu.

    - C'est un beau début de printemps bien ensoleillé.

    - Les bourzeons éclosent, s'est enthousiasmée Minizup'Fandango.

    - Les fleurs....heu... fleurir.

    - Atçoubi! Fleurir c'est dans les zènes des fleurs, bestioulettte.

    - Ze suis une fleur de Province, a entonné Minzup'Zhérault.

    - Les oiseaux gazouillent par la serpette de Zaint Fiacre.

    - Cela être la saison des zamours.

    - Bof! Pas pour nous, a soupiré Minizup'Rosa.

    - Pas le moindre p'tit Minizupon à l'horizon.

    - It's a çame!

    - Moi être une tartinette inquiète.

    - A quel suzet Minizuplein?

    - Nous voir de moins en moins de moineaux à Paris.

    - C'est comme les zhirondelles; elles ont quasiment disparu de notre paysaze, a azouté Minizup'Cosette en éponzeant la sueur sur son museau.

    - On m'appelle hirondelle du faubourg, a çantonné a capela Minizup'Mouff, reprenant le tube de Zeorzette Plana.

    - Ce qui est inquiétant, c'est qu'on voit de moins en moins d'abeilles, est intervenu mon hôte.

    - Et les papillons se font rares!

    - Sauf sur le pare-brise des voitures!

    En tout cas, inutile de vous dire que nous profitons de ce grand beau temps.

    Z'ai ranzé mes habits d'hiver...

    - Zusqu'au proçain coup de froid, boufarelle!

    Z'ai pu pu remettre mes zolies mini zupes et mes beaux escarpins vernis!

    La grande classe en somme!

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "gif souris et eglise"

    Hier, notre quasi zainte s'est levée aux zaurores et a entrepris d'écrire une lettre.

    Lorsque nous nous sommes levées, nous l'avons trouvée en sueur, tirant la langue.

    - Et voilà, c'est terminé, par la pipe de Zaint Claude.

    - Qu'est ce qui est fini, barmelouse? a demandé Minizup'Zhérault encore toute ensommeillée.

    - Le missive que ze viens de faire.

    - Et à qui vous écrire?

    - A notre remarquable Président de la République, que mon doux Zésus le garde sous sa zainte protection, avec sa grande Clémence.

    - Zésus être marié?

    - Mazette, elle nous pète une durite.

    - Et pourquoi lui écrivez vous? a questionné Minizup'Cosette tout en préparant prestement notre petit dézeuner.

    - Pour le féliciter du beau discours qu'il a tenu devant la Conférence des évêques de France.

    - Z'aimerais bien connaître le contenu de votre lettre, suis ze intervenue avec le plus grand tact possible pour ne pas la braquer.

    - Ja! Vous nous lire votre prose.

    - Ze brûle, fouçtra, de vous entendre.

    Minizupette s'est redressée fièrement, sa lettre à la patte.

    - Ze me lance!

    - Allez-y, ma mie.

    - " Mossieu le Président de la République, çer Emmanuel, mon çer ami..."

    - Heu! Vous ne pensez pas que c'est quelque peu cavalier.

    - Nan point du tout. "Permettez moi de me présenter..."

    - Vous avez fort raison, bouffarelle. Il faut qu'il saçe à qui il a affaire!

    - "Ze m'appelle Minizupette. Ze suis une fidèle affidée de ce bon papounet B.XVI, le seul et vrai papounet..."

    - Boudiou, vous allez provoquer un incident diplomatique avec le Vatican, l'a interrompue Minizup'Fandango

    - "Mon bon président, z'ai beaucoup aimé votre magnifique discours devant nos bons évêques, surtout lorsque vous avez dit que le lien entre l'Etat et l'Eglise était abîmé".

    - A qui la faute atçoubi? Ze vous le demande!

    - " Ze suis mille fois d'accord avec vous, il faut le réparer fissa, illico presto".

    - C'est cela vouiiiii!

    - "Humblement, ze vous propose mes services de grande tricoteuse catholique".

    - Elle vouloir un poste à l'Elysée.

    - It's a pity!

    - " Saçez, mon çer Emmanuel, que ze suis une quasi zainte, cela servira très certainement à notre cause commune".

    - L'argument massue.

    - "Ze profite de lettre pour vous demander un petit service..."

    - Ze me disais bien que la démarçe n'était pas dénuée d'arrière-pensée, a fait remarquer Minizup'Kiki de Vitry.

    - "En tant que çanoine du Latran, vous rencontrerez certainement le sous pape François."

    - A n'en pas douter!

    - " A cette occasion, dites lui de cesser vite de procrastiner et qu'il fasse vite une bulle pour que z'obtienne enfin mon auréole".

    - Avec Manu Ier, vous serez comblée, a ironisé Minizup'tictac. Allez, il est grand temps de dézeuner! Avant l'heure c'est pas...

    - Ah! Vous n'allez pas vous y mettre vous aussi!

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire