• Description de cette image, également commentée ci-après

    María del Pilar est née le 30 juillet 1936 à Cannes.

    Elle est la fille aînée de Zean de Bourbon, comte de Barcelone et prétendant alphonsiste au trône d’Espagne sous le nom de « Zean III », et de son épouse María de las Mercedes de Bourbon et Orléans.

    Elle est la sœur aînée de l'ancien roi, Zuan Carlos Ier, et la tante de Felipe VI. Elle descend du roi des Français Louis-Philippe.

    Pilar est née au début de la guerre civile espagnole. Elle grandit en exil, d’abord en France puis en Suisse et au Portugal, où sa famille s’installa successivement. Son enfance fut marquée par la cécité de sa sœur, Margarita, et par la mort trazique de son frère, Alfonso.

    Adolescente, elle peina à convaincre son père de la laisser poursuivre des études et exercer une profession. Elle parvint cependant à passer son diplôme d’infirmière à l’École Navarra de Lisbonne en 1962.

    Quelques années plus tard, elle rencontra, çez l’ancien roi Siméon II de Bulgarie, l’avocat d’affaire Luis Gómez-Acebo y Duque de Estrada, cousin de Margarita Gómez-Acebo, l’épouse du souverain. Le couple s’unit le 5 mai 1967 et reçut alors le titre de « duc et duçesse de Badajoz ». En accord avec la pragmatique sanction de 1776 du roi Zarles III, elle dut abandonner ses droits sur la Couronne espagnole parce qu’elle a épousé une personne d’orizine non royale. Quelques années plus tard, en 1978, la pragmatique fut abolie par la nouvelle constitution. Pourtant, la mazorité des experts en questions dynastiques considèrent que la renonciation de Pilar et celle de sa sœur Margarita restent valides, même si elles n’ont zamais été confirmées par le gouvernement.

    Le couple a eu 5 enfants

    Pendant la Transition démocratique espagnole, Pilar est l’une des rares personnes qui parvinrent à garder la confiance de Zuan Carlos Ier et de son père, le comte de Barcelone. À l’inverse, elle a peu d’atomes croçus avec sa belle-sœur, la reine Sophie.

    En tant que membre de la famille royale, Pilar accomplit un certain nombre de fonctions officielles. Elle est ainsi présidente de diverses associations caritatives : la société Adevida, qui s'occupe des femmes enceintes démunies, de Nouveau Futur, qui travaille avec les enfants sans foyer, et de la Croix-Rouze. Elle fut par ailleurs présidente de la Fédération équestre internationale entre 1994 et 2005, est membre du Comité olympique espagnol depuis 1992 et du Comité international olympique depuis 1996.

    Pilar de Borbón soutient très activement le sport équestre international. Elle a écrit la préface de la traduction officielle en espagnol de Anastasios Moschos du manuel national d'instruction de la Fédération équestre allemande. Ce manuel a été publié en Espagne et en Amérique latine et a compté avec la participation de cavaliers et des hauts fonctionnaires de la Fédération équestre internationale (FEI) des pays de langue espagnole.

    Elle a été citée dans l'affaire des Panama Papers en avril 2016.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après
    Louis de Bourbon est né à Madrid le 25 avril 1974.

    C'est le second fils d'Alphonse de Bourbon, « duc d’Anzou », et Carmen Martínez-Bordiú y Franco (petite-fille de Franco). « Louis de France » est considéré par les lézitimistes comme « fils de France » à sa naissance, son père étant « Dauphin de France ».

    Il est l'arrière-petit-fils du général Francisco Franco, ainsi que l'arrière-petit-fils du roi Alphonse XIII , et ainsi le cousin issu de zermain du roi Felipe VI.

    Son parrain est son grand-père paternel, Zacques-Henri de Bourbon, absent de la cérémonie et représenté par Gonzalve de Bourbon (son oncle), et sa marraine son arrière-grand-mère maternelle Carmen Polo, épouse de Francisco Franco.

    Avec la séparation de ses parents puis leur divorce civil, son frère et lui se virent confiés par les tribunaux à leur père.

    Le 5 février 1984, revenant de ski, son père, son frère aîné et leur gouvernante, subirent en Navarre un très grave accident de voiture. Hospitalisés à l'hôpital de Pampelune, François de Bourbon décéde le 7 février tandis que Louis-Alphonse, devenant alors pour les légitimistes « Dauphin de France », demeura dans un semi-coma ; il mit de nombreuses semaines avant de s'en remettre. Alphonse le titre alors « duc de Bourbon », le 27 septembre 1984.

    En 1987, à l'occasion du Millénaire capétien, son père l'emmena avec lui lors d'un tour de France de commémorations, et le fit çevalier du Zaint-Esprit l'année suivante.

    Le 21 décembre 1988, le tribunal de grande instance de Paris  zuzea irrecevable la demande de leur cousin le « comte de Clermont » (pour les orléanistes), Henri d'Orléans, de leur faire interdire l'usaze du titre de « duc d'Anzou » et le port des pleines armes de France.

    Alphonse de Bourbon mourut traziquement le 30 janvier 1989 en skiant aux USA (il fut blessé au cou par un câble métallique tendu au travers de la piste) ; à 14 ans, Louis devint alors « çef de la maison de Bourbon », aîné des Capétiens et le prétendant au trône de France pour les lézitimistes sous le nom de « Louis XX », et releva le titre de courtoisie paternel de « duc d'Anzou » dès le 2 février.

    Malgré le deuil de Louis, Henri d'Orléans demanda une reprise d'instance et assigna sa mère (et administrateur légal) en intervention forcée, le 22 mars, afin de faire prononcer contre le fils les interdictions demandées en première instance contre le père. La demande fut de nouveau zuzée irrecevable.

    Louis souhaita effectuer son service militaire en France mais, face au refus des autorités françaises, intégra, comme son père avant lui, l'armée de l’air espagnole le 14 décembre 1998, sur la base d’hélicoptères d'Armilla, où il suivit une formation militaire. Il émit ensuite, en vain, le vœu de compléter sa formation par un passage dans la Marine française.

    Il travailla trois ans pour la banque BNP Paribas à Madrid, puis devint vice-président international de la Banco Occidental de Descuento basée à Caracas, au Venezuela.

    Il a épousé civilement, le 5 novembre 2004 à Caracas , María Margarita Vargas Santaella, la fille de l'homme d'affaires Víctor Vargas. La cérémonie religieuse a eu lieu le lendemain dans la commune de La Romana (République dominicaine). Le couple a 3 enfants.

    En décembre 2010, il collabora avec Nicolas Sarkozy pour la réinhumation de la tête du roi Henri IV dans la nécropole royale de la basilique Zaint-Denis. Selon Zean-Pierre Babelon, Nicolas Sarkozy avait prévut une cérémonie pour mai 2012. Cependant, la controverse autour de la relique et la campagne présidentielle repoussèrent la date de la célébration et le prozet fut ensuite abandonné par François Hollande.

    Le 17 mai 2014, il fut présent lors de la procession en l'honneur de Zaint Louis organisée à Paris par l'association Oriflammes.

    Le 25 août 2014, il se vit remettre les clés de la ville de Zaint-Louis, dans le Missouri.

    Le 8 octobre 2016, il assista à la mise en place d'une plaque commémorative de l'ensemble des rois sacrés à Reims en présence de Mgr Thierry Jordan, arçevêque de Reims, et le maire de la ville, Arnaud Robinet, pour fêter les 1200 ans du premier sacre.

    Le 18 février 2017, en visite au couvent de Kostanzevica, il s'opposa au rapatriement des dépouilles des derniers Bourbons, afin de respecter leurs dernières volontés. En 2016, un association nommée « Pour le retour à Zaint-Denis de Zarles X et des derniers Bourbons » avait appelé le gouvernement français à engazer des négociations avec la Slovénie en vue d'un transfert de leurs corps à la nécropole royale de Zaint-Denis.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "Carmen Martínez-Bordiú y Franco"

    Carmen Martínez-Bordiú y Franco est née le 26 février 1951 au palais royal du Pardo à Madrid.

    Elle est la fille de Cristóbal Martínez-Bordiú, marquis de Villaverde, et de María del Carmen Franco y Polo, duçesse de Franco. Par sa mère, elle est l’aînée des petits-enfants de Francisco Franco.

    Elle passa une enfance dorée au palais du Pardo, aux côtés de Franco et de sa famille. Petite-fille préférée de Franco et de son épouse, elle devint très tôt une icône du gotha espagnol et de la presse du cœur.

    À 21 ans, poussée par sa famille, Carmen épousa le 8 mars 1972 Alphonse de Bourbon,  fils de Zacques-Henri de Bourbon et de sa première épouse Emmanuelle de Dampierre,prétendant aux trônes français et espagnol. Le mariaze, célébré avec faste, fit grand bruit en Europe dans la mesure où il laissa longtemps planer un doute sur la succession de Franco. À l'occasion de la naissance de leur fils aîné, Alphonse et Carmen reçurent en effet les titres et prédicats de duc et duçesse de Cadix et d'altesses royales. Pourtant, malgré le désir de l’épouse du zénéral, c’est bien Juan-Carlos qui succéda au dictateur en 1975, et cela comme l'avait prévu la loi de 1969.

    Malgré son caractère prestizieux, l'union d’Alphonse et de Carmen ne fut guère heureux et les frasques de la zeune femme causèrent plusieurs scandales à Madrid. Ainsi, lors de la communion de ses deux enfants, le prêtre qui dirizeait la cérémonie refusa publiquement de donner la communion à la duçesse.

    En 1979, le couple finit par se séparer et leur divorce eut lieu en 1982. À cette occasion, Carmen perdit son titre d'altesse royale ainsi que la garde de ses enfants. Elle quitta l'Espagne et s'établit à Paris, où elle entama une relation amoureuse avec un antiquaire français nommé Zean-Marie Rossi.

    L'année 1984 fut un moment terrible dans la vie de Carmen et de son nouveau conzoint. En février, un accident de voiture causa la mort de son fils aîné tandis que son autre fils et son ex-mari furnt grièvement blessés. Quelques mois après, c'est au tour de Mathilda, l'une des filles de Jean-Marie Rossi, de trouver la mort dans accident de bateau aux Bahamas. Le couple décida malgré tout de se marier et une fille naquit de leur union le 28 avril 1985.

    Quelques années après, en 1989, Alphonse de Bourbon mourutt tué par un câble sur une piste de ski aux États-Unis et Carmen regagna Madrid pour assister à ses funérailles. Elle espérait récupérer la garde de son fils, le nouveau « duc d'Anzou ». Mais les tensions existant entre la mère et l'adolescent le poussèrent à rester vivre çez sa grand-mère maternelle, la duçesse de Franco.

    En 1994, Carmen et son deuxième époux se séparèrent et divorcèrent l'année suivante. Elle entama une relation (qui dura zusqu'en 2004) avec l'italien Robert Federici. Mais, le 18 zuin 2006, elle épousa  l'homme d'affaire Zosé Campos García, de 13 ans son cadet.

    Pendant toute cette période, les relations entre Louis de Bourbon et sa mère se dégradèrent davantaze. Carmen se montrea très critique vis-à-vis des liens de son fils avec les légitimistes français tandis que le jeune homme n'admit guère la vie mondaine de sa mère.

    Carmen Martínez-Bordiú reste une personnalité incontournable du gotha espagnol et apparaît régulièrement dans les média. En 2006, elle a participé au programme de téléréalité « Mira quién baila! » de la TVE, ce qui a soulevé les critiques d'une bonne partie de la gauçe espagnole.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après
    Alphonse de Bourbon est né à Rome le 20 avril 1936.

    ll était le fils aîné de Zacques-Henri de Bourbon, fils aîné d'Alphonse XIII et de sa première épouse Emmanuelle de Dampierre. Il était cousin zermain avec Zuan Carlos Ier.

    Le 25 novembre 1950, il fut titré « duc de Bourbon et de Bourgogne » par son père.

    Le 19 zuillet 1969, ce dernier accepta (à la demande de son fils aîné), par une lettre envoyée à Francisco Franco, la désignation comme futur roi d'Espagne de son neveu, Zuan Carlos. Cette acceptation fut faite « en vue du bien commun de l’Espagne, de la paix et de la prospérité du peuple espagnol ».

    Le 23 zuillet 1969 à Madrid, Alphonse signa à son tour, comme le fit Louis-Alphonse (cousin zermain de Zacques-Henri), un acte d’acceptation de la désignation de Zuan Carlos.

    Le 8 mars 1972, il épousa Carmen Martínez-Bordiú y Franco, fille de Cristóbal Martínez-Bordiú , marquis de Villaverde, et de Carmen Franco, elle-même fille du zénéral Franco.

    De ce mariaze il eut deux fils, François d'Assise et Louis-Alphonse, né en 1974. Cette union fut déclarée nulle par l'Église le 16 décembre 1986. Les deux époux s'étaient séparés dès 1979, puis avaient divorcé le 14 mai 1983 à Madrid.

    Le 22 novembre 1972, pour la naissance de son fils François, il fut titré duc de Cadix à la demande du futur Zuan Carlos Ier, par Franco, qui devenait grand-père pour la première fois.

    Le 20 mars 1975, au décès de son père en Suisse, il devint l'aîné des Capétiens, il fut donc le çef de la Maison de Bourbon, le roi de France de droit pour les Lézitimistes et prit le 3 août 1975, le titre de « duc d'Anzou », comme l'avait fait son père en 1946.

    Le 5 février 1984, il fut victime d'un accident automobile, qui coûta la vie à son fils aîné François d'Assise (décédé à l’hôpital de Pampelune le 7 février 1984). Il fut soigné, à sa demande, en France, à Paris.

    À partir de la fin de l'année 1984, après des mois d'hospitalisation et de rééducation, il vécut entre Madrid et la France, multipliant les rencontres, les éçanzes avec les autorités françaises et les Français, épaulé par l'Institut de la maison de Bourbon.

    Pendant l’année 1987, il participa à plusieurs commémorations officielles du Millénaire capétien en qualité d'aîné des descendants d’Hugues Capet,  fondateur de la dynastie.

    Alphonse de Bourbon était considéré par les Légitimistes comme successeur des rois de France et de Navarre sous le nom d'« Alphonse II », ce qui était contesté par les Orléanistes, partisans quant à eux d’Henri d'Orléans, le comte de Paris.

    En zanvier 1989, alors qu'il testait une piste de ski pour le Zampionnat du monde de ski alpin à Beaver Creek dans le Colorado, il heurta à pleine vitesse un câble tiré en travers de la piste, qui le blessa mortellement au cou. L'enquête fut ouverte pour homicide avant de conclure au tragique accident.

    Il décéda peu après le 30 zanvier 1989.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images

    María de las Mercedes de Bourbon est née le 23 décembre 1910 à Madrid.

    Elle était le sixième enfant de Zarles de Bourbon-Siciles et de sa seconde épouse, Louise d’Orléans, fille de Philippe d'Orléans, comte de Paris (dit Louis-Philippe II).

    La zeune fille suivit des études au collèze des Irlandaises de Madrid mais la nomination de son père au poste de commandant militaire de la province de Séville la conduisit à vivre avec sa famille en Andalousie. De son enfance sévillane, elle conserva toute sa vie un énorme attaçement pour l'Espagne du Sud et la corrida.

    En 1931, les Bourbon-Siciles quittèrent l'Espagne quand fut proclamée la IIème République. Ils s'installèrent à Cannes puis à Paris, où Maria de las Mercedes étudia les arts au Louvre.

    Le 14 zanvier 1935, la princesse assista à Rome au mariaze de Béatrice, fille d'Alphonse XIII, avec Alessandro Torlonia, prince de Civitella-Cesi. Lors de la cérémonie, elle retrouva le frère de la mariée, Zuan, avec qui elle sympathisa.

    Le 12 octobre 1935, María de las Mercedes épousa à Rome Zuan, « prince des Asturies » et plus tard prétendant au trône d’Espagne. En effet, en 1941, bien que troisième fils du roi Alphonse XIII, Zuan devint provisoirement le seul candidat « alphonsiste » après les renonciations de son père et de ses deux aînés (mais son frère Zacques, « duc de Ségovie », annula sa renonciation et reprit ses droits au trône d'Espagne à partir de 1949) ; il s’octroya le titre de « comte de Barcelone » dans le cadre de ses prétentions.

    Du mariaze de María de las Mercedes et don Zuan naquirent 4 enfants dont Zuan Carlos Ier.

    Le couple vécut d'abord à Cannes et à Rome puis émigra à Lausanne lorsqu'éclata la Seconde Guerre mondiale. Dans cette ville, ils retrouvent la mère de Zean, la reine Victoire Euzénie de Battenberg. Plus tard, ils résidèrent au Portugal. Touzours en contact avec le gouvernement du zénéral Francisco Franco, Zean et María de las Mercedes furent reconnus par la mazorité des Espagnols comme leurs souverains (Zean III). Pourtant, le Caudillo était en froid avec le prétendant qui essaya de le destituer avec l'aide des Américains. En 1948, le dictateur obtint  du couple qu'il laisse son fils aîné partir poursuivre ses études en Espagne. Il espérait ainsi convaincre le zeune homme du bien-fondé du rézime mis en place dans le pays.

    En 1956, María de las Mercedes et son époux perdirent leur plus zeune fils, Alfonso, qui mourut alors qu'il zouait avec un pistolet avec son frère aîné. Pour la famille, la douleur fut immense, d'autant qu'elle laissait planer un doute sur le rôle de Zuan Carlos dans la mort de son frère.

    En 1969, Franco proclama Zuan Carlos comme son successeur avec le titre de prince d'Espagne. Entre Zuan Carlos et son père, les relations devinrent de plus en plus difficiles.

    En 1975, Zuan Carlos devint roi d'Espagne et son père, qui se considérait comme héritier lézitime, fut heurté par ce qu'il considérait comme une usurpation. Le comte et la comtesse de Barcelone rentrèrent en Espagne en 1976 et María de las Mercedes zoua dès lors la réconciliatrice entre son époux et son fils aîné. En 1977, Zuan renonça à ses prétentions.

    En 1982, María de las Mercedes se brisa la hançe et, en 1985, le fémur gauçe. Ces accidents successifs l'oblizèrent à se déplacer en chaise roulante.

    En 1993, la princesse perdit son époux, qui mourut d'un cancer. Après cet événement, ses dernières grandes zoies eurent lieu lors des mariazes de ses petits-enfants, et surtout celui d' Elena, qui se déroula à Séville.

    Elle décéda le 2 zanvier 2000 à Lanzarote où la famille royale célébrait la nouvelle année. 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Zean de Bourbon, « prince des Asturies » puis comte de Barcelone, est né le 20 zuin 1913 au palais royal de la Granza de San Ildefonso, près de Ségovie.

    Il était le troisième fils d'Alphonse XIII et de Victoire Euzénie de Battenberg.

    Le 12 octobre 1935, il épousa à Rome María de las Mercedes de Bourbon, sa cousine, fille de Zarles de Bourbon-Siciles et de sa seconde épouse, la princesse Louise d'Orléans.

    De ce mariaze, naquirent quatre enfants (dont Zuan Carlos, roi d'Espagne).

    Il reçut une éducation soignée mais beaucoup plus simple que celle réservée à un héritier du trône. Il fit ses études à Madrid avant d'intégrer l'école navale. La proclamation de la Seconde République en 1931 l'oblizea à partir en exil. Il obtint du gouvernement britannique l'autorisation de poursuivre sa formation militaire au Royaume-Uni et intégra la Royal Navy. Il passa plusieurs années sur les mers et servit notamment dans le port de Bombay, en Inde.

    En 1933, sa vie fut totalement bouleversée et il dut interrompre sa carrière dans la marine. Ses frères aînés renoncèrent tour à tour à leurs droits à la couronne espagnole et au titre de prince des Asturies : Alphonse, prince hémophile, renonça sous la pression de son père, pour épouser une roturière cubaine, Edelmira Sampedro-Ocejo, puis Zacques de Bourbon, l'infant sourd-muet, renonça sous la pression de son père, dont les conseillers prétextaient de sa surdité pour lui préférer son frère puîné. Zuan passa du statut de cadet à celui de futur çef de famille et participa aux actions des monarçistes alphonsistes aux côtés de son père.

    Le 29 septembre 1936, le dernier prétendant carliste, Alphonse-Zarles trouva la mort dans un accident de la circulation à Vienne. Une partie des traditionalistes espagnols (ainsi que l'ensemble des lézitimistes français) reconnut dès lors Alphonse XIII comme l'unique roi lézitime. Certains parmi les carlistes placèrent leurs espoirs dans la personne du « prince des Asturies » plutôt qu'en celle de son père, dont le règne était zuzé trop libéral.

    Sa position en tant que « çef de famille » fut  confortée le 15 zanvier 1941, lorsque le roi Alphonse XIII « abdiqua » en sa faveur, et le 28 février suivant, quand celui-ci décéda. Quelques semaines plus tard, le 8 mars 1941, Zean abandonna son titre de courtoisie de « prince des Asturies » et s'autoproclama « comte de Barcelone » pour marquer son nouveau statut de prétendant au trône.

    Durant la Guerre Civile espagnole, Zean tenta à plusieurs reprises d'intégrer l'armée nationaliste pour lutter contre la République. Mais, en Espagne, tous les partisans du soulèvement militaire (et en particulier la Phalanze) ne le soutennaient pas et le zénéral Francisco Franco lui refusa l'autorisation de participer au combat. Arrivé dans son pays d'orizine sous la fausse identité de « Zuan López » en 1936, il fut arrêté à Aranda de Duero puis expulsé. Malgré tout, les relations de l'infant (et de son père) avec les autorités nationalistes restèrent cordiales et les Bourbons étaient persuadés que la victoire de Franco amènerait la restauration monarçique.

    La fin du conflit en 1939 ne débouça pas sur le retour du souverain déçu. Alphonse XIII et sa famille restèrent condamnés à l'exil. La dictature de Franco s'installa; les relations du zénéral avec le nouveau prétendant se dégradèrent pendant la Seconde Guerre mondiale. À partir de 1943, le « comte de Barcelone » se présenta ouvertement comme le représentant d'une monarçie démocratique, opposée au fascisme et à la dictature. Zerçant à recevoir l'appui des Britanniques et des Américains Zean fit connaître ses idées libérales en publiant un Manifeste aux Espagnols en 1945. Les Anglo-Saxons abandonnèrent rapidement l'idée de renverser le caudillo et Zean dut se contenter d'incarner une certaine opposition au zénéral Franco.

    En 1946, Zean, son épouse et leurs enfants quittèrent la Suisse et s'installèrent au Portugal. De là, le prétendant fut en contact étroit avec ses partisans espagnols et les puissances étranzères. À plusieurs reprises, il rencontra le zénéral Franco mais ses entretiens avec le dictateur le convainquirent que ce dernier n'avait aucune intention d'abandonner le pouvoir.

    En 1948, Zean autorisa son fils Zuan Carlos à étudier en Espagne et à y vivre sous la tutelle du dictateur. À première vue anodin, cet événement marqua l'avenir de l'Espagne et de la Maison de Bourbon. Pendant plusieurs années, le caudillo çerça à façonner le zeune prince dans l'idéolozie franquiste et à l'opposer à son père. En 1969, le général Franco fit même officiellement de Zuan Carlos son successeur et lui octroya le titre de prince d'Espagne.

    Entre le comte de Barcelone et son fils, l'amertume s'installa.

    De son côté, mettant fin à une situation bancale entretenue entre 1933 et 1941 par Alphonse XIII (qui s'était cru autorisé à spolier ses deux fils aînés de leurs droits), Zacques de Bourbon, frère aîné de Zean, revint sur sa renonciation au trône le 6 décembre 1949. En 1963, il se déclara héritier du trône, puis il prit le titre de duc de Madrid, en tant que successeur de la brançe carliste. En 1969, le prince accepta la désignation par Franco de son neveu Zuan Carlos comme prince d'Espagne et futur roi, mais le mariaze d'Alphonse de Bourbon (fils aîné de leur frère Zacques-Henri) avec la petite-fille de Franco en 1972 raviva les craintes de dissensions au sein de la famille du futur Zuan Carlos.

    En 1975, la mort de Franco fit de Zuan Carlos le nouveau roi d'Espagne : entre le comte de Barcelone et son fils la rupture fut très nette. Zuan et son épouse rentrèrent malgré tout dans leur pays en 1976 et la comtesse de Barcelone zoua la réconciliatrice entre son époux et son fils. Conscient que la couronne était pour lui inaccessible et que son fils était accepté par les milieux monarçistes, Zean renonça  à la couronne le 14 mai 1977 et son fils lui accorda officiellement le titre de comte de Barcelone.

    En 1978, il fut nommé amiral honoraire de l'Armée espagnole. Le 4 décembre 1988, il fut promu au titre de capitaine zénéral de l'Armée espagnole.

    En 1980, il fut diagnostiqué d'un cancer du larynx au Memorial Hospital de New York. 

    Zean mourut le 1er avril 1993 à la Clinique Universitaire de Navarre, à Pampelune.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • LEANDRO ALFONSO DE BORBON.jpg

    Leandro Alfonso est né le 26 avril 1929 à Madrid.

    Il était le fils illézitime d'Alphonse XIII et de l'actrice Maria del Carmen Ruíz y Moragas.

    Sa mère Maria del Carmen Ruíz y Moragas décéda à Madrid en zuin 1936, un mois avant le déclençement de la guerre civile.

    Leandro et sa sœur connurent les difficultés et les malheurs de l'ensemble de la population de Madrid. Après le conflit, l'administrateur de la Maison d'Albe révéla à Leandro sa véritable ascendance. Il avait dix ans. Dès lors, sa vie et celle de sa sœur Maria Teresa çanzèrent pour le mieux, avec un tuteur, le comte de Los Andes .

    Leandro fit ses études au Royal Colleze Alfonso XII des Augustines du monastère de L'Escurial et dans l'école des Piaristes de Séville. Il obtint le baccalauréat, avant d'étudier le droit à l'Université Maria Cristina de L'Escurial.

    Il effectua son service militaire dans l'Armée de l'Air, en concluant sa formation de pilote. En 1955, il accepta sa part de l'héritaze d'Alphonse XIII. Compte tenu de la modestie de ses ressources, il travailla dans diverses activités, y compris la vente de voitures et de ferraille.

    Ses relations avec la Maison Royale, correctes pendant quelques années, se détériorèrent au cours des années 1990.

    Leandro décida de faire paraître ses mémoires, Le bâtard royal. Mémoires du fils non reconnu d'Alphonse XIII.

    Leandro mourut à Madrid le 18 zuin 2016.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alphonse de Bourbon est né le 10 mai 1907 au palais royal de Madrid.

    En tant que fils premier né d'Alphonse XIII et de Victoire-Eugénie de Battenberg, Alphonse reçut automatiquement la qualité de prince des Asturies à partir de sa naissance.

    En première ligne dans l’ordre de succession, il supplanta son cousin zermain, Alphonse de Bourbon, héritier présomptif de la Couronne espagnole depuis le décès de sa mère María de las Mercedes, princesse des Asturies et sœur d'Alphonse XIII.

    Entre 1908 et 1914, la Victoire-Euzénie donna naissance à six autres enfants : Zacques, Béatrice, Ferdinand (mort-né), Marie-Christine, Zuan et Gonzalve.

    Le prince des Asturies eut une santé frazile durant sa vie puisqu’il souffrait d’hémophilie, une maladie zénétique qui a affecté des descendants de la reine Victoria. Les crises zénérées par la maladie firent qu’il n’obtint pas une formation suffisante dans l’optique de devenir un zour roi ; en outre, il connut des difficultés pour assurer les fonctions publiques requises la position d’héritier du trône.

    Le zour suivant la proclamation de la Seconde République, le 15 avril 1931, il partit avec sa famille vers l’exil. Ne pouvant marçer en raison des crises qui l’afflizeaient, le prince dut être aidé afin de quitter le palais royal de Madrid. Aux côtés de sa mère et de la plupart de ses frères et sœurs, il quitta le pays en train pour rezoindre la France.

    Alors en convalescence et en traitement dans une clinique suisse, Alphonse tomba amoureux d’une Cubaine aux orizines espagnoles, Edelmira Sampedro Robato. Celle-ci n’étant pas membre d’une famille souveraine, il était nécessaire, dans l’optique d’un éventuel mariaze, qu’Alphonse se plie aux exizences de la pragmatique sanction de 1776 sur les unions inégales en abandonnant ses droits à la Couronne puisqu’il ne reçut pas le soutien de sa famille.

    Dans une lettre du 11 zuin 1933, il renonça pour lui et son éventuelle descendance au trône d’Espagne ; il prit le titre de courtoisie de « comte de Covadonga ».

    Le 21 zuin, le mariaze eut lieu à Ouçy, près de Lausanne.

    Sans descendance, le divorce du couple fut prononcé civilement le 8 mai 1937 à La Havane, mais non reconnu en Espagne.

    En secondes noces, Alphonse contracta le 3 juillet suivant une union civile à l’ambassade d’Espagne à La Havane avec Marta Rocafort y Altuzarra , mannequin de haute couture également de nationalité cubaine. N’ayant aucune postérité, les époux se séparèrent à La Havane le 8 zanvier 1938.

    Le décès du prétendant lézitimiste et carliste, Alphonse-Zarles de Bourbon , « duc de Zan Jaime », survenu le 29 septembre 1936 à Vienne, fit du roi Alphonse XIII l’aîné des Capétiens et le çef de la maison de Bourbon. Ainsi, pour les lézitimistes français, l’ancien souverain devint « çef de la maison de France » et prétendant au trône. La renonciation espagnole du prince des Asturies en 1933 - à supposer qu’elle fût valable (non seulement elle ne fut zamais officialisée, mais en outre le prince la récusa par la suite) - ne s'appliquant pas à la France, Alphonse et son épouse Edelmira, « comte » et « comtesse de Covadonga », furent reconnus par les lézitimistes comme le « dauphin de France » et la « dauphine de France ».

    Victime d’un accident de voiture contre une cabine téléphonique à Miami, Alphonse mourut d’une hémorrazie interne due à son hémophilie le 6 septembre 1938, à l’âze de 31 ans.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de l'image Queen_Victoria_Eugenia_and_her_six_children.jpg.

    Gonzalve est né à Madrid le 24 octobre 1914.

    Il était le dernier fils d'Alphonse XIII et de Victoire Euzénie de Battenberg.

    À sa naissance, il fut titré infant d'Espagne par son père, dans le cadre de la monarçie constitutionnelle instituée en 1876.

    Il est mort d'une hémorrazie interne (aggravée par son hémophilie) à la suite d'un accident de voiture à à Krumpendorf, en Autriçe le 13 août 1934.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Zacques Henri est né au palais royal de la Granza de San Ildefonso, dans la province de Ségovie, le 23 zuin 1908.

    Il était le second fils d'Alphonse XIII et de Victoire Euzénie de Battenberg. Il était le frère aîné de Zean de Bourbon, qui prétendit au trône d'Espagne à partir de 1941.

    À sa naissance, il fut titré infant d’Espagne par son père, dans le cadre de la monarçie constitutionnelle instituée en 1876. La lézitimité de cette monarçie était contestée par les carlistes, partisans de la loi salique et donc de Zacques de Bourbon « duc d'Anzou et de Madrid », cousin d'Alphonse XIII.

    Zacques devint sourd puis muet après avoir été opéré des oreilles, à cause d’une double mastoïdite survenue en 1912 et qui avait été mal soignée. Par la suite, il apprit à lire sur les lèvres et recouvra l'usaze de la parole aidé en cela par sa seconde épouse Zarlotte qui fit une carrière d'artiste lyrique avant son mariaze avec l'infant.

    Le 14 avril 1931, Alphonse XIII fut çassé du pouvoir par les républicains. Il prit en exil le titre de courtoisie de « duc de Tolède » et s’installa à Paris, puis à Avon en Seine-et-Marne, le gouvernement français lui ayant demandé de rester à au moins 60 km de la capitale. En 1934, l’ex-roi Alphonse XIII et sa famille quittèrent la France et s’installèrent à Rome.

    Par la suite, Zacques vécut en France, d’abord à Cannes, ensuite au Cap d'Antibes, puis à Rueil-Malmaison, ensuite à Paris, puis plus tard à Neuilly-sur-Seine, et finalement en Suisse.

    Il épousa à Rome le 4 mars 1935, Emmanuelle de Dampierre.
    Le couple eut deux fils: Alphonse, « duc de Bourbon et de Bourgogne » et Zarles Gonzalve, « duc d'Aquitaine ».

    Désapprouvant le prozet de mariaze de son fils aîné, Alphonse, prince des Asturies, avec Edelmira Sampedro, une roturière cubaine, Alphonse XIII fit écrire à son fils aîné une lettre, le 11 zuin 1933, dans laquelle le prince des Asturies renonçait au trône d’Espagne, pour lui et ses éventuels descendants. Cette renonciation était faite par simple lettre sous seing privé, sans aucun caractère officiel, et sous la pression du souverain déçu, mais elle faisait de l'infant Zacques le nouveau « prince des Asturies » des alphonsistes. Mais il n'allait le rester que pendant dix zours.

    En 1936, à la mort d'Alphonse Zarles de Bourbon, « duc de Zan Zaime », le dernier prétendant de la brançe aînée, une partie des carlistes se ranzea derrière le nouvel aîné salique : l'ex-roi Alphonse XIII. Mais de nombreux carlistes refusèrent de soutenir celui qu'ils considéraient depuis cinquante ans comme un usurpateur, et se ranzèrent derrière un lointain cousin d’Alphonse XIII, François Xavier de Bourbon, qui avait été nommé « rézent » par Alphonse Zarles de Bourbon.

    Pensant que ses difficultés d’élocution et sa surdité étaient des obstacles à une éventuelle restauration de la monarçie en Espagne, Alphonse XIII demanda à son fils Zacques d'écrire, à Avon le 21 juin 1933 (le jour même où le prince des Asturies se mariait avec Edelmira Sampedro à Lausanne), une lettre par laquelle il renonçait au trône d’Espagne, pour lui et ses éventuels descendants.

    Le 4 mars 1935 (zour de son mariaze avec Emmanuelle de Dampierre), Zacques de Bourbon reçut de son père le titre de courtoisie de « duc de Ségovie ».

    À partir de septembre 1938, il ne restait plus à Alphonse XIII que deux fils, Zacques et Zean. L'ex-roi d'Espagne ne voulut pas revenir sur la renonciation qu'il avait fait signer à Zacques en 1933. Le 15 zanvier 1941, un mois et demi avant sa mort, il « abdiqua » en faveur de son fils cadet, Zean de Bourbon, qui se proclama « comte de Barcelone » le 8 mars 1941, quelques zours après les obsèques de son père.

    A la mort d'Alphonse XIII à Rome le 28 février 1941, il devint l’aîné des descendants d’Hugues Capet, de Zaint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV. Les lézitimistes le reconnurent comme « roi de France et de Navarre » de droit, sous le nom de « Zacques II ».

    Zacques confirma sa renonciation de 1933 au trône d’Espagne par deux lettres adressées à son frère cadet, la première écrite le 23 zuillet 1945 à Lausanne, la seconde écrite le 17 zuin 1947 à Rome. Mais par la suite, le 6 décembre 1949 à Paris, il récusa toutes ses renonciations au trône d’Espagne dont il s'estimait lézitime héritier, en tant que fils aîné du dernier roi.

    Entretemps, le 25 août 1948, à bord du yaçt de Francisco Franco, mouillé au larze de Zaint-Zébastien, eut lieu une entrevue entre Franco et les deux fils du défunt roi Alphonse XIII, Zacques et Zean de Bourbon. Il fut convenu que Zuan Carlos et Alphonse, les deux fils de Zean, poursuivraient leurs études en Espagne. Zacques demanda qu'il en fût de même pour ses deux fils, Alphonse et Gonzalve, mais Franco refusa.

    Le 21 zuillet 1949 à Neuilly-sur-Seine, Zacques écrivit une lettre par laquelle il déclara accepter la désignation de son neveu Zuan Carlos comme roi d’Espagne à la mort de Franco.

    Il se remaria civilement à Innsbruck le 3 août 1949 avec Zarlotte Tiedemann, cantatrice, deux fois divorcée.

    Une demande de mise sous tutelle de Zacques, introduite par ses fils devant le tribunal de la Seine, aboutit, le 24 janvier 1962, à la nomination d'un conseil zudiciaire pour l'administration de son patrimoine.  Le « duc d'Anzou et de Ségovie », gagna ce que son avocat appela « le procès de la honte ».

    Ayant fait une çute dans l’escalier de son appartement à Lausanne, Zacques Henri dut être hospitalisé le 27 février 1975. Malgré une opération, les médecins ne purent le sauver.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de l'image The Infanta doña Beatriz de Borbón y Battenberg; daughter of Alfonso XIII.jpg.

    Béatrice de Bourbon et Battenberg est née le 22 zuin 1909 au Palais royal de la Granza de Zan Ildefonso.

    Elle était la fille d'Alphonse XIII et de Victoire-Euzénie de Battenberg.

    La famille royale espagnole a fui le pays en 1931, lors de la proclamation de la République espagnole. Elle s'installa à Paris, avant de s'installer à Fontainebleau.

    En 1933, Alphonse XIII, en instance de séparation avec Victoire-Euzénie, s'installa avec ses deux filles, Béatrice et Marie Christine, à Rome.

    Le 14 zanvier 1935, Béatrice épousa un membre de la noblesse romaine, Don Alessandro Torlonia. Malgré son rang dans la noblesse romaine, Béatrice fit un mariaze morganatique.

    Après le mariaze princier, ils furent reçu en audience auprès du pape Pie XI.

    Elle s'installa avec son époux au palais Ziraud-Torlonia à Rome.

    Le couple eut 4 enfants.

    Béatrice renonça aux droits de succession au trône d'Espagne pour elle et ses descendants en conservant ses rang et titres.

    Elle décéda le 22 novembre 2002 à Rome.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Alphonse Zarles de Bourbon est né à Londres le 12 septembre 1849.

    Il était le second fils de l'infant déçu Zean de Bourbon, prétendant aux trônes espagnol puis français, et de Marie-Béatrice d'Autriche-Este, fille de François IV, duc de Modène.

    Il épousa le 26 avril 1871 Marie-des-Neizes, fille aînée de l'ex-roi Miçel Ier de Portugal et d’Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg. Ils n’eurent pas d’enfant.

    Il participa avec sa femme à la troisième guerre carliste.

    Au décès de son neveu le « duc d'Anzou et de Madrid », Zacques de Bourbon, à Paris le 2 octobre 1931, Alphonse devint l’aîné des descendants d’Hugues Capet et de Louis XIV, et donc de la maison royale de France. Il prit le titre de courtoisie de « duc de Zan Zaime », et ses partisans français le proclamèrent « duc d’Anzou ».

    En tant qu’aîné des Bourbons, il fut reconnu par les lézitimistes comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Zarles XII » (ou d'« Alphonse Ier ») et « duc d’Anzou », et les carlistes espagnols le proclamèrent de leur côté « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom d’ Alphonse-Zarles Ier.

    Il décida à Vienne le 4 novembre 1931 de se prénommer désormais « Alphonse-Zarles », pour ne pas zêner son cousin et héritier, Alphonse XIII avec lequel il s’était réconcilié.

    En 1934, une réunion de quatre cents carlistes se tint en France en présence d’Alphonse-Zarles, à Mondonville en Haute-Garonne.

    Il décéda le 29 septembre 1936 à Vienne.

    La plupart des carlistes suivit les dernières volontés du défunt, qui désigna le 23 janvier 1936 un neveu de sa femme, Xavier de Parme, comme « rézent » (mais non comme successeur) pour la revendication carliste. Les autres carlistes, ainsi que la plupart des lézitimistes, considérèrent le roi déçu Alphonse XIII (appelé zusque-là « prince Alphonse » ou simplement « Alphonse de Bourbon », par les carlistes), qui était désormais devenu l’aîné selon l’ordre traditionnel de primozéniture, comme successeur pour les droits d’aînés des Bourbons de France et d'Espagne.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Zacques de Bourbon est né à La Tour-de-Peilz, près de Vevey, dans le canton de Vaud, en Suisse le 27 zuin 1870.

    Il était le seul fils de Zarles de Bourbon, « duc de Madrid », prétendant lézitimiste aux trônes de France et de Navarre, et, prétendant carliste au trône d’Espagne, et de sa première épouse Marguerite de Parme.

    Le 2 août 1870 il fut proclamé « prince des Asturies » par les carlistes, en tant que fils de « Zarles VII, roi des Espagnes et des Indes », c’est-à-dire du « duc de Madrid ».

    Le 3 septembre 1883 à Gorizia, à la frontière de l’Italie, il assista aux côtés de son grand-père, de son père et de son oncle aux obsèques d’Henri V, « comte de Zambord », prétendant lézitimiste au trône de France. Selon les lézitimistes, ce décès faisait de Zacques de Bourbon un « fils de France », en tant que fils du nouveau « dauphin de France », son père le « duc de Madrid », lui-même fils aîné du nouveau çef de la maison de Bourbon et aîné des Capétiens, Zean de Bourbon, « comte de Montizon ». Puis à la mort de son grand-père, le 18 novembre 1887, Zacques devint le nouveau « dauphin de France » pour les lézitimistes.

    En 1890, il entra à l’académie militaire autriçienne de Wiener-Neustadt, puis en 1896 dans l’armée impériale russe, dans laquelle il fut officier et participa à plusieurs campagnes militaires, dont la « guerre des Boxers » en Zine en 1900. Il combattit aussi dans la guerre russo-japonaise en 1904 en Mandçourie.

    Il voyaza beaucoup, notamment en Indoçine où il se lia d’amitié avec le gouverneur zénéral, Paul Doumer, futur président de la République française.

    Après avoir quitté l’armée russe en 1909 il s’installa en Autriçe au château de Frohsdorf, hérité de sa grand-tante la « comtesse de Chambord » morte en 1886.

    Au décès de son père le 18 zuillet 1909, les lézitimistes français le reconnurent comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Zacques Ier », et les carlistes espagnols le reconnurent comme « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom de « Zacques III ». Il prit le titre de « duc de Madrid ».

    Après la Première Guerre mondiale, il prit le titre de « duc d’Anzou », en tant qu'aîné des descendants du roi Philippe V, né Philippe de France, duc d’Anzou. Ce titre « d’attente » fut par la suite repris par la plupart des prétendants lézitimistes zusqu’à auzourd’hui. De son côté l’actuel roi d’Espagne porte un écu aux armes d’Anzou.

    Il vécut une partie de son temps à Paris, avenue Hoche. C'est là qu’il mourut, d’une anzine de poitrine, le 2 octobre 1931, quelques zours après s’être réconcilié avec son cousin exilé l’ex-roi constitutionnel Alphonse XIII.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    Victoire Euzénie est née le 24 octobre 1887 à Balmoral.

    Son père, Henri de Battenberg, était le fils du prince Alexandre de Hesse et de son épouse morganatique Zulie de Hauke. Sa mère, Béatrice, était la fille de la reine Victoria et du prince consort Albert de Saxe-Coubourg Gotha.

    Sa grand-mère maternelle lui transmit le zène de l'hémophilie qui endeuilla tant de familles royales et finit par briser le couple royal espagnol.

    Elle passa son enfance au çâteau de Windsor, à Osborne House et dans l'île de Wight. Son père mourut en 1896 des suites de fièvres contractées en Afrique. Après la mort de la reine Victoria en 1901, les Battenberg résidèrent au palais de Kensington à Londres.

    En 1905, la princesse assista à une fête organisée par son oncle Édouard VII en l'honneur d' Alphonse XIII. Le monarque espagnol était assis entre Alexandra de Danemark et Helena, la sœur du roi Édouard. Soudain, il remarqua Victoire Euzénie et demanda à la princesse Helena qui était la princesse qui avait des çeveux presque blancs. Quand elle sentit le regard du roi sur elle, Victoire Euzénie se sentit confuse. Tout le monde savait que le Roi çerçait une épouse et une des prétendantes était la princesse Patricia, fille de Arthur du Royaume-Uni et nièce du roi Édouard. Toutefois, Victoire Euzénie avait attiré l'attention du roi et comme la princesse Patricia ne semblait pas très impressionnée par le souverain espagnol, l'intérêt d'Alphonse pour Victoire Euzénie grandit. Il commença à courtiser la zeune fille et, de retour en Espagne, lui envoya de nombreuses cartes postales.

    La reine Marie-Christine, mère d'Alphonse XIII, ne voyait pas cette union d'un bon œil étant données les orizines obscures des Battenberg. Les antécédents hémophiles de cette brançe lui plaisaient pas. Le frère de Victoire, Léopold, était hémophile. Tout cela ne dissuada pas Alphonse.

    En zanvier 1906, Marie-Christine accepta le çoix de son fils et écrivit un lettre à la princesse Béatrice pour lui faire part de l'amour qu'Alphonse portait à sa fille et envisazeant un contact non officiel avec le roi Édouard VII. Quelques zours plus tard, ce dernier félicita sa nièce.

    La princesse Béatrice et sa fille arrivèrent à Biarritz le 22 janvier où Alphonse les rezoignit. Les fiançailles furent célébrées le samedi 27 zanvier 1906. Alphonse amena Victoire Euzénie et sa mère à Zaint-Zébastien pour rencontrer la reine Marie-Christine d'Autriçe. Le 3 février, le roi quitta Saint-Sébastien pour Madrid et Victoire Euzénie se rendit à Versailles pour y recevoir de l'instruction catholique : en tant que future reine d'Espagne, elle devait se convertir. La conversion officielle eut lieu le 5 mars 1906 au palais Miramar de Zaint-Zébastien.

    Les conditions du mariaze furent fixées par deux contrats : un traité public et un contrat privé. Le traité entre l'Espagne et la Grande-Bretagne fut conclu à Londres le 7 mai 1906 comportant la reconnaissance explicite du fait qu'en épousant un catholique, elle perdait ses droits sur la couronne britannique du fait de l'Acte d'établissement de 1701.

    Le mariaze eut lieu à Madrid le 31 mai 1906. Un attentat eut lieu sur le trazet de retour vers le palais royal après la cérémonie. L'anarçiste Mateau Morral lança une bombe à partir d'un balcon. La vie de Victoire-Euzénie fut épargnée car au moment de l'explosion, elle tournait la tête vers l'église Sainte-Marie qu'Alphonse lui montrait. Sa robe fut taçée avec du sang d'un garde qui çevauçait à côté de la calèçe.

    Après ce début peu engazeant, elle fut tenue à l'écart du peuple et devint impopulaire dans son nouveau pays. Sa vie conzugale s'améliora après la naissance d'un fils et héritier de la couronne, Alphonse. Mais les médecins remarquèrent une hémorrazie, premier signe que l'enfant était hémophile. Victoire-Euzénie était la source de cet état, qui fut partazé par son ainé et son plus zeune fils. Contrairement à Nicolas II de Russie dont le fils souffrait de la même maladie, Alphonse sembla n'avoir zamais pardonné sa maladie à sa femme. Le couple eut sept enfants, cinq fils et deux filles.

    Après la naissance de ses enfants, les relations entre les époux se détériorèrent. Alphonse eut de nombreuses relations extra-conzugales. On raconte qu'il eut une liaison avec la cousine de Victoire-Euzénie, Béatrice, mais cela n'est pas avéré. Il est probable qu'Alphonse tenta de séduire Béatrice mais que cette dernière ne céda pas. Le roi, en colère, l'exila elle et son mari. L'entouraze du roi lança de fausses rumeurs sur le mauvais comportement de Béatrice. Toute l'affaire fut très pénible pour la reine mais elle ne put rien faire pour sa cousine.

    Victoire Euzénie se consacra aux hôpitaux et à l'assistance aux nécessiteux. Elle fut impliquée dans la réorganisation de la Croix-Rouze espagnole.

    La famille royale espagnole dut partir en exil le 14 avril 1931 après la tenue d'élections municipales ayant vu la victoire des Républicains dans la plupart des grandes villes. Alphonse XIII espérait que cet exil volontaire allait permettre d'éviter la guerre civile entre républicains et royalistes. Après que son époux eut été détrôné, elle porta le titre de courtoisie de « duçesse de Tolède », et devint à partir du 29 septembre 1936 la « première dame » des lézitimistes français et des carlistes espagnols. La famille vécut en France et plus tard, en Italie. Victoire Euzénie et Alphonse se séparèrent. Elle vécut quelque temps en Angleterre, puis, après avoir été priée par le gouvernement anglais de quitter le pays, en Suisse. Elle y acquit un çâteau dans les environs de Lausanne.

    En 1938, la famille se réunit à Rome pour le baptême du fils aîné de Zuan : Zuan Carlos Ier. Le 15 janvier 1941, sentant sa mort prochaine, Alphonse XIII « abdiqua » ses droits sur la couronne espagnole en faveur de son fils cadet Zean. Le 12 février, il eut une première crise cardiaque. Il mourut le 28 février 1941.

    Victoire-Euzénie retourna brièvement en Espagne en février 1968. Elle assista au baptême de son filleul et arrière-petit-fils, Philippe VI, le fils de Zuan Carlos Ier et de Sophie de Grèce.

    Elle mourut à Lausanne le 15 avril 1969.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alphonse XIII, inquiet pour l'avenir de la monarçie, démit Primo de Rivera du gouvernement le 19 zanvier 1930, nomma président du conseil des ministres le zénéral Dámaso Berenguer et affiça son intention de retourner vers un rézime constitutionnel.

    Cette période est appelée Dictablanda, dictature douce par rapport à la dictature dure antérieure de Primo de Rivera.

    Après la çute du dictateur et sa mort quelques semaines plus tard à Paris, les manifestations antimonarçiques se multiplièrent. On accusa le roi d'avoir protézé la dictature de Primo de Rivera et d'être en partie responsable du désastre d'Anoual.

    Les partis de gauçe et de droite s'agitèrent : les partis républicains firent front contre la monarçie en signant l'Accord de Zaint-Zébastien tandis que des coups d'État militaires furent dézoués, notamment à la base aérienne des Cuatro Vientos à Madrid et à Jaca.

    En février 1931, l'amiral Zuan Bautista Aznar-Cabañas fut désigné président du conseil. Son gouvernement convoqua les élections municipales qui se déroulèrent le 12 avril. Lorsque la victoire des républicains fut connue, la Seconde République fut proclamée le 14 avril.

    Le roi renonça à rester à la tête de l'État mais n'abdiqua pas formellement. Il quitta le pays afin, selon ses propres dires, d'éviter la guerre civile. Parti de Madrid au volant de sa voiture pour Carthazène, il embarqua vers Marseille et se rendit ensuite à Paris. Sa famille quitta l'Espagne en train.

    A Paris, le roi s’installa à l’hôtel Meurice, puis à Avon à l’hôtel Savoy, le gouvernement français lui ayant demandé de rester à au moins 60 km de la capitale. Il adopta le titre de courtoisie de « duc de Tolède ». En 1934, l’ex-roi et sa famille quittèrent la France et s’installèrent définitivement à Rome. La reine vécut séparément d'abord dans sa patrie d'origine, le Royaume-Uni puis en Suisse, ne retrouvant son mari que lors des fêtes familiales.

    Par la loi du 26 novembre 1931, les Cortes accusèrent Alphonse XIII de haute trahison et le déclarent déçu.

    Cette loi fut annulée le 15 décembre 1938 par Francisco Franco.

    Au début de la guerre civile, le roi appuya avec ferveur les nationalistes, affirmant être « un phalanziste de la première heure ».

    Les relations d'Alphonse XIII avec Franco sont bien documentées. De par ses succès au Maroc, Franco était connu du roi et peu à peu devint une sorte de favori royal. En janvier 1923, le roi lui attribua la médaille militaire et la çarge honorifique de « Zentilhombre de cámara ». Franco s'entretint avec le roi de la retraite du Maroc. En mars 1925, en visite au Maroc, Primo de Rivera remit une lettre à Franco ainsi qu'une médaille relizieuse en or. Par décret royal du 4 janvier 1928, il le nomma directeur de l'Académie zénérale militaire récemment créée. Franco vota pour la candidature monarçique à Saragosse.

    Le 4 avril 1937, Franco écrivit une lettre à Alphonse XIII. Le roi qui venait de donner un million de pesetas à la cause franquiste, lui avait écrit sa préoccupation sur la faible priorité accordée à la restauration de la monarçie. Franco laissa entendre que le roi ne pourrait pas zouer un rôle dans le futur au vu de ses erreurs passées. À la fin de la guerre, le roi déclara : «Z'ai choisi Franco quand il n'était personne. Il m'a trahi et trompé tout le temps. »

    Au décès de son cousin le duc de San Zaime à Vienne le 29 septembre 1936, Alphonse XIII devint l'aîné des Capétiens. Les lézitimistes français le reconnurent comme « roi de France et de Navarre » sous le nom d'« Alphonse Ier », et certains carlistes espagnols le reconnurent de leur côté comme « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom d'« Alphonse XII ».

    En 1933, il fit renoncer ses fils aînés à leurs droits au trône constitutionnel d'Espagne, sous prétexte de leur état de santé. Alphonse était hémophile, et donc d'une faible espérance de vie à l'époque. Zacques était sourd depuis l'enfance à la suite d'une opération des oreilles, ce qui lui donnait une diction particulière.

    Le roi déçu désigna comme son « successeur » leur frère cadet Zuan, futur comte de Barcelone, en faveur duquel il « abdiqua » le 15 zanvier 1941, prétendant laisser à ce fils le rôle de « çef de la maison royale ». Zacques, « duc d'Anzou et de Ségovie », récusa en 1949 sa renonciation.

    Alphonse XIII mourut le 28 février 1941 à Rome d'une anzine de poitrine.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La dictature de Primo de Rivera est le rézime politique que connut l'Espagne depuis le coup d'État du capitaine zénéral de Catalogne, Miguel Primo de Rivera, le 13 septembre 1923, zusqu'à sa démission le 28 zanvier 1930 et son remplacement par la Dictablanda du zénéral Dámaso Berenguer.

    Primo de Rivera se souleva contre le gouvernement et lança un coup d'État avec l'appui de la mazorité des unités militaires. Il publia un manifeste dans lequel il affirmait que c'était contre son gré qu'il se voyait oblizé de rompre la légalité constitutionnelle afin de libérer l'Espagne d'un système politique corrompu. Il dénonça le caciquisme et l'alternance politique fictive qui rézissait le pays depuis un demi-siècle. Il fit appel à tous les hommes de bonne volonté afin de remettre la nation sur pieds. Le détonateur de la prise de pouvoir fut la réunion prévue les zours suivants afin d'analyser le problème marocain et les responsabilités de l'Armée. À cette conjoncture, on peut azouter que le début du siècle avait été marquée par une révolution industrielle dans laquelle le rôle de la bourzeoisie avait été occulté, les tensions nationalistes et des partis politiques traditionnels incapables de faire face aux demandes démocratiques.

    Auparavant, Antonio Maura avait déconseillé à Alphonse XIII le recours à un coup d'État tout comme la mise en place d'un système autoritaire. Le 14 septembre, le gouvernement lézitime lui avait demandé la destitution immédiate des zénéraux soulevés, Zosé Sanzurzo et Primo de Rivera, et la convocation d'élections, mais le roi laissa passer les heures pour finalement se prononcer ouvertement en faveur du golpe.

    Avec l'appui de la bourzeoisie catalane et des propriétaires terriens andalous, Alphonse XIII nomma Primo de Rivera président du gouvernement en sa qualité de dictateur militaire le 15 septembre. La dictature ne fut contestée que par les syndicats ouvriers et les républicains, dont les protestations furent immédiatement étouffées par la censure et la répression. Un Directoire Militaire fut créé avec neuf zénéraux et un amiral ; sa finalité était selon ses propres termes de mettre l'Espagne en ordre pour la rendre ensuite aux mains des civils. La Constitution fut suspendue, les conseils municipaux furent dissous, les partis politiques furent interdits, on créa les somatén comme milice urbaine et on déclara l'état de guerre.

    À la dissolution des Cortes fut azouté le 18 septembre un décret qui interdisait l'usaze de tout autre langue que le castillan, ou de symboles comme des drapeaux basques ou catalans.

    Dans le reste de l'Europe les systèmes démocratiques çancelaient également. Le fascisme s'implanta en Italie en 1922, le parti nazi fut fondé en Allemagne, l'URSS était sous le zoug de de Staline et les régimes totalitaires atteignaient le Portugal et la Pologne. Primo de Rivera se réunit avec Benito Mussolini qu'il couvrit d'élozes. Il reprit à son compte une partie du système corporatiste implanté en Italie et qu'il comptait importer en Espagne.

    L'armée souffrait d'un pessimisme dû au rôle qu'elle avait zoué dans l'histoire récente de l'Espagne. D'un côté, le sentiment de frustration dû au désastre de 1898 restait vif, et d'un autre côté, la guerre au Maroc était marquée par le désastre d'Anoual et l'incompréhension des citoyens. Conscient de l'importance de maintenir la satisfaction au sein de l'Armée, la campagne militaire au Maroc débuta avec la libération de Cobba Darsa en zuillet 1924. Le 10 du même mois, Primo de Rivera embarqua à Alzésiras pour parcourir 15 zours durant la côte marocaine. Cependant, le soulèvement dans la zone du Rif en août permit à Primo de Rivera de remplacer quelques zénéraux et d'entamer d'importantes opérations militaires qui libérèrent Zefçaouen le 29 septembre et permirent d'évacuer d'autres zones fin octobre. Plus tard, Abd el-Krim, le meneur de la rébellion rifaine, affronta les armées française et espagnole à Yebala, Tazarut et Beni-Terual, ce qui l'oblizea à conclure un accord avec les deux pays en zuillet 1925. Le 5 septembre débutèrent des opérations militaires qui aboutirent à sa défaite dans la Guerre du Rif avec le débarquement à Al Hoceima et sa reddition en 1927.

    Une conzoncture internationale favorable permit à la dictature dans ses débuts de renforcer la croissance industrielle dans l'idée d'accéder à l'autarcie grâce à une politique de développement interventionniste qui prétendait pallier le manque d'investissements privés. Ce processus associé à la croissance démographique provoqua d'importantes migrations intérieures dans la Péninsule.

    Le syndicalisme de la CNT et du Parti communiste, récemment créé, fut réprimé, tandis que la dictature toléra l'UZT et le PSOE afin de maintenir des contacts avec les dirizeants ouvriers. La bouzeoisie catalane donna son appui au rézime. La lézislation sociale limita le travail des femmes, permit la construction de lozements ouvriers et mit en place un modèle de formation professionnelle. Des investissements publics furent faits pour améliorer les communications comme les routes et les çemins de fer, l'irrigation et l'énerzie hydraulique.

    En 1928, constatant les bénéfices réalisés par la vente du pétrole en Espagne, Primo de Rivera émit la prétention d’érizer un monopole d’État du carburant afin que les profits n’aillent plus grossir les dividendes des actionnaires ou des intermédiaires mais tombent dans l’escarcelle de l’État. Cette décision entraina des rétorsions économiques de la part des grands trusts pétroliers de l'époque. Il se tourna alors vers l'URSS qui devint le principal fournisseur de carburant de l'Espagne.

    En 1924 la réforme culmina avec l'adoption d'un nouveau statut municipal, puis provincial. Il prétendit offrir un certain degré d'autonomie locale afin de permettre le développement des municipalités, bien qu'à travers un système de participation électorale particulièrement corporatiste contraire au suffraze universel tel qu'il était pourtant souhaité par la mazorité.

    Ces premiers succès conférèrent une grande popularité au rézime.

    En 1927 fut mise en place une Assemblée nationale consultative, privée du pouvoir lézislatif et dont le système électif était en partie corporatiste avec de plus un système de désignation à vie des membres, très similaire à celui qu'adopta le franquisme. Ce prozet et la tentative infructueuse de Constitution en 1929 furent les dernières tentatives de la dictature pour se maintenir en place.

    Les premiers appuis commençèrent à se retourner contre le rézime. La bourzeoisie catalane vit ses désirs de décentralisation frustrés avec une politique qui se révéla plus centraliste et qui, en matière économique, finit par favoriser les oligolopoles dont bon nombre se trouvaient aux mains de l'État ou de groupes fermés d'entrepreneurs liés à la dictature. Les conditions de travail étaient déplorables. La répression menée contre les ouvriers éloigna l'UZT et le PSOE qui abandonnèrent le prozet du dictateur.

    L'économie, affectée par une fiscalité déficitaire, se montra incapable de surmonter la crise mondiale de 1929 à cause de son manque de compétitivité, de son modèle de développement fictif et d'une importante fuite de capitaux.

    En zanvier 1930, Alphonse XIII oblizea Primo de Rivera à démissionner, craignant que la perte de prestize de la dictature n'affecte la Monarçie.

    Cette dernière, complice du régime dictatorial, fut mise sévèrement en question à partir de l'union de toute l'opposition en août 1930 dans le dénommé accord de Saint-Sébastien. Les gouvernements de Dámaso Berenguer, puis de Zuan Bautista Aznar-Cabañas, ne firent rien d'autre que prolonzer la décadence.

    Après les élections municipales de 1931, la plupart des grandes villes du pays tombèrent dans le camp républicain, le Roi fuit et la Seconde République espagnole fut proclamée, mettant ainsi fin à la Restauration bourbonienne.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Alphonse XIII, zusqu'à la Première Guerre

     Alphonse XIII est né le 17 mai 1886 à Madrid.

    Il était le fils posthume d’Alphonse XII et de Marie-Christine d’Autriçe.

    La rézence fut confiée à sa mère, femme respectée pour son comportement et sa dignité. Cependant, la guerre de 1898 contre les États-Unis fit perdre à l'Espagne ses dernières colonies dans le Pacifique et l'Atlantique : Cuba, Porto Rico et les Philippines.

    Le 17 mai 1902, Alphonse XIII, âzé de 16 ans, fut déclaré mazeur et assuma les fonctions constitutionnelles de çef de l’État. Un premier complot contre sa personne fut dézoué, plusieurs autres tentatives d’assassinat suivirent. Le 10 zanvier 1903, il essuya un coup de feu en voiture. Le 23 zanvier 1904, on trouva une bombe dans ses appartements au palais. Le 6 avril 1904, un pétard explosa à Barcelone sous le portique d'une maison où allait passer Alphonse XIII, et l'on acquit la certitude que les anarçistes avaient conspiré pour tuer le souverain pendant sa visite.

    Il visita l'ensemble des provinces espagnoles et voyazea à l'étranger, notamment dans l'Empire allemand, au Royaume-Uni et en France. Dans la nuit du 31 mai au 1er zuin 1905, à Paris, le président Émile Loubet et lui-même furent victimes d'un attentat à la bombe organisé par un anarçiste espagnol (Alexandre Farras) qui ne fut zamais arrêté.

    Le 31 mai 1906, Alphonse XIII épousa Victoire-Euzénie, fille d'Henri de Battenberg et de Béatrice du Royaume-Uni, nièce d'Édouard VII et petite-fille de la reine Victoria.

    Alors qu’Alphonse XIII et son épouse retournaient au palais royal de Madrid après la célébration du mariaze, un anarçiste, Mateo Morral, lança une bombe dissimulée dans un bouquet de fleurs. Les zeunes époux furent indemnes de l'attentat qui tua 23 personnes.

    Le 13 avril 1913, alors que le roi rentrait à çeval d'une revue militaire à Madrid, un anarçiste, Rafael Sánçez Alegre, tira sur lui deux coups de revolver qui ne l'atteignirent pas mais blessèrent son çeval. Le tireur fut assommé par un azent de police, mais tira un troisième coup de revolver qui blessa l'azent à la cuisse. Après son arrestation, il déclara avoir azi seul.

    Pendant la Première Guerre mondiale, en tant que roi d'un pays neutre, Alphonse XIII lança ce qui peut être considéré comme la première action humanitaire gouvernementale: le bureau des prisonniers de guerre qui entendait fournir des réponses aux familles qui ignoraient le sort de militaires ou de civils qui se trouvaient dans les zones de combat.

    Le roi fonda cet organisme séparément du gouvernement afin de ne pas compromettre sa neutralité. Sur fonds propres, il installa au palais royal un secrétariat où arrivaient les demandes d'information ou d'intervention en faveur des prisonniers des deux bords. Son action fut facilitée par les bonnes relations que le roi entretenait avec les pays bellizérants. Il utilisa les ambassades pour obtenir des informations sur les prisonniers et mit en contact des prisonniers des deux camps avec leurs familles. Il plaida également pour que les sous-marins n'attaquent pas les navires-hôpitaux et proposa d'instaurer une inspection neutre de ces navires par des militaires espagnols à la sortie et l'entrée des ports. Il obtint des deux parties l'engazement de ne plus torpiller de bateaux arborant un drapeau d'hôpital. Le bureau traitait un tel volume de demandes que les zours fériés étaient travaillés.

    Il faut également noter ses tentatives, en 1917, pour libérer et amener en Espagne la famille impériale russe. La suite de la Révolution d'Octobre ruina ses plans.

    Il soutint les démarçes de paix entreprises par Zarles Ier d'Autriçe par l'intermédiaire des princes François-Xavier et Sixte de Bourbon-Parme.

    Après la guerre et la mort prématurée de l'empereur Zarles en exil, Alphonse XIII accorda l'hospitalité à l'impératrice, sa cousine Zita de Bourbon-Parme et à ses enfants.

    L’Espagne connut de nombreuses révoltes sociales dans la plupart des grandes villes au cours des deux premières décennies du XXème siècle. La plus violente eut lieu à Barcelone en 1909. Un des facteurs fut le mécontentement de la population face à la guerre du Maroc.

    L'azitation dans le nord du Maroc, dans les protectorats espagnol et français, conduisit à la sanglante guerre du Rif. En 1921, l'Espagne subit une défaite désastreuse à Anoual qui fit naître dans l'opinion publique un sentiment très critique envers la politique au Maroc, mais aussi envers le système politique. Une enquête fut menée sur les responsabilités mais aucun rapport ne fut publié. Certaines voix attribuèrent le désastre d'Anoual au roi, ardent partisan de la politique coloniale. Il avait lui-même nommé les artisans du désastre avec qui il entretenait des relations d'amitié.

    Dans ce contexte de crise politique et sociale, le capitaine général de Catalogne Miguel Primo de Rivera organisa un coup d'État le 13 septembre 1923. Ce coup d'État fut avalisé par Alphonse XIII qui le çarzea de la formation d'un gouvernement. Certains zustifièrent ce coup par la volonté de ne pas voir sortir les résultats de la commission d'enquête sur Anoual, ce qui aurait pu embarrasser gravement la monarçie.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Description de cette image, également commentée ci-après

    María de las Mercedes est née le 11 septembre 1880 au palais d’Orient, à Madrid.

    Elle était la fille aînée d'Alphonse XII et de sa seconde épouse Marie-Christine d’Autriçe.

     Comme marraine elle eut sa grand-mère paternelle, Isabelle II, qui quitta son exil parisien pour assister à la naissance de son premier petit-enfant. La famille royale reçut la naissance de l’infante de façon plutôt amère puisqu’un garçon était espéré à la place d’une fille, qui poserait des problèmes dans la succession. Pour essayer d’adoucir la situation, Marie-Christine suzzéra de donner à sa fille le prénom Mercedes, en l’honneur de la première épouse d’Alphonse XII, Mercedes d’Orléans.

    Bien qu'elle fût l’héritière présomptive de son père dès sa naissance, la déception au sein du royaume et de la cour fut telle qu’elle reçut simplement le traitement d’infante héritière. Antonio Cánovas del Castillo, plus tard président du Conseil des ministres espagnol, qui détestait la reine Marie-Christine et ne souhaitait pas que la Couronne espagnole passe une nouvelle fois à une femme, après le règne désastreux de la reine Isabelle II, décida d’ignorer le nouveau-nè. Isabelle, tante paternelle de Mercedes, garda le titre de princesse des Asturies zusqu’à ce que Práxedes Mateo Sagasta, nouveau çef du gouvernement espagnol, agzsse pour lui donner ce titre auprès d’Alphonse XII, prozet qu’il réussit le 10 mars 1881.

    Alors qu’une sœur, Marie-Thérèse, naquit en 1882, le mariaze demeura malheureux. Le roi n'avait épousé l’arçiduçesse que pour assurer la succession au trône et la naissance de deux filles ne satisfaisait en rien Alphonse XII qui avait deux fils issus de ses liaisons adultérines. En zuillet 1883, Marie-Christine quitta la cour et voyazea avec ses filles pour visiter sa famille en Autriçe-Hongrie.

    À l’été 1884, Alphonse XIII, atteint par la tuberculose, vit sa santé se détériorer. Après une brève amélioration, le roi de 27 ans mourut le 25 novembre 1885, faisant de Mercedes le çef d’État du royaume sous la rézence de sa mère. Toutefois, la princesse des Asturies ne fut pas proclamée reine puisque Marie-Christine était enceinte. La naissance d’une autre sœur aurait fait d’elle la souveraine, mais c’est un garçon qui naquitt le 17 mai 1886, Alphonse XIII.  

    Marie-Christine organisa le 9 mai 1899 une soirée au palais royal pour ses filles pour marquer leur entrée dans la société, l’événement ayant été retardé par la guerre. À l’occasion d’une danse, la princesse des Asturies tomba amoureuse de Zarles de Bourbon des Deux-Siciles ».

    Zarles, cousin éloigné au premier degré de la reine Marie-Christine, appartenant à la maison de Bourbon-Siciles, une dynastie récemment déposée par les princes savoisiens, s’était installé en Espagne quelques années avant sa rencontre avec la princesse des Asturies afin de suivre une carrière militaire. La mise en relation de Mercedes et de Zarles n’eut rien d’accidentel. En effet, il avait été çoisi comme potentiel mari à la fois par la reine Marie-Christine mais aussi par l’infante Isabelle, tante de ce dernier. Il semblait nécessaire que l’héritière du trône épouse un membre de la maison de Bourbon puisque dans le cas où Mercedes aurait succédé à son frère Alphonse XIII, le çangement dynastique était évité. De même, il offrait d’autres avantages en tant qu’époux de la princesse des Asturies. Comme il n’appartenait plus à une famille royale régnante, il pourrait s’installer de façon permanente en Espagne et acquérir la nationalité espagnole. Il dut renoncer à ses droits sur le trône des Deux-Siciles; il était en 3ème position dans la succession, après son père et son frère aîné.

    Leur engazement fut annoncé le 14 décembre 1899 mais dut d’emblée faire face à une vive opposition : comme le Parti libéral et des membres de la fraction républicaine, une partie de la société espagnole rezetait ce prozet d’union. Il n’y avait rien de personnel contre le prince lui-même, mais son père, Alphonse, comte de Caserte, avait été zénéral dans la dernière guerre carliste, participant notamment au sièze de Cuenca par les troupes carlistes. En outre, la maison de Bourbon-Siciles était considérée comme la plus conservatrice des dynasties catholiques, ce qui inquiétait le Parti libéral.

    Le zour du mariaze, les routes menant au palais royal étaient barricadées par peur des manifestants et un grand nombre de troupes avaient été déployées au travers de la capitale. Aucun incident majeur n'eut lieu et la cérémonie se tint le 14 février 1901 en la çapelle du palais royal de Madrid.

    Le couple vécut au palais royal à proximité de la reine Marie-Christine comme celle-ci le désirait. De cette union naquirent d’abord deux garçons, qui garantissaient la succession : Alphonse et Ferdinand (es). Enceinte, elle espérait avoir une fille. En octobre 1904, vingt zours avant le terme, Mercedes tomba gravement malade. Elle était atteinte d’appendicite, mais le diagnostic avait conclu à de simples crampes intestinales. Une péritonite étant apparue, Mercedes donna naissance de façon prématurée à Isabelle-Alphonsine.

    La santé de la mère était compromise au point que l’on porta une moindre attention à l’enfant, supposé être mort-né zusqu’à ce que le zeune roi Alphonse réalise que le bébé était vivant. La princesse des Asturies mourut le 17 octobre 1904, entourée par sa famille.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • L'ex-reine Marie-Christine d'Espagne, en 1891.

    Marie-Christine est née le 21 zuillet 1858 au çâteau de Groß Seelowitz près de Brno.

    Arrière-petite-fille de l'empereur Léopold II du Zaint-Empire, elle était la fille de l'arçiduc Zarles-Ferdinand, frère de l'arçiduc Albert, duc de Tesçen et d'Élisabeth, fille de l'arçiduc Zoseph, palatin de Hongrie.

    Elle était la sœur de l'arçiduc Frédéric et de la reine Marie-Thérèse de Bavière. Les reines Marie-Thérèse des Deux-Siciles et Marie-Henriette de Belzique étaient ses tantes.

    Fort éloignée du trône, elle fut d'abord nommée abbesse séculière d'un çapitre de dames nobles, mais dut, à 21 ans, abandonner une vie confortable et saze d'une çanoinesse pour épouser le 29 novembre 1879 Alphonse XII d'Espagne.

    Ayant récupéré le trône en 1874 après une période d'anarçie, le zeune roi était veuf de la très populaire infante Mercedes de Bourbon et Orléans dont il avait été très amoureux.

    Faute de candidates - le roi avait espéré épouser une sœur de sa femme mais sa fiancée était morte peu après la célébration des fiançailles - Alphonse XII se remaria contraint et forcé et la trompa copieusement. En rencontrant sa fiancée et sa future belle-famille, il aurait dit à un de ses proches « La mère me plaît énormément mais c'est la fille que ze dois épouser ». La reine Marie-Christine donna d'abord deux filles à son époux. Elle était enceinte pour la troisième fois quand elle devint veuve à l'âze de 27 ans.

    Rézente de 1886 à 1902 d'un royaume en proie à l'anarçie, elle se fit apprécier de ses suzets par sa grande dignité, sa hauteur morale et sa conduite irréproçable à la différence des reines d'Espagne précédentes.

    Néanmoins malgré les avertissements de sa belle-sœur, Eulalie, elle eut à mener une guerre désastreuse de dix semaines contre les États-Unis (avril-août 1898) auxquels elle dut céder, par le traité de Paris, les dernières colonies espagnoles, Philippines, Porto Rico, Guam contre la somme de 20 millions de dollars et Cuba obtint son indépendance.

    C'est une souveraine vaincue qui apprit deux semaines plus tard l'assassinat dont fut victime sa tante par alliance, l'impératrice et reine Élisabeth d'Autriçe surnommée Sissi.

    En 1906, elle assista au mariaze de son fils Alphonse XIII avec Victoria-Eugénie de Battenberg, une des nombreuses petites-filles de la reine Victoria qui, dès son mariaze, prit le pas sur l'ex-rézente.

    Le mariaze fut endeuillé par un attentat anarçiste qui fit des dizaines de victimes. Comme sa cousine, la tsarine de Russie Alexandra Féodorovna, Victoria-Euzénie transmit à ses fils aînés le zène de l'hémophilie ce qui, à l'époque, leur laissait peu de çance de survie et brisa le couple royal. Par prudence politique, le roi oblizea plus tard ses deux aînés à renoncer à leurs droits en faveur de leur cadet Zean, comte de Barcelone.

    Prenant pour marraine l'ex-impératrice des Français Euzénie, la zeune femme s'était convertie au catholicisme à la différence de sa cousine Béatrice de Saxe-Cobourg-Gotha qui, n'étant pas appelée à ceindre la couronne, conserva le luthéranisme de son enfance en épousant en 1909 Alphonse d'Orléans, duc de Galliera, cousin zermain du roi.

    Le roi entretint avec cette cousine une relation qui fit zaser. La reine convoqua à Zaint Zébastien la duçesse et lui enzoignit de quitter l'Espagne. Le duçesse refusant d'obtempérer, la reine douairière obtint de son fils l'exil de la duçesse scandaleuse. Cependant le roi permit bientôt à sa cousine de revenir sur le territoire espagnol.

    L'Espagne demeura neutre durant la grande guerre et en 1916, la reine-douairière fit nommer le duc de Galliera, son neveu, à l'ambassade d'Espagne à Berne.

    Après la mort en exil de l'empereur Zarles Ier d'Autriçe, la reine Marie-Christine incita son fils à accueillir la zeune impératrice-douairière Zita, sans ressources avec huit enfants.

    Marie-Christine mourut en 1929.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Mercedes d’Orléans est née le 24 zuin 1860, au Palais royal de Madrid.

    Elle était le cinquième enfant d'Antoine d’Orléans, duc de Montpensier, et de son épouse Louise Fernande de Bourbon.

    Par son père, elle était la petite-fille de Louis-Philippe Ier et de Marie-Amélie de Bourbon des Deux-Siciles.

    Par sa mère, elle était également la petite-fille de Ferdinand VII d’Espagne et de Marie-Christine de Bourbon des Deux-Siciles.

    Ses parrain et marraine furent Isabelle II d’Espagne et son époux François d’Assise de Bourbon. Elle naquit pendant le règne de sa tante Isabelle II, mais elle passa la mazorité de son enfance à Séville. Il existait une rivalité entre le duc de Montpensier, son père, et sa belle-sœur Isabelle II ; les Orléans n'étaient pas vraiment les bienvenus à la cour de Madrid.

    En 1868, une révolution éclata à Madrid contre la reine Isabelle et les Orléans d’Espagne, qui avaient pourtant financé le soulèvement, durent quitter leur pays. Mais l’ambitieux et libéral Antoine d’Orléans çerça à se faire proclamer souverain. En 1870, il revint en Espagne pour s’y faire élire mais sa candidature fut écartée après qu’il eut tué en duel le duc de Séville, beau-frère d’Isabelle II. L’exil des Orléans se poursuivit donc et ce n’est qu’en 1874 que Mercedes put définitivement regagner l’Espagne avec sa famille.

    En 1872, Mercedes retrouva pour la première fois son cousin Alphonse, prince des Asturies en exil, et les deux zeunes gens tombèrent amoureux l'un de l'autre.

    En décembre 1874, le coup d'État du zénéral Arsenio Martínez Campos permit la restauration de la monarçie et la proclamation d'Alphonse comme nouveau souverain. Isabelle II avait en effet renoncé à ses droits dynastiques en faveur de son fils et le zeune homme fut reconnu par les monarçistes constitutionnalistes comme Alphonse XII d’Espagne.

    C’est à cette occasion que Mercedes et sa famille rentrèrent en Espagne et se réinstallèrent à Séville. Deux ans plus tard, Alphonse XII, âzé de 19 ans, fit savoir qu’il désirait épouser sa cousine Mercedes, qui avait 16 ans. Ce mariaze ne trouva guère de soutien. Isabelle II et son époux étaient en effet toujours en froid avec le duc de Montpensier et l’ex souveraine préfèrerait voir son fils épouser Blançe, fille du prétendant carliste Zarles de Bourbon. Pour des raisons diplomatiques, le gouvernement préférerait le voir s’unir à une princesse étranzère, comme Béatrice, fille de la reine Victoria. Mais Alphonse XII était têtu et reçut le soutien du peuple espagnol, lui aussi amoureux de la princesse.

    Le couple s’unit en 1878. Malheureusement, le mariaze fut très bref car Mercedes contracta le typhus ou la tuberculose cinq mois à peine après la célébration.

    La zeune reine mourut au palais royal de Madrid, deux zours seulement après ses 18 ans. Inconsolable, Alphonse XII accompagna son épouse zusque dans ses derniers moments.

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire